Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Les solutions alternatives à la fécondation in vitro

F Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) qui consacre un numéro entier à l’AMP, a étudié 6 507 couples ayant réalisé une première FIV dans huit centres d’AMP entre 2000 et 2002. Pour 41 % d’entre elles, c’est la FIV qui leur a permis de devenir parents. Dans 51 % des cas, la première tentative aura été la bonne, 26 % devront attendre la seconde intervention, 13 % une troisième FIV et 10 % quatre essais. 4 à 6 ans sont nécessaires en moyenne entre la naissance de l’enfant par FIV et les premières demandes d’AMP. Rappelons que l’Eglise considère comme inacceptable au plan éthique la dissociation de la procréation du contexte intégralement personnel de l’acte conjugal. [DP n°16]

Les résultats révèlent que, parmi les 59% de couples n'ayant pas eu d'enfant par la FIV, 49% ont cependant pu avoir un enfant ! Pour 26 % des femmes, c'est grâce à d’autres traitements, permettant pour 47 % d’entre elles d’obtenir une grossesse. Par ailleurs, pour 19 % des couples pour lesquels la FIV n’a pas été la solution à leurs problèmes de stérilité c’est l’adoption qui leur a permis de devenir parents. Enfin, la conception naturelle est aussi fréquemment citée (18 %) dans un délai de 6 ans en moyenne (soit à peine plus que la FIV !).

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services