Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Les Pays-Bas ne protègent plus les malades suicidaires

Une directive de l'Association néerlandaise de psychiatrie recommande aux praticiens de relâcher leurs patients afin qu'ils puissent mettre fin à leurs jours "dans la rue" puisque la loi actuellement en vigueur dans le pays les empêche d'aider leurs patients à se suicider.

Partager cet article

5 commentaires

  1. Sur le bog en lien
    “un responsable d’un syndicat de cheminots roulants a fait savoir son indignation car il craint de voir exploser le nombre de personnes qui se jettent sous les trains – il y en a aujourd’hui 200 par an aux Pays-Bas –, une expérience traumatisante pour les conducteurs de trains qui parfois en deviennent inaptes à pratiquer leur métier”
    Nous vivons dans “le meilleur des mondes” et non l’améliorons?

  2. Monstrueux…

  3. Ils n’ont rien en boutique sur la non-assistance à personnes en danger ?

  4. Et comment on est sûr qu’ils vont se suicider sans tuer le voisin ?

  5. Si les psychiatres décident qu’il ne faut pas traiter la crise suicidaire parce qu’elle n’est pas pathologique, ils peuvent démissionner, car à part ça, ils ne soignent pas grand chose efficacement.
    Pourquoi? Tout simplement parce que le suicide (au sens large) est la voie finale commune de toutes les pathologies mentales. A part les problèmes alimentaires et l’usage de drogues, les patients psychiatriques n’ont pas beaucoup de moyens de mourir – refuser de prendre en charge la crise suicidaire ça revient en gros à décider que les malades psy peuvent bien crever et que ce n’est pas un problème en soi
    OK, admettons, ayons les idées larges : mais alors à ce moment là il ne faudra pas se prétendre psychiatre, ni toucher d’honoraires…
    Notez au passage le paradoxe de l’idéologie dominante :
    – les médias ne cessent de monter des “épidémies de suicide”, sous-entendant de facto que le suicide n’est pas un acte libre, mais un phénomène déterministe lié en partie à des facteurs qui pèsent sur les individus
    – dans le même mouvement, on exige et on défend le droit de mourir.
    C’est inconsistant : on ne peut revendiquer la liberté d’effectuer un acte qui n’est pas libre, ou alors la liberté en soi n’a plus de sens. On ne peut pas attaquer les entreprises pour harcèlement moral, tout en laissant les gens se tuer.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services