Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Les points clés de Universae Ecclesiae

Selon le père Lombardi, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, :

Ced "Dans ce document, la compétence des évêques diocésains est confirmée pour la réalisation du Motu proprio, rappelant qu'en cas de controverses sur la célébration dans la forma extraordinaria, c'est la Commission « Ecclesia Dei » qui tranchera.

Le document apporte aussi une clarification sur le concept du « groupe de fidèles » qui souhaite assister à la messe dans sa forme extraordinaire : les personnes ne doivent pas forcément appartenir à une même paroisse et pourront même venir de différents diocèses (§ 15).

Une précision importante est toutefois ajoutée : les fidèles qui demandent la célébration du rite dans sa forme extraordinaire « ne doivent en aucune façon soutenir ou appartenir à des groupes qui se disent contraires à la validité ou légitimité de la forme ordinaire » du rite romain et/ou à l'autorité du Pape comme Pasteur Suprême de l'Eglise universelle. « Cela irait, en effet, en contradiction manifeste avec la finalité de ‘réconciliation' du Motu proprio lui-même ».

Des indications « importantes » sont aussi apportées sur l'aptitude du prêtre à célébrer dans la forme extraordinaire. « Naturellement celui-ci ne doit pas avoir d'empêchement d'un point de vue canonique, suffisamment bien connaître le latin et le rite à célébrer », précise le P. Lombardi. Les évêques sont aussi invités à encourager une « formation adéquate » dans les séminaires."

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. C’est là, apparemment et malheureusement, la réponse et la conclusion du Vatican aux discussions doctrinales avec la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Visiblement, c’est plus facile d’être “amis” à Assise avec toutes les religions du nonde, qui nient la divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, que de reconnaître les errements de Vatican II aux côtés de la Tradition.
    [Quels relents! C’est tout simplement le résultat de l’Autorité et du Primat de Pierre. En effet, vous avez bien raison : le chef est à Rome. Et quand c’est décidé, c’est décidé! Tout simplement. C’est cela qu’exige la Tradition en effet.
    Le Pape et le Vatican ne sont pas tenus de s’aligner sur la FSSPX. L’inverse, si.
    Lahire]

  2. L’inverse, non plus 😉 Mais c’est un bien long débat… ne serait-ce que l’autorité du Pape quand on voit ce que font certaines “conférences épiscopales”, voire même certains évêques, qui par exemple osent montrer Notre-Seigneur sur une chaise électrique, comme Mgr Di Falco à Gap il y a quelques années… Vaste débat en effet que l’aurorité du Pape. Quelle est-elle depuis la collégialité voulue par V2 ? 🙂
    [Ah ça, combien vous avez aussi raison sur les conférences épiscopales. En revanche, sur la collégialité… des textes! Lahire]

  3. Saint Pie V avait canonisé la Messe qui porte son nom, car elle était, et est parfaite.
    Celle de Paul VI est calquée sur les liturgies de Cranmer ( évêque apostat devenu anglican), un mauvais arbre ne donne pas de bons fruits.
    Espérons que rapidement la Messe Ordinaire soit celle de toujours et l’autre, celle à l’envers, vite mise aux oubliettes, elle a vidé les églises, les séminaires, désacralisé la Beauté liturgique unique.
    Il faut redresser la barre, et chasser en plus toutes les fantaisies bêbêtes ,voire scandaleuses, trop présentes dans nos églises.

  4. Merci “lève-toi”, je n’osais pas le dire… Oremus pro Pontifice nostro Benedicto.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services