Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Les saints innocents victimes des pervers sexuels

Les saints innocents victimes des pervers sexuels

Alors âgée de 14 ans, Vanessa Springora a eu des relations sexuelles avec l’écrivain quinquagénaire Gabriel Matzneff. Devenue éditrice, elle livre un récit glacial de cette emprise dans un livre à paraître, Le Consentement (Grasset). Cet ouvrage lève le voile sur un personnage sulfureux qui contait lui-même son attrait pour les mineurs des deux sexes, que ce soit dans son essai Les Moins de seize ans, en 1974, ou dans son journal intime, publié à partir de 1976.

En 1990, l’un des tomes de ce journal, Mes amours décomposés, lui vaut d’être reçu sur le plateau d'”Apostrophes”, l’émission littéraire animée par Bernard Pivot. Ce dernier lui demande alors pourquoi l’écrivain s’est spécialisé “dans les lycéennes et les minettes”, et Gabriel Matzneff répond qu’une fille “très, très jeune est plutôt plus gentille”. A l’époque, sur le plateau, seule la journaliste québécoise Denise Bombardier le reprend ouvertement.

Vendredi 27 décembre, alors que la polémique enfle et que les commentaires se succèdent avant la parution du Consentement le 2 janvier, c’est au tour de Bernard Pivot de réagir sur les réseaux sociaux. Celui-ci estime que “la littérature passait avant la morale” dans les années 1970 et 1980, alors que “la morale passe avant la littérature” aujourd’hui. “Moralement, c’est un progrès”, juge l’ancien animateur, avant d’ajouter : “Nous sommes plus ou moins les produits intellectuels et moraux d’un pays et, surtout, d’une époque.”

Gabriel Matzneff a longtemps été une figure prisée du milieu littéraire, chroniqueur au Point sur la spiritualité et les religions, il n’a jamais été condamné par la justice. On a connu les médias plus vindicatifs avec les prêtres accusés d’abus sexuels sur mineurs…

Mais l’affaire Matzneff révèle la complaisance du milieu médiatique envers la pédophilie. Le Salon beige dénonçait dès 2006 cette complaisance du Monde et de Libération.

Sur Twitter, Françoise Laborde dénonce :

Pour Mémoire selon les chiffres officiel du ministère de l’intérieur il y a eu en 2017 en France 8700 viols de mineurs…Soit plus de un viol Par heure. 70 % des plaintes sont classés sans suite. Les condamnations ont baissé de 40 % en 10 ans. Et 70 % des victimes connaissaient leurs agresseurs. Nous sommes 1 des seuls pays au monde à ne pas avoir de seuil d’âge de consentement. On l’a vu récemment dans des affaires de correctionnalisation de viols de mineurs.

J’ajoute que le dernier livre que j’ai écrit avec Michele Creoff, «massacre des innocents», sur les violences faites aux enfants (ou nous dénoncions déjà la complaisance à l’égard des pédophiles comme Matzneff) a été publié chez Amazon parce que les éditeurs classiques n’en ont pas voulu ! Nous sommes le pays qui a le plus de complaisance à l’égard de ces crimes. Chaque fois qu’un criminel est publiquement dénoncé des voix s’élèvent pour dire que… «il ne mérite pas ça, ça ne lui ressemble pas, il a d’autres talents»! Alors non, Nous ne nous réveillons pas seulement maintenant. Simplement avant, personne ne voulait nous écouter même quand nous avons expliqué que la loi Schiappa n’allait rien changer…

Toujours sur Twitter, les internautes dénoncent, tour à tour, Marc-Olivier Fogiel :


Daniel Cohn-Bendit :

Jack Lang :

En ce jour des Saints Innocents, l’affaire Matzneff révèle qu’il y a eu une presse pro-pédophilie de Libe au Monde jusque dans les années 80. Qu’il y a une monstrueuse omerta dans le milieu artistique. Un aveuglement, une complicité, une pratique identique chez de nombreux intellectuels.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services