Bannière Salon Beige

Partager cet article

Sciences

Les médecins, sont-ils les nouvelles «putains» de l’air du temps ?

Les médecins, sont-ils les nouvelles «putains» de l’air du temps ?

Tribune libre proposée par un lecteur, via le module « proposer un article » en haut de page :

Bon an mal an et jusqu’à un passé récent, les médecins avaient au fond une assez bonne réputation. Ils étaient perçus à la fois comme compétents et altruistes. De même que «Monsieur le curé» et l’instituteur, le «docteur» était lui aussi considéré comme une autorité morale, une sorte de «garde-fou» sur lequel, quand tout allait mal, on pouvait comptait. Or, en l’espace de deux petites générations (en gros, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale), la perception du grand public à leur égard aura radicalement changée. Ils sont aujourd’hui, dans l’ensemble, considérés- hélas, à juste titre- comme des sortes de « larbins en chefs » du système, toujours prêts à ramper devant la dictature du moment. Oui, ces dernières décennies, les médecins n’auront fait qu’osciller entre l’appât du gain d’un côté et un lâche conformisme de l’autre, ils auront systématiquement raté le train de l’histoire. Bref, ils n’auront fait que s’aplatir devant le diktat du moment.

Je propose, en m’appuyant sur quatre exemples simples, d’essayer de convaincre les bonnes âmes qui seraient encore bercées d’illusions…

1) Dans les années trente en Allemagne, la majorité des médecins s’est couchée avec zèle devant les thèses abominables de Hitler, en soutenant le parti nazi.
C’est seulement après la capitulation du Troisième Reich que l’ordre des médecins allemand a fait semblant de condamner les thèses eugénistes qu’il n’avait pourtant cessé de soutenir auparavant.
2) Dans les années soixante-dix, et notamment en France, les médecins se sont quasiment tout de suite carpétisés devant les lobbys féministes en approuvant (contre l’évidence biologique) la légalisation du meurtre des enfants-à-naître (avortement). Certes, il y a aura eu quelques exceptions notoires (qui confirment la règle) comme le grand professeur Jérôme Le Jeune, père de la génétique moderne ou encore le docteur Xavier Dor.

3) En 2018, la radio allemande « Deutschlandfunk » (j’avais écouté l’émission en direct) rapportait que 70% des chirurgiens allemands – et ce chiffre est très probablement le même dans les autres pays occidentaux- ne se laisseraient pas opérer s’ils étaient à la place de leurs patients. En clair, cela signifie que dans 70% des cas, les chirurgiens n’opèrent que pour gagner….du fric (Eh oui).

4) Depuis 2021 et jusqu’à maintenant, ils se couchent devant les directives de la dictature de l’hygiène (contre l’évidence des chiffres et du bon sens). Ici encore, outre leur lâcheté et leur incapacité à lutter contre la pression du groupe médiatique dominant, l’appât du gain jouera un rôle primordial. Rappelons que certains d’entre eux ont gagné (et cela continue aujourd’hui) de véritables fortunes en vaccinant «à la chaîne». Notons, qu’il en va de même pour les pharmaciens qui s’en sont mis « plein les poches » avec les tests covids payants…Certes, dans certains cas, il est difficile de ne pas faire «la pute»…(triste circonstance atténuante, hein…)

Alors, me direz-vous : «oui, mais les toubibs ne sont pas les seuls à ramper devant la dictature». Certes, ils ne sont pas les seuls. Avec eux, nous trouvons, en effet, la grande majorité des journalistes, politiciens, et autre «philosophes» de l’establishment, de même d’ailleurs que l’occidental moyen, bref, « Monsieur tout le monde ».
En revanche, les médecins sont bien les seuls à avoir la connaissance qui aurait dû leur permettre de dénoncer cette dictature de l’hygiène qui écrase sous nos yeux l’humanité; chose qu’ils ne font pas. C’est pourquoi, nous sommes en droit d’attendre d’eux, un peu plus que leur pitoyable suivisme docile, saupoudré de soumission au fric. Et c’est pourquoi, il est de notre devoir de leur témoigner ouvertement notre mépris et notre colère. C’est justement par respect à l’endroit des grands thérapeutes de l’histoire qui parfois ont donné leur vie pour sauver leurs patients, que nous devons condamner sans ambages ce vil asservissement « participatif » des médecins contemporains. Ne pas le faire, serait une faute, car seul le courage de la vérité pourra (peut-être) un jour crever l’abcès; condition «sine qua non» à tout renouveau.

Jean-Pierre Aussant, auteur catholique

Partager cet article

71 commentaires

  1. Y’a aussi les flics et les militaires

  2. Un peu facile de s’en prendre à une corporation, aussi veule soit elle ! Juqu’à plus ample informé, elle n’est pas la seule à avoir “veauté” Macron, loin s’en faut. Donc …

  3. Tout est dit dans cet article de Jean-Pierre Aussant : la docilité, la servilité, la vénalité de nos médecins, chirurgiens, pharmaciens qui se sont couchés devant le pouvoir et ont pris fait et cause pour lui, trahissant le serment d’Hippcrate, considéré comme le texte fondateur de la déontologie médicale. Ils ont piqué à tour de bras, délégué à des subalternes dociles la tâche d’euthanasier des centaines, voire davantage, de nos anciens, dans des conditions d’inhumanité insupportables. Même les médecins de famille ont participé à ce grand massacre.
    La confiance envers eux est rompue, définitivement rompue. Mais plus grave encore, cette confiance est rompue envers même toute nouvelle technologie médicale ou médicamenteuse à venir.
    “Science sans conscience n’est que ruine de l’âme” (Rabelais)

    • Un petit fait divers qui les a énormément desservis : pour chaque ” piqué ” contre cette soit-disant épidémie , ils recevaient 80 euros ! Ah , l’argent …. l’argent …..

    • Pleinement d’accord !
      Excellent article, il est temps de remettre les morticoles à leur place et de dénoncer leur corruption monstrueuse !

  4. Mengele a fait des émules avec les injections expérimentales à l’échelle planétaire.
    Circonstance atténuante : ils ont tellement de choses à apprendre et se mettre dans le tibia que l’esprit critique ne doit pas faire partie de leur formation.
    Autrefois les médecins faisaient leurs humanités avant d’accéder aux études médicales, aujourd’hui ils sont devenus des singes savants acculturés et le patient humain : un client biologique, alors on ne peut plus trop leur en demander.

  5. Parlons aussi des médecins et des vaccins. J’en connais un qui ne jurait il y a un an que par ceux-ci pour conjurer la COVID. Ayant été vacciné avec rappels et ensuite contaminé avec symptômes assez graves, il a quelque peu révisé honnêtement sa position…

  6. Totalement exact

  7. Et je dirai même mieux combien de ces zigotos qu’on a vu sur les chaînes de télé émargent chez Pfizer ou autres laboratoires pharmaceutiques. Quant à certains si sûrs de leurs science qu’ils nous prennent nous pauvres péquins pour des imbéciles

    • Merci du panégyrique que vous faites des médecins.
      Pourquoi vous en prendre à une corporation dont la raison d’être est de soigner, à part quelques hurluberlus qui sont éblouis par une éphémère notoriété médiatique ?
      Vous auriez aussi bien viser les journalistes, les politiciens et même les évêques, tous emportés par la dechristianisation ambiante qui touche tous les étages de la société.
      Vous oubliez le brave médecin de base, loin des micros et proche de son téléphone qui représente l’énorme majorité de la profession.
      Entre autres nous quel concours avez vous donc raté pour être si plein de haine ?
      Et n’oubliez pas que les patients ont les médecins qu’ils méritent.
      Je vous souhaite monsieur une très bonne santé !

      • quel rapport avec un concours, monsieur toubib ??? Il y a des gens très intelligents, dont les moyens des parents ne leur permettent pas de s’embarquer dans 7 années d’études médecine, qui réussissent des concours d’un niveau bien supérieur (en maths , notamment) au QCM de perroquet requis pour médecine ! (rappelons que, jusqu’en 75 à peu près, un bac ” D” suffisait pour entrer en médecine ( bac intermédiaire pour les médiocres en maths et mauvais en lettres ..)
        Ces gens là se retrouvent, fragilisés dans la fin de vie, à la merci d’une caste pleine de morgue (à l’hôpital ,du moins) qui utilise son bourrage de crâne purement technique et son monopole pour enfin exercer son pouvoir ultime (de vie ou de mort ) sur les individus ” divergents” qui n’ont pas eu à subir les leçons d’anatomie, les gardes de nuit, et autres grossièretés de salles de garde…. Alors , la haine , elle est de quel coté ?? ( UNE ANCIENNE lauréate terminale C – on dit S maintenant – dont la moitié ( pas la + brillante ! de la classe avait choisi de ” faire médecine” uniquement pour le fric et les voyages .aucun n’avait de ” vocation” ; tous cynique…comme plus tard , quoi !

  8. Objection, votre Honneur ! Vos arguments financiers relèvent en réalité… de l’obsession et démontrent que vous ne connaissez probablement que fort peu ou à coup sûr de façon très superficielle le monde de la médecine.
    Depuis bien longtemps déjà, les revenus des médecins ne sont plus (et de loin) ce qu’ils ont été au cours du XIXème et de la première moitié du XXème siècle. Beaucoup tirent même le diable par la queue… même si quelques-uns ne sont que des machines à sous.
    Vous oubliez aussi que l’on a la médecine (et les médecins) que l’on mérite et que ceux dont vous nous parlez ne sont qu’autant de reflets de la société de notre pays. Les refus d’un grand nombre d’entre eux d’accepter, dans bien des domaines, les contraintes d’un métier hors du commun en sont autant de preuves évidentes : paresse, jouissance, égoïsme mais aussi inculture, conformisme, lâcheté ne sont que les images en miroir de nos compatriotes.
    Ajoutez à ce triste tableau la tyrannie des pouvoirs publics et des diverses administrations de la santé qui menacent chaque jour davantage leur liberté (devenue fantomatique) au nom du “budget de la sécu.” et vous comprendrez peut-être pourquoi… pas une tête ne dépasse. Car, quand on a investi autant de temps et d’efforts dans ces études et ce métier, qui peut prétendre pouvoir en changer. IL FAUT BIEN BOUFFER !
    Mais sachez que tout cela ne va pas s’arranger puisque la seule issue, face à une telle paupérisation du plus beau métier du monde, issue d’ailleurs choisie en toute conscience par nos pouvoirs publics, est la fuite en avant par le recrutement exponentiel de médecins à diplômes étrangers (venant pour la plupart du Maghreb et d’Afrique subsaharienne) dont il faut savoir qu’ils sont la plupart du temps incompétents. Mais, que voulez-vous, il faut bien combler les pénuries de personnels hospitaliers ou irriguer les déserts médicaux de nos provinces…
    Comme le font d’ailleurs les négriers en Méditerranée pour le compte de chefs d’entreprises véreux ! Mais, là aussi, nous avons les pénuries de main d’oeuvre que l’on mérite pour avoir, par exemple, laissé mourir les filières d’apprentissage.
    Bref, il va nous en falloir du temps, de la patience et du courage pour inverser ce cours tragique de notre Histoire. Mais peut-être même… que nous n’y parviendrons pas.

  9. Ce monsieur a une méconnaissance de la médecine et des médecins.
    Il est d’une ignorance crasse .

    A vomir ce genre de tribune venant d’un incompétent croyant savoir. Qu’il vienne une journée voir notre travail au lieu de mettre dans le même sac quelques ordures avec la plupart des médecins qui sont honnêtes.
    Dr PONTIER

    • Merci, cher confrère de votre courage à défendre notre profession !
      “Seuls les bieportants haïssent leurs médecins. ”
      Bien confraternellement !

      • « Cher confrère « …
        On voit de suite la base de l’argumentation.

      • De l’importance de l’article.

        J’espère que vous vouliez écrire : “Seuls des bienportants haïssent leurs médecins.”

      • Heu…. Ça, j’ai du mal à y croire coyez-vous.
        J’ai des amis médecins que j’apprécie bcp mais je connais aussi pas mal d éperonnes qui, pour avoir malheureusement trop souvent affaire à des médecins en raison de pbl de santé, sont devenus très méfiants envers la profession et ne les portent pas dans leur cœur.

    • “la plupart sont honnêtes ” – dans cette profession, elles et ils doivent l’être dans leur totalité.
      Ou alors, faire comme Madame Buzyn et d’autres médecins avant elle, se faire recruter à la Cour des Comptes. Fabius a essayé d ‘ y introduire un kinésithérapeute, mais il fut refoulé.

  10. Ce qui est excessif est vain…
    Le chiffre sur les interventions chirurgicales qui seraient inutiles est totalement fantaisiste.
    Compte-tenu de la judiciarisation de la société, la mise en cause des chirurgiens pour absence d’indication chirurgicale serait extrêmement fréquente aboutissant à des condamnations nombreuses.
    Pour le reste le corps médical est à l’image du corps social, ni mieux ni pire.
    Je reste surpris des généralisations concernant une profession.
    Vous oubliez les morts récents et passés lors d’épidémies par exemple.
    Soyez plus économe de votre mépris qui risque de vous eclabousser…

    • Oh vous savez, c’est juste une généralité sur les généralistes.

    • Vous savez bien qu’il est très difficile de mettre en cause la responsabilité d’un soignant.
      Mieux vaut demander plusieurs avis, car les diagnostics peuvent différer.
      C’est le patient qui prend la décision, mais le médecin, le chirurgien, doivent lui donner toutes informations.

  11. Une autre cause de la dévalorisation du métier de médecin : aujourd’hui, tout le monde croit pouvoir donner des leçons de médecine, de statistiques, d’épidémiologie, de virologie… après avoir regardé quelques vidéos sur YouTube.

  12. Vous comparez les médecins aux “travailleuses du sexe”. Sans être leur client, j’ai pu dialoguer avec certaines d’entre elles. Elles m’ont semblé plus libres et plus critiques par rapport au système que ces médecins. Elles étaient en tout cas plus patriotes que bien des députés. D’une certaine manière vous rabaissez ces dames !

  13. Autant, ayant eu affaire à des médecins admirables à quelques exceptions près, j ai de l’estime pour eux, autant il faut aussi être conscient que la formation médicale repose sur un apprentissage “par coeur” et somme toute assez peu d analyse autonome, malgré le principe théorique du diagnostic.
    Par ailleurs, le champ médical étant extrêmement vaste, il n est pas étonnant que les médecins ne soient pas spécialistes de tout, et aient tendance à faire confiance à ceux qui leur sont présentés comme “experts” par leurs réseaux.
    Le grand traumatisme est donc que l on se rend compte que non seulement leur “suivisme” aura été largement supérieur à ce qu on aurait espéré (alors qu’il n’a rien de nouveau, le fluor en est un exemple), notamment à cause de lacunes dans la formation? Mais en plus, ceux qui n’ont pas suivi auront été massacrés socialement, sans pitié, par les réseaux de pouvoir et de conflits d’intérêts qui règnent en maîtres, faisant taire un grand nombre d’autres.
    La conjugaison des deux donne un triste spectacle et ne doit pas réjouir les membres du corps médical qui auront su faire la part des choses.

  14. Et il n’est pas évoqué la noria de médecins de plateaux experts auto proclamés et patentés par les chaînes grand public pour charogner sur leurs courageux collègues qui ont eu le panache de s’extraire de la meute hurlante pour donner un avis dissonant, type Raoult, Perrone ou autre Henriot-Caude qui ont sauvé l’honneur de cette profession.
    Le corporatisme malfaisant régissant cette profession représenté par l’Ordre des médecins se révèle être son poison.

  15. Un simple fait, tout récent.
    Une amie m’apprend qu’elle est atteinte du covid, les symptômes tendant à disparaître, mais qu’il lui faut surmonter une grande fatigue. Elle ne va vraiment pas bien.
    Elle a opté consciencieusement pour les vaccins, ne manquant aucun rappel.
    Je suis tout de même inquiète.
    Cette amie ne m’a jamais critiquée, alors que j’ai refusé tout vaccin. J’ai eu un petit covid de 8 jours début 2021 certes suivi de fatigue. Mais j’ai préféré mon immunité personnelle à toute substance.
    Si seulement j’avais pu influencer cette amie !

  16. Merci !
    Bien dit !

  17. Je regrette mon docteur de famille après 35 ans d’amitié et de conversations nombreuses.
    Irremplaçable homme de l’art qui ne vendait rien mais soignait. Vraiment.
    Mieux manger pour mieux vivre et si possible du sport pour finir un jour en bonne santé.

    Quant au médecin traitant actuel, il s’est rétracté énergiquement lorsque je lui ai dit que ce serait lui qui m’injecterait le truc covid puisqu’il insistait pour la piqûre.
    Je n’ai finalement jamais cédé devant ses oukases. Il m’en veut. Dommage.

    Il faut voir ce film Une œuvre sans auteur (Werk ohne Autor) qui d’un réalisme terrifiant sur l’attitude de la médecine sous le 3ème Reich.

    Au fait, parlez-nous du Ségur de la médecine, nouveau funeste programme de Macron et sa bande. Je pense que cela va secouer.

    • Il est bon quelquefois de changer de médecin pour avoir un autre point de vue, un œil neuf.
      Le médecin habituel peut passer à côté de symptômes et être prison.ier de ses habitudes.

  18. Ce commentaire d un “auteur catholique” est peu charitable.. Je vous renvoie à cette lettre publiée il y a quelques temps sur ce site émanant d’une jeune étudiante de Grenoble, ayant fait le choix de cesser ces études de médecine en 4 eme année (tout de meme!) adressée au conseil de l’ordre de son département.
    Elle expose toutes les raisons pour lesquelles , elle avait pris cette décision,compte tenu des PRESSIONS de toutes parts qu’elle risquait de subir à terme et qui allaient à l’encontre des ses idéaux d’exercice futur.
    De meme,à cette occasion j’avais posté un commentaire que je vous invite à lire.
    DR JL LANASPRE.(bientot en retraite totale à 71ans..)

  19. Malgré un début de carrière au ministère de la santé dans les années 80 qui m’avait un peu ouvert les yeux, je gardais quelques illusions…
    J’ai été violemment déniaisée sur la moralité médicale dès 2012, au CHU de Nantes, face à des médecins, et futurs médecins, prêts à tout, mentant effrontément, sans aucun scrupule même si cela détruisait irrémédiablement des jeunes vies, par orgueil et pour ne pas se déjuger en reconnaissant leur erreur…
    Erreur que 10 ans après, et malgré de longs procès, ils ne reconnaissent toujours pas.
    Le comportement du corps médical durant l’épisode COVID relevait donc pour moi de l’anecdote, et m’a laissée indifférente.
    J’avais depuis longtemps perdu mes illusions.
    Mais je me réjouis que beaucoup ouvrent les yeux à leur tour sur la déliquescence morale de la profession.
    Arrogants, menteurs, méprisants, sans scrupules, cupides, voici hélas révélé l’état d’esprit de nombre de médecins, notamment hospitaliers.
    Rappelons que le CHU de Nantes est le fief du Pr RAFI qui a acquis en 2020 sa célébrité avec des messages de menace adressés au Pr Raoult avec un téléphone portable du CHU !
    C’est dire le niveau.

    • “arrogants menteurs, méprisants … refusant de se déjuger ” : voilà la définition de certains juges actuels, et quant à certains avocats, le changement de comportement est flagrant, en une génération.
      Ma famille appartient au monde judiciaire et j’ai vu en action mon père, avocat excellent et si souvent désintéressé : jamais je n’aurais voulu lui succéder et encore moins devenir juge. Je vois la déshumanisation de ces professions.J’ai une vocation autre, qui me comble, de même que des collègues. Il faut choisir l ‘intégrité qui donne la liberté et la conscience claire, même si c’est difficile dans le monde actuel.
      Molière avait déjà tout vu, à sa façon.

    • Il y a des salauds dans toutes les professions, même chez les prêtres. Vous découvrez la nature humaine ! Bienvenue dans le monde réel !

  20. Ce sont des responsables administratifs et politiques qui devraient avoir honte, pas seulement quelques médecins ni le personnel médical dont beaucoup ont fait de leur mieux avec les moyens du bord.

    En effet, je n’aurais pas pu imaginer que, par peur d’une nouvelle “grippe” inconnue, on décide de ne pas laisser les familles voir leur proche agonisant avant son décès ni pouvoir accompagner sa dépouille pour un enterrement digne mais jeter un corps dans un sac plastique sans autre forme de procès.

    C’est là qu’est le vrai scandale dû à des responsables politiques et administratifs que l’on devrait désigner. En particulier … il n’y avait pas de masque, il y avait le numerus clausus, il y avait l’administration économique de l’Hôpital, il y avait l’incompétence et le cynisme du si bête “il n’y a pas de masque” et de toute façon, “on ne sait pas comment le mettre” !

    • Votre remarque est juste. Les médecins sont dépossédés du pouvoir médical depuis longtemps. Ils gardent une certaine indépendance (limitée) dans leur pratique mais toutes les décisions de politique de santé sont prises par des administratifs purs et durs. Dans les hôpitaux, les conférences médicales d’établissement peuvent émettre des avis mais sans aucun pouvoir décisionnaire.

  21. “Mi-figue, mi-raisin”! Il y a toujours des médecins soucieux de leurs patients, comme d’autres pris dans le besoin actuel (bien souvent non rempli au vu du cout réel de la vie!) de rémunération de tous bon citoyen qu’ils sont eux aussi. Les médecins ne sont pas les seuls acteurs du corps médical. Bien souvent les infirmières en sous nombre, s’appuient sur des aide-soignants sous-payés ou sous pression, qui de fait manquent parfois de zèle!
    Des hommes et femmes avec leurs limites humaines, qui font un travail social prioritaire avec des subsides et dotations limités émanant de l’Etat Républicain, jugé à son tour comme aveugle sur les peine et nécessités du corps médical en exercice…
    C’est alors que les législateurs ordonnent au corps médical de pratiquer des actes que la culture judéo-chrétienne juge comme immoraux. Et si certains pratiquants ne s’y plient pas ils seront donc lâchés, délaissés, voire poursuivis. Certains praticiens cèdent, d’autres non…

    Cela vaut aussi pour le corps législatif, comme journalistique, du fonctionnariat de nos communes, de l'”Education” nationale (alors que l’éducation des enfants et jeunes relève de leurs parents!). j’en oublie ?

    Le cas parallèle observé dans les années 30 en Allemagne est intéressant.
    Comme il est toujours facile, quand l’argent ou les idées sont forts, qu’apparaisse une véritable dictature!
    J’y relèverait que en Allemagne, il y avait aussi une résistance anti-nazi. Disséminée dans la population, hélas oubliée dans les livres d’histoire, elle était tout aussi vindicative et violente que la résistance française luttait contre l’occupation de la France par le National Socialisme! Les corps de résistance ont communiqué et transmis aux alliés qui ont finalement défait (officiellement ?) ce système social.

  22. Je ne défends pas les medecins en général mais cet article est assez faible en fait . Il dit l’évidence du mal sur terre.
    Mais on pourrait faire aussi cela avec le clergé qui a laissé passer beaucoup de choses.
    Cependant évitons cette critique un peu grosse qui n’apporte pas grand chose.

  23. “Ne rien savoir et croire que l’on sait, voilà la maladie des hommes” ( c’est du Lao Tseu)
    Je me permets d’ajouter pour l’époque actuelle: ” ….surtout de ceux qui nous dirigent”.

  24. J’ai failli être victime de l’arnaque à la cataracte (appelée cataracte californienne) par un ophtalmo ancien chirurgien dans un hôpital spécialisé très côté. En fait je n’ai pas de cataracte.
    Mon médecin traitant ne pense qu’à me vacciner COVID sans aucun recul.
    J’ai eu 2 fois le covid et des médecins de campagne m’ont soigné avec antibiotiques et cortisone.
    J’ai été opéré à coeur ouvert par une équipe hospitaliere réputée. Le chirurgien était syrien et l’anesthésiste égyptien. Et c’était des pointures croyez moi.

  25. Le problème de la médecine moderne, c’est qu’elle ne voit l’homme que comme une entité biologique, alors que l’Homme, sommet de la création est fait à l’image de Dieu. Avec les guérisons inexpliquées de Lourdes, reconnues par le bureau international (plus de 5000 me semble t-il, dont 70 miracles reconnus par l’Eglise), la médecine devrait être humble.
    Hors j’ai l’impression quand je vais chez le médecin, ce qui est très rare, et que je pose une question sur ce qui pourrait être à l’origine du mal, justement hors domaine de la biologie, d’être pris pour un arriéré, un peu comme les noirs dans Tintin au Congo. Avec l’épisode Covid, cela m’éloigne encore plus de la médecine classique, d’autant plus que cela fait plus de 20 ans que je me soigne, ainsi que ma famille, aux huiles essentielles et à l’aide de plantes. Le médecin nous voit très peu. J’ai eu le covid, pas de panique, j’ai pris mes traitements, un peu de repos et il a guérit, comme une grippe sévère. Pas besoin d’être enfermé au bagne de de Cayenne.
    Je pense que cela vient de la formation actuelle de nos médecins, trop axée sur “la technique” et pas assez sur la psychologie et la dimension verticale de l’Homme.
    Je précise enfin qu’une bonne partie de ma famille a été ou est médecin et mon père n’aurai jamais empêché des enfants de voir leurs parents ou grands parents âgés pendant l’épidémie, sachant comme le disait un médecin du Midi que ne pas embrasser son grand père âgé de 100 ans est une idiotie, car c’est peut-être la dernière fois, covid ou non que ses petits enfants le verront vivant.

    • Miracle à Lourdes : il y a quelque temps, une dame de 90 ans en pleine forme, sereine, sur la photographie publiée dans Ouest- France, a témoigné.
      Petite fille de 4-5 ans, elle a été atteinte par la poliomyélite. C’est le médecin de famille qui a conseillé à ses parents de l ’emmener à Lourdes. Elle y est arrivée, ne pouvant plus se servir de ses jambes, dans son petit fauteuil roulant. Une trempette dans l ‘eau miraculeuse, la foi et des prières et elle est repartie sur ses petites jambes.
      Ce miracle n’a pas été officialisé, et je regrette seulement qu’il n’ait pas été étendu aux milliers d’enfants atteints par l ‘épidémie de poliomyélite !
      Surtout vacciner contre la poliomyélite qui n’est pas du tout éradiquée. Ce sont de vrais vaccins.

  26. Tout membre d’une profession appartient à sa société. Si la société valorise l’argent, la majorité le fera. Si la société est veule, orgueilleuse et vaniteuse, beaucoup de ses membres le seront.
    La question n’est pas tant le pourcentage de vils dans une profession, c’est le même partout ! Après un épisode de 2 ans de covid, normal -mais ni juste ni moral- que les médecins trinquent, on les a entendus mille fois plus que les bouchers ou les fleuristes…
    Penser aussi que de nombreuses professions, éduquées, jouissaient d’un statut aujourd’hui disparu : médecins, enseignants, officiers, ecclésiastiques, pharmaciens… Ils furent l’élite de la nation, supplantés de nos jours par des footballeurs, des rappeurs et des pétasses de cinoche, de quoi éprouver de la frustration.
    Opéré d’un double pontage, suivi médicalement par un vieux généraliste et un jeune cardiologue, je les remercie tous sincèrement pour leur savoir, leur diagnostic, leur écoute, leur disponibilité et ma santé recouvrée. Mais j’habite au Portugal et tout est différent.

  27. Je ne sais pas ce que réserve l’avenir mais je connaissais un médecin qui “prescrivait” en certains cas de prendre une dose de liqueur de Chartreuse, ça c’était de la médecine ! ainsi qu’une preuve d’ouverture d’esprit qu’il peut manquer à certains médecins… Evidemment il faisait une ordonnance, en parallèle, destinée au pharmacien.

  28. Il y a les putains et il y a les proxénètes…

    Il ne peut être question de vouer collectivement aux gémonies les médecins, même s’ils sont nombreux à se comporter comme des prédateurs financiers.
    Beaucoup plus grave me semble être l’état du “système”, totalement administré et donc politisé. Les frangins tiennent toutes les ARS et ont eu la peau de la plupart des organismes gérés par des bonnes soeurs totalement dépassées.
    Ce système est devenu totalement mafieux, surtout quand les fraudes s’élèvent à plusieurs dizaines de milliards d’euros, en particulier vers l’Afrique.
    L’acharnement politique à faire subsister la gabegie démontre que tout cela est parfaitement organisé. En témoigne aussi la menace faite par Frédéric Lagarde de lancer une commission parlementaire après qu’il eut été menacé d’être mis en examen pour clientélisme…
    C’est donc d’abord le système qui est totalement vérolé et d’abord par les accointances “philosophiques” qui ne sont que l’habillage de l’affairisme et la corruption.
    En revanche, que les médecins piquouzeurs compulsifs soient des apostats à leur serment d’Hippocrate relève de l’évidence.

  29. Je souhaite à Jean-Pierre Aussant de ne jamais avoir besoin de médecins qu’il déteste tant et qui ont visiblement tous les défauts de la terre.

    Piètre article d’une qualité médiocre sans nuance et totalement binaire. Un amas de généralités qui pourraient s’appliquer à toutes les corporations.

    Petit bémol cher Monsieur quant à votre propos indiquant les médecins s’en sont mis plein les poches grâce au vaccin : si les médecins se sont jetés sur les vacations de vaccination ce n’est que pour rattraper des honoraires indécents pour une profession d’un niveau aussi complexe humainement et scientifiquement.

    Les français n’ont que la médecine qu’ils méritent ; en détestant (jalousant) leurs médecins, les vocations ne sont plus là, les délais explosent, les consultations s’enchainent et la qualité des soins s’effondre. Ne vous plaignez pas d’attendre des heures aux urgences si vous ne voulez pas payer pour votre santé ni avoir le moindre respect pour le corps médical.

    Signé, un médecin français exilé à l’étranger loin de cette mentalité de lutte des classes.

    • Faire un client à l’heure en le faisant payer 70 à 100 € ou en faire 6 à l’heure à 25€ la consultation, que choisissez-vous ?
      Dans ma région, nous avions un médecin de la 1° catégorie. Il refusait les nouveaux clients ou alors liste d’attente de trois mois. Vous voyez donc que nous acceptons de payer. Il vient de prendre sa retraite, il n’a pas été remplacé.
      Ceux de la 2°catégorie sont plus accessibles et remplaçables, mais pour quelle médecine ?
      65 commentaires pour un sujet sur les médecins, c’est exceptionnel au SB, ne croyez-vous pas qu’il y a un problème avec eux autre qu’une simple jalousie de leurs patients ?

  30. Pourquoi le Salon Beige n’évoque-t-il pas le cas de l’enfant en Grande- Bretagne, dans un coma dont il pourrait sortir, lui aussi condamné à mort par les médecins alors que ses parents mettent tout en œuvre pour qu’il reçoive des soins.
    Le comité de défense des personnes handicapées à l’ONU, Genève, les soutient.
    Mais la Commission européenne des ” droits de l’homme ” saisie en urgence par les parents, a voté la mort.
    Contre l ‘espérance.
    Soutien aux parents.
    Bien entendu, la reine ne pense qu’à son confort et à ses toilettes. Que de gaspillage dans cette Firme !

    • On a fait mourir aujourd’hui, en Angleterre, d’une mort provoquée en hôpital, Archie Battersbee, 12 ans, contre la volonté de ses parents, leur enlevant tout espoir.
      Pensées et prières.

  31. C’est curieux, mais les Allemands d’une certaine époque disent toutes et tous qu’ils etaient opposés au nazisme, trop jeunes pour être enrôlés, etc.
    Cependant, une Allemande secrétaire bilingue chez l’avocat allemand exerçant à Paris, a eu le cri du coeur place de l’Opera8 – ” Ach, avant, nos drapeaux flottaient sur cette place et les panneaux étaient en allemand.” Il faut voir comment ils se comportent encore dans les hôtels et restaurants. Non, ils n’ont pas changé.

Publier une réponse