Les ordinations de la FSSPX “illégitimes”

Ce mot provient de la salle de presse du Vatican. S'il est confirmé, il ne devrait surprendre personne. En effet, cette précision est dans la suite logique de la lettre du Pape aux évêques :

"Le fait que la Fraternité Saint.jpge X n’ait pas de position canonique dans l’Église,
ne se base pas en fin de comptes sur des raisons disciplinaires mais doctrinales. Tant que la Fraternité n'a pas une position canonique dans l'Église,
ses ministres non plus n'exercent pas de ministères légitimes dans l'Église
. Il faut
ensuite distinguer entre le niveau disciplinaire, qui concerne les personnes en
tant que telles, et le niveau doctrinal où sont en question le ministère et l’institution.
Pour le préciser encore une fois: tant que les questions concernant la doctrine
ne sont pas éclaircies, la Fraternité n’a aucun statut canonique dans l’Église,
et ses ministres – même s’ils ont été libérés de la punition ecclésiastique – n’exercent
de façon légitime aucun ministère dans l’Église
".

Aucune nouveauté donc dans la déclaration du jour, aucun scandale à provoquer, aucune réaction effarouchée à soutenir : il appartient à la FSSPX depuis la levée des excommunications de saisir la main tendue, de se placer sous l'autorité du Pape et de recouvrer ainsi une position canonique qui lui permettra d'ordonner légitimement ses prêtres.

15 réflexions au sujet de « Les ordinations de la FSSPX “illégitimes” »

  1. Berg

    La notion de “‘ministère légitime” est nouvelle… du moins dans ce sens.
    Elle est créée pour les besoins de la cause, qui est de dire que la FSSPX est catholique sans être catholique tout en l’étant mais pas vraiment quoique quelque part elle pourrait l’être.
    Si on se place d’un strict point de vue canonique, la FSSPX a une existence canonique (l’acte de 1970 étant encore valable faute que le recours de Mgr Lefebvre en 1975 ait été jugé). Ainsi, elle continue de jouir du droit d’incardiner et d’appeler ses membres aux ordres. Ceci est complètement distinct de la question de la légitimité du sacre des “Quatre”. En soi, la FSSPX jouit du droit de faire ordonner ses prêtres par tout évêque catholique latin.

  2. Scribe

    C(est bien gentil, mais pour saisir la main tendue, encore faudra-t-il faire revenir sur les erreurs de Vatican II. Sinon, à quoi bon ?
    [“Revenir sur les erreurs de Vatican II” : Pas ici qui n’est pas une plate-forme de théologie et encore moins une forums de théologiens.
    Rome n’attend que le dialogue. Il le veut, le demande, le suscite… et le silence lui répond. Alors, si effectivement, il y a des volontaires, tant mieux. Pour le bien de l’Église (unam, sanctam, catholicam), son unité dans la Vérité et la charité et le retour de FSSPX. Lahire]

  3. Hermine

    Il me parait discutable de parler de la “légitimité” d’ordonner de nouveau prêtre dans une Église qui souffre cruellement du manque de vocation.
    [L’Eglise n’a pas vocation à faire du chiffre. Lahire]
    Il me semble que c’est même le devoir d’un Évêque que de donner aux fidèles les moyens de la grâce. Il conviendrait d’employer de préférence “licite” qui convient mieux à la situation, c’est toute la discussion depuis presque 30 ans, 1976 pour être précis.

  4. alexis

    Rien de nouveau sous le soleil ?
    Existe-t-il une différence entre “illégitime” et “valide mais non licite” ? “Illegitime” peut-il entraîner une excommunication “latae sententiae”? Si la réponse est non à chaque fois, doit on en conclure que cette déclaration très impersonnelle de “madame salle de presse” ne vise qu’à calmer un certain episcopat?
    Merci de votre réponse (Lahire ou toute personne qualifiée!)

  5. Jacques

    A lire les échanges sur le forum catholique, des gens sans doute mieux formés que moi y voient plus une adresse aux évêques germaniques qu’une menace pour la FSSPX Le dialogue continue, prions pour l’unité des catholiques, au service de la Vérité

  6. jpa

    lahire> recouvrer ainsi une position canonique qui lui permettra d’ordonner légitimement ses prêtres.
    La FSSPX a depuis longtemps présenté son point de vue sur l’état de nécessité, qui ne disparaît pas du jour au lendemain.
    Je conçois que vous n’adhériez pas à cet argument, mais reconnaissez que pour ceux qui y adhèrent, le problème ne se pose pas exactement en vos termes.
    lahire> Rome n’attend que le dialogue. Il le veut, le demande, le suscite… et le silence lui répond
    De par la nature du dialogue en question, je me demande si vous ne confondez pas le silence avec le refus délibéré de s’étaler publiquement dans la confusion. Parce que des échanges ne seraient pas publiés, rien n’aurait lieu?
    Et la récente visite de Mgr Fellay à la Congrégation pour la doctrine de la foi, c’est aussi du silence?
    [Non, pas du silence. Mais pas de réponses et d’engagements non plus. Donc du silence sur l’essentiel. Lahire]

  7. jpa

    lahire> pas de réponses et d’engagements non plus. Donc du silence sur l’essentiel
    Silence sur l’essentiel? Je ne suis ni Mgr Fellay ni le cardinal Levada.
    Mais je me réjouis pour vous si le cardinal Levada vous en a fait part.
    [Pas encore, mais ça ne saurait tarder. Je me contente en attendant de lire ce que dit et écrit mgr Fellay. Lahire]
    Discrétion publique plutôt. Au moins pour un délai humainement raisonnable pour chacune des parties.
    [Apparemment, non… Lahire]

  8. Savo

    Il s’agit de couper court au velléité de sanctions canoniques diocésaines. Certains évêques allemands ont en effet menacés d’excommunier la FSSPX à cause de ces ordinations.
    Quant à saisir la main tendu par Rome. Je crois qu’elle est saisie et que le soucis du supérieur général est de pas perdre son troupeau.

  9. Hermine

    Suite à mon message,Cher Lahire vous me dites : “L’Eglise n’a pas vocation à faire du chiffre” je réponds faux, archifaux. Au contraire, elle a un devoir impératif à faire du chiffre. L’humanité toute entière à vocation à être baptisée. A partir du moment où nous sommes baptisé, tous, nous avons vocation à être sauvés, mais pour cela, tous, nous avons besoin des sacrements qui nous procure les grâces indispensables au salut. Sans prêtre vous faites comment ?
    [On est bien d’accord… L’Eglise n’a pas vocation à faire du chiffre, mais à sauver chaque âme. Quant à l’absence possible de prêtres qui vous fait peur, faites confiance à la Providence! Lahire]

  10. Marie

    @ Hermine : je suis d’accord avec ce que vous répond Lahire, d’autant plus que je vous suspecte de ne pas être favorable à l’ordination de “n’importe qui” pour être prêtre. Je ne dis pas que les prêtres de la FSSPX sont n’importe qui. Mais – et contrairement à ce que dit Berg – dire “je suis catholique” n’a aucun sens si en même temps je ne suis pas dans l’Eglise. Et comment peut-on dire qu’on est dans l’Eglise alors même qu’on en refuse un Concile ? C’est le propre de la Réforme et in fine du protestantisme (et de tant d’autres dérives d’ailleurs…) : je fais partie de l’Eglise mais tel pape, ou tel Concile, ou tel dogme, je le récuse. Et je me fais ma petite religion perso, selon mes désirs / plaisirs / sentiments / réflexions.
    Or, la foi et l’enseignement de l’Eglise se reçoivent; tout entier et non “ce qui m’arrange”.

  11. catherine

    la FSP10 n ‘a jamais fait sa “petite religion perso”;elle adhère à 2000 ans de christianisme, sans en enlever un iota; si ces 2000 ans de christianisme sont interdits depuis le dernier Concile, il y a un problème.
    J ai été très surprise d’entendre des personnes pratiquantes ou non expliquer très sérieusement que la pratique traditionnaliste , ce n’était pas la même religion que l’actuelle; j’ai répondu à ces personnes que j’étais très soucieuse qu’elles aient changé de religion!!
    quand on en arrive là, il y a un problème quelque part!!!

Laisser un commentaire