Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / France : Politique en France / France : Société

Les préfets de Sarkozy peuvent vendre nos cathédrales

Lu iciChartres :

"Au détour de l’article 52 de la loi de finances 2010 se profile clairement la destruction par l’Etat sarkozyste de plus de deux siècles de protection du patrimoine national (…)

Or, l’article 52 de la loi de finances élargit le périmètre des monuments et sites transférables, qui ne sera plus limité à une liste fixée par décret et couvrira, dès 2010, la totalité des monuments appartenant à l’Etat et à l’ensemble de ses établissements publics ; en outre, l’Etat pourra maintenant se défaire aussi des objets mobiliers classés.

On peut, à première lecture, se dire que, si l’Etat cède son patrimoine aux collectivités territoriale, il n’ y a que moindre mal ; sauf que, la loi étant muette, rien n’interdira aux dites collectivités de pratiquer un nouveau transfert au profit d’une entreprise culturelle à visée commerciale, ou même d’un particulier.

Enfin, il est essentiel de signaler que seul le préfet aura à se prononcer sur les cessions, le ministère de la Culture, pourtant concerné au premier chef, n’ayant pas à être consulté.

Une partie de l’UMP s’en réjouit ouvertement et le rapporteur spécial de la commission des finances du Sénat, Yann Gaillard, a ces mots qui dévoilent la logique à l’œuvre : ce processus « s’inscrit dans la droite ligne de la « désétatisation » du patrimoine monumental …préconisée dans [un] rapport de 2002 sur le patrimoine monumental. De fait, c’est à la société toute entière qu’il appartient de conserver et d’entretenir le patrimoine, l’Etat ne pouvant se prévaloir d’aucun monopole en la matière. »

Cette distinction entre Etat et société toute entière, signe tout simplement l’arrêt de mort de la politique patrimoniale nationale".

Partager cet article

15 commentaires

  1. L’Etat en faillite vend tout

  2. Peut-on rappeler le règlement imposant de mettre les lieux de culte à la disposition des cultes concernés? Peut-on en conclure qu’une telle servitude a) est incontournable b) est de nature à abaisser considérablement la valeur des édifices concernés (ce qui risque de les rendre abordables pour n’importe qui ou presque -ce qui n’interdirait pas que l’acquéreur ensuite puisse décider de détruire ledit édifice-)?

  3. Que l’avis du sinistre de la culture ne soit pas sollicité, cela ne me semble pas bien grave, par contre le fait de pouvoir c”der ainsi le patrimoine, l’Arabie Saoudite, pour ne citer qu’elle pourra acheter nos cathédrales et les transformer en mosquées ! C’est là à mon sens le risque majeur d’une telle disposition !
    Nul doute que sarko apportera tout son soutien à l’islam pour détruire encore plus notre pays.
    Il faut absolument le virer en 2012 ! C’est une oeuvre de sauvegarde.

  4. Et ne critiquez pas le désengagement de l’Etat : il se donne les moyens de veiller sur nous.
    http://fr.news.yahoo.com/78/20091127/tfr-la-police-veille-sur-le-net-9e39cb8.html

  5. Après le vol, le voleur se débarrasse de son larcin en le vendant…
    Pitoyable..

  6. Personnellement , j’appelle moi auusi à “virer” tout ceux qui se réclament du parti unique, c-à-d l’UMP qui a pactisé avec le parti communiste chinois, refusant tout simplement de voter en pour des élus dont l’église dit clairement qu’ils sont maintenant “excommuniés”… ainsi que tous ceux qui voteront pour eux d’ailleurs …

  7. à Benoit : le virer d’accord en 2012, mais vous ne voyez pas qui va poursuivre son “oeuvre”, on commence à le préparer : DSKhan !!!! De mal en pis. C’est à se demander si ce sont les Français qui votent !!!

  8. Vive la France.
    Vive le Roy.
    A mort la Gueuse!

  9. Cette décision est réjouissante, cessez de vous morfondre. Il est grand temps de privatiser la culture. Il est aussi immoral de taxer un français musulman pour faire retaper nos églises et que de taxer un français catholique pour payer les frais de toutes les atrocités contemporaines du Ministère de la Culture. L’avenir de la chrétienté ne se fera que dans la liberté.
    Espérons seulement que l’Etat aura l’intégrité de rendre ces cathédrales (après les avoir volées!) aux communautés qui les font vivre.

  10. Entre le protocole de Londres(attaque de la francophonie), la réforme des concours administratifs (éviter les discriminations), le traité de Lisbonne, le retour dans l’OTAN… voila la nouvelle invention de N. Sarkozy.
    Comment les électeurs de l’UMP peuvent encore adhérer à ce parti et suivre “le président” de l’identité nationale dont le mondialisme est évident.

  11. Cette question de transfert est symptomatique de nos démocraties moribondes et n’est pas récente. Elle est clairement apparue dès les premières lois de décentralisation en 1983 et trouve son point culminant dans l’adoption du Code du patrimoine de décembre 2004. Ce que certains semblent découvrir aujourd’hui ou tentent d’imputer à Sarkozy, n’est que le résultat des politiques passées de « droite » comme de gauche et longuement mûries. Le mot « droite » étant bien évidemment impropre, puisque ne relevant pas de vraies politiques de droite. Une telle loi pour de tels transferts ne se fait pas en deux ans!
    À force de vouloir tout contrôler, l’état est dans l’incapacité de gérer ce qu’elle avait décidé de prendre en charge après spoliation et en contreparties d’impôts. L’état nationalise les biens privés de l’Église en contrepartie de leur entretien et d’en laisser l’usage au culte. Dans le même temps, il augmente régulièrement et progressivement les impôts auprès des contribuables afin de trouver les financements nécessaires à l’entretien.
    Ce qui se passe avec nos monuments est de même nature que la Sécurité Sociale.
    Sous la garantie de l’état, on nous demande de payer alors que les mutuelles chrétiennes d’avant-guerre existaient et étaient en équilibre. On casse donc ce qui fonctionnait pour étatiser toujours plus la société. Au final, à force de mauvaise gestion ou de gestion très discutable, et dans l’incapacité de résoudre un problème exponentiel, on crée un second niveau d’imposition à travers des mutuelles afin de tenter de conserver un niveau comparable de couverture. Or nous voyons bien déjà que ces mutuelles ne sont plus non plus en mesure de couvrir les montants des dépenses que l’état lui transfère progressivement. Résultat, on augmente les cotisations des mutuelles tout en réduisant les remboursements : toujours plus d’impôts pour toujours moins d’efficacité.
    La faillite inévitable de tout état socialo communiste incapable de bonne gestion des dépenses et généreux sur d’autres dépenses utilisées à d’autres fins (politiques immigrationistes, CMU, avortement, planning familial, etc.)
    Pour en revenir à nos monuments, au bout d’un siècle, l’état n’est plus en mesure d’entretenir ni d’augmenter encore les impôts directs.
    Il décide donc d’en reporter la charge aux collectivités locales qui n’auront d’autres moyens à leur tour que d’augmenter les impôts. Il y aura alors fort à parier que les conseils régionaux demanderont en contrepartie le droit d’en user à leur guise. (Droit d’affectation avec ou sans baux payants, un euro symbolique pour certains et des fortes sommes pour les autres), voire de faire financer pour partie ou totalité l’entretien ou restauration par des mécénats. Mais dans tous les cas nous savons déjà que ces futurs impôts seront eux aussi insuffisants.
    Résultat, quand la majorité des gens en auront marre de payer, qui plus est, pour des bâtiments d’un culte dans lequel ils ne croient plus, il ne restera alors qu’à :
    — faire reporter la charge sur les fidèles restants (mais sans en avoir la propriété)
    — modifier la destination en désaffectant les lieux et en les réaffectant en supermarchés ou mosquées…
    — démolir purement et simplement
    — entretenir ou restaurer à bas coûts sans réel comité scientifique nécessaire à la restauration des monuments historiques (les conseils régionaux étant les maîtres d’ouvrages et les employeurs des conservateurs qui constituent les comités scientifiques – voir les transferts des DRAC -, on voit déjà les collusions possibles et les dérives inévitables…)
    Toutefois et pour essayer de finir sur une note positive, si l’état fait ce qu’il veut de « ses biens », il y a cependant une rupture morale dans la loi de 1905.
    Il serait intéressant de connaître la volonté de l’Église catholique en matière de défense de son patrimoine. En effet, la loi de 1905 peut être regardée historiquement comme spoliation révolutionnaire. Rien ne diffère la loi de 1905 des nationalisations et spoliations communistes dans les pays de l’ancien bloc de l’est ou des biens des juifs dans les pays qui furent occupés par les Nazis. L’Église de France serait en mesure de porter l’affaire devant la Cour Européenne et de demander la restitution de ses biens, au même titre que n’importe quelle personne spoliée, surtout dès lors que l’état n’assume plus sa part du « contrat » de cette loi de 1905.

  12. Nous payons à l’Etat des impôts pour qu’il entretienne le patrimoine.
    L’Etat baissera-t-il les impôts quand l’entretien sera à nos frais ??

  13. “la société toute entière “, son moyen d’agir, c’est l’état ! “Au nom du peuple français”…

  14. C’est bien… avant les régionales, les gens qui ont voté Nicolas Sarkozy vont peut-être ainsi être décillés et ne pas voter UMP, Nouveau Centre, MPF, CNI et Christine Boutin aux régionales…
    Je crois que l’UMP cherche les ennuis… Cela ne se passera pas comme en 1905 avec la réquisition des biens de l’Eglise… Cette fois-ci, la République et tous ses sbires sauteront.

  15. L’argent ainsi récolté servira-t-il a financer les ….. mosquées ?
    Au secours ! LAB revient !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services