Rappel : les raisons pour tout catholique de s'opposer à leur "mariage pour tous" 2/3

Un projet contraire au bien commun

"La
finalité de la loi civile est certainement limitée par rapport à celle de la
loi morale; (11) toutefois, la loi civile ne peut entrer en contradiction avec
la droite raison sans perdre la force d'obliger la conscience. Toute loi humaine
a donc force de loi en tant que conforme à la loi morale naturelle, reconnue
par la droite raison, et en tant qu'elle respecte, en particulier, les droits
inaliénables de chaque personne
(…) Étant donné les valeurs en jeu, l'État ne peut
légaliser ces unions sans manquer au devoir de promouvoir et de protéger le
mariage
, institution essentielle au bien commun (…)

À ce propos, il convient de réfléchir d'abord à la
différence qui existe entre le comportement homosexuel comme fait privé, et le
même comportement comme relation sociale prévue et approuvée par la loi, au
point de devenir une des institutions du système juridique
(…) Les lois civiles sont des principes structurants de la
vie de l'homme au sein de la société, pour le bien ou pour le mal".

L'homosexualité n'est pas ordonnée à la procréation et la PMA est condamnée

"Dans
les unions homosexuelles, sont complètement absents les éléments biologiques et
anthropologiques du mariage et de la famille qui pourraient fonder
raisonnablement leur reconnaissance juridique. Ces unions ne sont pas en mesure
d'assurer, de manière adéquate, la procréation et la survivance de l'espèce
humaine
. L'éventuel recours aux moyens mis à leur disposition par les
découvertes récentes dans le champ de la fécondation artificielle impliquerait
de graves manquements au respect de la dignité humaine et ne changerait
rien à cette inadéquation.

Dans
les unions homosexuelles, est absente aussi la dimension conjugale, par
laquelle les relations sexuelles prennent une forme humaine et ordonnée
".

La société doit sa survivance à la famille fondée sur
le mariage

"La conséquence inévitable de la reconnaissance juridique des unions
homosexuelles est la redéfinition du mariage tel qu'il est reconnu légalement
dans son essence. Celui-ci devient une institution qui perd sa référence légale
essentielle par rapport aux facteurs liés à l'hétérosexualité, comme par
exemple le devoir de procréation et d'éducation. Si, du point de vue juridique,
le mariage entre deux personnes de sexe différent était considéré seulement
comme une des formes de mariage possible, l'idée de mariage subirait un
changement radical, et ce, au détriment grave du bien commun. En mettant sur un
plan analogue l'union homosexuelle, le mariage ou la famille, l'État agit
arbitrairement et entre en contradiction avec ses propres devoirs
".

Non, il n'y a pas de discrimination à refuser cette union des homosexuels

"On ne peut invoquer non plus en faveur de la
légalisation des unions homosexuelles le principe du respect de la
non-discrimination de toute personne. En effet, la distinction entre personnes,
la négation d'une reconnaissance ou d'une prestation sociale sont inacceptables
seulement si elles sont contraires à la justice
. Ne pas attribuer le statut
social et juridique de mariage aux formes de vie qui ne sont pas et ne peuvent
être matrimoniales ne s'oppose pas à la justice. C'est elle -la justice- au
contraire, qui l'exige"
.

Injustice entre le mariage qui instaure une famille et une union sans procréation possible

"Le droit civil confère aux couples mariés une
reconnaissance institutionnelle parce qu'ils remplissent le rôle de garantir la
suite des générations et sont donc d'un intérêt public majeur. Par contre, les
unions homosexuelles n'exigent pas une attention spéciale de la part du système
juridique car elles ne jouent pas ce rôle en faveur du bien commun"
.

Les hommes politiques doivent monter au créneau avec les autres citoyens, et plus qu'eux

"Si
tous les fidèles sont tenus à s'opposer à la reconnaissance juridique des
unions homosexuelles, cette responsabilité incombe en particulier aux hommes politiques
catholiques en raison de leur charge propre
. Face à des projets de loi
favorables aux unions homosexuelles, les indications éthiques suivantes sont à
prendre en considération :

Dans
le cas où serait proposé, pour la première fois à l'Assemblée législative, un
projet de loi favorable à la reconnaissance juridique des unions homosexuelles,
le parlementaire catholique a le devoir moral d'exprimer clairement et
publiquement son désaccord et de voter contre ce projet de loi
. Accorder le
suffrage de son vote à un texte législatif aussi nuisible pour le bien commun
de la société serait un acte gravement immoral".

2 réflexions au sujet de « Rappel : les raisons pour tout catholique de s'opposer à leur "mariage pour tous" 2/3 »

  1. PG

    @ grami
    Familles catholiques : parce que les allocations familiales pour l’instant favorisent plutôt les naissances musulmanes. Regardez les listes de naissance dans la presse locale et régionale. Et comparez aux listes de décès : on comprend immédiatement dans quelle religion se situe l’excédent démographique.

Laisser un commentaire