"Les totalitarismes ont tendance à monopoliser l'éducation pour amener l'eau à leur propre moulin"

CieloCet extrait du livre Du ciel et de la terre du cardinal Bergoglio porte sur l'éducation. Là aussi, son actualité est hurlante pour notre pays qui, en cherchant à refonder l'école, établit une nouvelle étape de la main-mise de l'Etat sur les enfants : 

"Dans la Bible, Dieu est présenté comme un éducateur : « C'est moi qui guidai les pas d'Éphraïm, le soutenant par ses bras » [Osée 11 :3]. [Note du traducteur : le pape François utilise l’expression populaire argentine « a babucha » dans sa version de ce verset.] L'obligation du croyant est d’élever sa descendance. Tout homme et toute femme a le droit d'éduquer ses enfants dans ses valeurs religieuses. Quand l’État prive les enfants de cette éducation, cela peut conduire à des cas comme le nazisme où les enfants étaient endoctrinés dans d'autres valeurs que celles de leurs parents. Les totalitarismes ont tendance à monopoliser l'éducation pour amener l'eau à leur propre moulin.

L'école éduque à la transcendance, à l’instar de la religion. Mais si l’école n’ouvre les portes à une vision religieuse du monde, elle mutile le développement harmonieux de l’enfant. Parce que son rôle est de transmettre les valeurs du père à son fils.On est privé de l'héritage culturel et religieux. Si l’on prive l’éducation de la transmission de la tradition des parents, il ne reste plus que de l'idéologie.

On ne voit la vie qu’à travers des yeux remplis, il n’existe pas d’herméneutique [à savoir de science de l’interprétation] aseptisée, même pas en éducation. Les mots sont chargés d’histoire, des expériences de la vie. Quand on laisse un vide, celui-ci se remplit d’idées éloignées de la tradition familiale; c’est ainsi qu’apparaît l’idéologie. Je me souviens qu’à l’école industrielle [où le pape François a étudié la chimie] il y avait un professeur communiste. Nous avions une relation géniale avec lui, il remettait tout en question et nous a fait beaucoup de bien. Mais il ne nous a jamais menti, il nous a toujours dit d'où il nous parlait et quelles étaient son herméneutique [sa grille d’interprétation] et sa vision du monde.

[…]

Il existe une différence entre être un enseignant et être un maître. L'enseignant donne sa matière froidement, tandis que le maître s’implique. Il est foncièrement un témoin. Il y a cohérence entre son comportement et sa vie. Il n’est pas un simple répétiteur d’une science, comme l’est l’enseignant. Il faut aider les hommes et les femmes à être des maîtres, à témoigner, c’est la clé de l'éducation".

5 réflexions au sujet de « "Les totalitarismes ont tendance à monopoliser l'éducation pour amener l'eau à leur propre moulin" »

  1. oliroy

    Merci, Bon Saint Père, nous avons vraiment besoin de témoins de la Vérité pour nos enfants. Que Dieu vous bénisse et vous garde des loups qui rodent sur cette terre.
    Nous offirons nos prières pour vous et pour l’Eglise.

  2. Mortreuil

    Jorge Bergoglio et Abraham Skorka, Sobre el cielo y la tierra [Du ciel et de la terre], Buenos Aires, Editorial Sudamericana / Random House Mondadori, 1er décembre 2010, 220 p. (ISBN 978-950-07-3293-2)
    Ouvrage écrit en collaboration avec un rabin argentin.

Laisser un commentaire