Les millions de conducteurs français toujours plus rackettés par l'Etat

Coup de gueule d'un usager de la route :

"En France, il y a désormais quelques millions d’ennemis publics numéro un. Ce sont les automobilistes, citoyens d’autant plus dangereux qu’ils peuvent cumuler les déviances, apéro et pinard, porto et cigare. Des serial killers en puissance, on vous dit.

À défaut de pouvoir tous les mettre en prison, au moins peut-on les rançonner jusqu’au trognon, les peler jusqu’à l’os. Ainsi, pour financer ce« Grand Paris » dont on nous bassine depuis des décennies sans véritablement nous dire ce qu’en seront les contours futurs, allons-y pour le racket des automobilistes : le PV de stationnement parisien devrait passer de 17 à 35 euros.

C’est une idée de Denis Baupin, gourou écologiste à la mairie de Paris et, de fait, une idée parfaitement écologiste. C’est-à-dire une idée péremptoire et coercitive, n’ayant strictement rien à voir avec l’écologie authentique, celle d’un René Dumont ou des théoriciens de la décroissance, par exemple.

Car Denis Baupin a les moyens de vivre à Paris. Et comme tout bon Parisien, ne conduit pas : dans la capitale, marche à pieds, métro, bus et taxis suffisent ; parole d’ancien parisien. Mais les autres, les étrangers de banlieue ou des « quartiers » ? Quand ils doivent, pour leur travail ou leurs loisirs, monter à la ville, commence l’ascension du Golgotha. Entre Velib’ et Autolib’, les places leur sont chichement comptées. Ajoutez les places réservées aux handicapés, invalides de guerre, livreurs et autres convoyeurs de fonds, sans oublier les potelets, sortes de sex toysencombrant les trottoirs parisiens.

Pour se garer donc, deux solutions : des parkings qui vous coûtent un avant-bras la demi-heure, ou de l’aléatoire à l’arrache. Bien sûr, on peut toujours mettre des sous dans le parcmètre, sauf qu’aujourd’hui, ce n’est plus possible. Why ? Because qu’avant, nos chers petits Roumains travaillaient le bidule à la perceuse, juste histoire de récupérer la menue monnaie pour le compte de réseaux organisés. La municipalité aurait pu neutraliser lesdits réseaux, elle a opté pour le paiement par carte, laquelle vaut un autre avant-bras chez le buraliste du coin. On se gare donc comme on peut.

Comme le banlieusard, le bouseux, avant d’arriver au Graal, soit une place libre, a dû rouler comme il pouvait, contrôlé par des radars fixes ou mobiles, en attendant la nouvelle génération de radars embarqués. Faisant gaffe à ne pas oublier de mettre le clignotant au troisième rond-point en moins de deux cents mètres, d’avoir son gilet jaune à l’avant, son triangle orange à l’arrière et son éthylomètre entre les deux. Malheur à lui si les enfants sont mal sanglés dans leurs sièges ressemblant de plus en plus à des capsules spatiales, si les pneus qu’il n’a pu changer, faute de sous, sont trop lisses ou s’il manque, dans le coffre, la boîte à ampoules de rechange. Racketté à tous les étages, il devra de plus endurer les leçons de morale de gendarmes à l’esprit aussi délié qu’une corde à nœuds.

 


Après, on s’étonnera que tant de Français en soient réduits à rouler sans permis… Des compatriotes que les médias nous présentent comme des assassins, confondus, volontairement ou pas avec ces voyous ivres morts et chargés d’autres substances qui, au volant d’un 4X4, ont volontairement explosé une voiture de policiers après avoir franchi un barrage de nuit.

Mais les autres gens, les honnêtes gens, s’ils enfreignent la loi, c’est avant tout pour pouvoir continuer de travailler et de se nourrir. Ce ne sont pas des députés ayant toute aise de voter des lois liberticides ; ils s’en foutent, roulant en voitures de fonction avec chauffeur. Ce ne sont pas des Parisiens non plus : ils travaillent juste, car sans voiture, infirmières, ambulanciers et artisans, sans compter les simples mères de famille qui parfois roulent vite pour aller chercher les enfants à la crèche ou chez la nourrice, c’est le chômage garanti ; et la misère qui va avec.

Heureusement, il existe encore des esprits, à la fois libres et sensés, qui luttent contre la dinguerie ambiante. Au rang de ces derniers, la Ligue de défense des conducteurs. C’était l’occasion ou jamais de saluer ici leur action, laquelle nous rappelle opportunément qu’il y a encore des Français refusant de se faire tondre. Bref, que nous ne sommes pas encore tous des moutons".

7 réflexions au sujet de « Les millions de conducteurs français toujours plus rackettés par l'Etat »

  1. 57 tonnes

    Petit bémol sur la dernière phrase: la plupart des policiers et gendarmes, qui font partie du monde de bouseux, en ont MARRE de racketter les honnêtes gens quand des voyous multi-récidivistes circulent librement et représentent un danger pour tous.

  2. Denis Crouan

    J’ai dû payer une amende de 90 euros parce je roulais à 55km/h au lieu de 50. Soit.
    Dans le même temps, à la sortie du lycée où j’enseigne, je vois tous les midis des jeunes sans casques qui font des roues arrières sur leurs engins, qui dépassent toutes les voitures attendant sagement que le feu se mette au vert, qui slaloment au milieu du carrefour, qui font du rodéo dans des véhicules conduits par des jeunes dont on imagine qu’ils n’ont pas fumé que du tabac… Mais là, pas un gendarme à l’horizon. Pas un seul PV… Il n’y a que certaines catégories de citoyens qui peuvent être verbalisées.
    Ah si, j’oubliais : la semaine dernière, une collègue qui voulait voir le classeur d’un élève de terminale a trouvé du cannabis entre les pages. Il y a eu une timide réaction. Tout de même.

  3. femme de flic

    et les flics aussi en ont marre !!!!
    A savoir, ils ont reçu l’ordre de ne pas arrêter les jeunes sans casques …courses poursuites interdites ! eh oui, s’il y avait un accident cela leur retomberait sur le dos ( cad direction IGS ) plus les émeutes violentes que cela entrainerait ! souvenez vous de Villiers le bel !!! ça vous revient , les émeutes et le tutti quanti … bah voila c’est la suite logique , on baisse les yeux , y a rien a voir ! les pauvres ils sont malheureux alors on les laisse faire .
    Mais ça commence à causer sec et ils ont de moins en moins de patience nos hommes en uniformes …

  4. PK

    @ femme de flic,
    S’ils en ont vraiment marre, qu’ils le prouvent…
    Assez de lâcheté : des faits.
    Il suffit d’arrêter de trouver des coupables faciles… qu’ils reviennent bredouilles systématiquement d’une chasse au pigeon et cela changera…
    Mais pour cela, il faut du courage…

Laisser un commentaire