Les manifestants étaient non-violents : un journaliste raconte

Ivan Rioufol, journaliste, était hier à la Manif pour tous et dément les propos de ses confrères :

"Ce que j’entends à propos de la Manif pour tous, de sa
mobilisation et de ses débordements, ne correspond pas à ce que j’ai vu
sur place. Je note tout d’abord l’invraisemblable opération de désinformation menée par le ministère de l’Intérieur et
avalisée par les médias. Vendredi, ses services tablaient sur un peu
plus de 100.000 personnes sur l’avenue de la Grande-Armée. "La
mayonnaise Frigide Barjot, égérie des anti-mariage gay, ne prend sans doute plus comme avant
", assurait même "un policier de haut rang", dans Le Figaro de samedi. Dimanche soir, tandis que les organisateurs annonçaient 1,4 million de manifestants,
l’Intérieur en comptabilisait 300.000, ce qui est une provocation
stupide. Les cinq kilomètres séparant l’Arche de la Défense du haut de
l’avenue de la Grande-Armée étaient bondés à craquer, sur toute la
largeur de l’avenue évidemment
. Dès 14h30, les avenues Foch et Carnot
étaient, à leur tour, envahies par une foule tout aussi compacte et
toujours bon enfant
. Il était quasiment impossible, j’en ai fait
l’expérience, de se frayer un passage pour tenter de remonter vers le
podium, dressé derrière l’Arc de Triomphe. Là comme ailleurs, la foule
se pressait, y compris contre les barrières métalliques interdisant le
périmètre de la Place de l’Etoile. C’est peu après 15 heures que des
personnes excédées, dont un avocat en robe, ont commencé à repousser ces
barrières, à déborder le service d’ordre de la manifestation et à
prendre par surprise le cordon de CRS qui ne s’était visiblement pas
préparé à cette trouée. J’étais dans ce groupe.

J’ai écouté, ce lundi matin (sur RTL), le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, mettre en cause  des "militants d’extrême droite qui ont jeté des boulons".  Le directeur de cabinet du préfet de police, Laurent Nunez,
a parlé, lui, de "comportements très agressifs de certains
manifestants
". Des "factieux" ont été dénoncés à gauche. Pour avoir
accompagné ce premier flot de manifestants vers la Place de l’Etoile –
environ deux cents personnes, étonnées d’avoir pu franchir si facilement
les obstacles -  j’assure que tout s’est passé, à ce moment là, sans
violence
. La police a réussi habilement à resserrer les rangs, en
isolant ce premier groupe qui voulait rejoindre les Champs-Elysées. Une
deuxième vague, plus importante, a pris la relève environ une demi-heure
après. Cette fois, les CRS ont rapidement ouvert le passage, après
quelques tirs de gaz lacrymogène. Ils ont alors laissé au trois-quarts
libre l’accès à la place de l’Etoile. Des barrières antiémeutes ont été
installées sur les Champs-Elysées, au niveau du drugstore. Des familles
avec leurs enfants, souvent venues de province, ont pris possession des
lieux, tandis que les prises de parole se poursuivaient un peu plus bas.
Vers 17 h 15, j’étais face au mur dressé sur les Champs. J’ai remarqué
trois ou quatre jeunes qui semblaient plus excités que la moyenne. Une
vague tension commençait à poindre à cause de groupes qui tentaient de
contourner ce barrage par d’autres rues. Mais il n’y avait aucune
provocation visible
. Je n’ai pas assisté aux charges qui ont eu lieu peu
de temps après, qui ont été violentes malgré la présence de femmes et
d‘enfants. Voilà ce que j’ai vu."

22 réflexions au sujet de « Les manifestants étaient non-violents : un journaliste raconte »

  1. DLVT

    Euh …. quand même jusqu’à la Défense c’est un peu fort !! on aimerait bien, mais ce n’est de toute évidence pas le cas. Disons jusqu’à Sablons.
    Ne prenons pas le contre pied de la PP qui nous compte près de 5 fois moins que ce que nous sommes, mais n’exagérons rien non plus.

  2. Karv

    la vérité, c’est que le Grand Orient et ses obligés marxistes et néo-marxistes, prétendent violer les Français.
    Ils ont fait un pari sur la capacité de résistance du peuple.
    Ils sont en train de le perdre…

  3. John Fox

    Un grand merci à Monsieur Rioufol qui est l’un des rares journalistes à être de notre côté. Et c’est à reprocher aux médias: ils sont majoritairement pour ce projet de loi, et ne couvrent pas cette crise comme ils ont couvert le CPE en 2006!

  4. Olivier H.

    Merci pour le témoignage courageux de ce journaliste : je dis courageux car dans la profession cela suffit pour être discriminé et perdre son emploi… car le métier de journaliste n’est plus de relater des faits vérifiés mais de rapporter la bonne pensée unique…
    Question : quel journaliste sur les grands médias s’engage réellement en regardant les faits ? 300 000 personnes dit la police, au vue des photos c’est juste impossible. Quelle chaine de TV a le courage de le dire ?

  5. Jules

    Une chose à bien comprendre : nous autres, catholiques, pouvons malheureusement tomber dans le péché de mensonge, mais nous savons que ce n’est pas bien ; et, en général, nous avons tendance à dire la vérité – et à croire sincères les gens qui nous parlent.
    Il faut bien comprendre que, dans le monde politico-maçonnique, il n’en va pas du tout ainsi : non seulement ces gens mentent, mais ils considèrent qu’il est NORMAL de mentir. Tromper son prochain, c’est seulement être habile. Il faut seulement que le mensonge soit suffisamment crédible pour avoir une chance d’être cru (… mais, parfois, plus c’est gros, plus ça passe…)
    Il faut bien comprendre que des gens comme Manuel Valls, Ayrault ou Taubira MENTENT continuellement !
    Ils ne croient PAS UN MOT de ce qu’ils racontent sur le nombre des participants, sur les provocateurs d’extrême droite, etc. Ils sont installés dans le mensonge, et du coup, n’imaginent même pas que nous, nous puissions être sincère.
    Ils savent très bien que, dans leur camp, les mots “liberté”, “égalité”, “tolérance”, “laïcité”, etc. sont des leurres. Ils ne croient pas eux-même à leurs idoles. — Mais, du coup, ils s’imaginent qu’il en est de même pour nous, quand nous parlons de charité, de pardon, de distinction entre la personne et ses actes, etc.

  6. Jo

    Quand Pulvar/Montebourg étaient victimes d’une agression au moment des présidentielles, c’était aussi l’extrême droite !
    Elle en avait été tellement convaincue qu’elle avait pris soin de twitter avant de déposer une plainte !
    Cette extrême droite quand même !
    Même dans les rêves !

  7. Cosaque

    Ma femme et moi ont à peu près vu la même chose que Rioufol dont je salue l’objectivité puisqu’il y avait effectivement 2-3 racailles + excitées que la moyenne qui nous ont d’abord bien surpris.
    Nous avons accédé à l’Etoile de la manière la + naturelle. Venant de l’av de la gde Armée nous l’avons contournée par la gauche sans obstacle.
    J’ai d’ailleurs pu brièvement discuter avec l’avocat qui était une femme d’un beau panache ! Les av Hugo et Foch étaient effectivement remplies et les CRS empêchaient les manifestants d’accéder à l’Etoile en les refluant sur d’autres rues parallèles aux Champs.
    Vers 17h nous avons pris en “sandwich” le cordon de police qui empêchait l’av Hugo d’accéder au podium de la MPT. Opération réussie sans violence puisque les policiers se sont tt de suite écartés. Pdt qu’on s’occupait de Foch, 15 min après, la rue était à nouveau bloquée.
    Il nous fallait retourner par là où nous étions arrivés pour retrouver notre groupe car mais l’accès “par la gauche” était fermé. Moment de flottement pour nous mais un accès “sortie” était possible par Hugo.
    Je crois bien qu’une opération “rabattement” de la “nasse” de l’Etoile fut alors possible mais nous avions pu filer vers 17h15-20 de ce point stratégique…
    Voilà pour nous !

  8. Jacques

    Et je suis “l’avocat en robe” présent en haut de l’avenue FOCH, et je puis témoigné de la même manière, à svoir que l’ambiance n’était aucunement au caillassage de policiers, ni avec des boulons, ni avec autre chose. Aucun crâne rasé, ni autres casseurs.
    Je profite de ce message pour interpeller Madame BARJOT.
    Madame BARJOT,
    Je tiens avant tout à vous remercier pour le travail accompli, car si je ne me retrouve pas totalement chez vous, je dois reconnaître que vous n’avez pas ménagé vos efforts, et c’est incontestable: sa paye.
    Oui nous vous devons, à vous comme à toute l’équipe, qui avec vous, a permis aux français de tous horizons de se mobiliser pour la famille.
    Merci donc, et je vous rejoins sur le fait qu’il est fondamental de mobiliser largement, car ce n’est pas qu’une question politique, ce n’est pas qu’une question religieuse, ou à tout le moins c’est cela et encore plus que tout cela.
    Oui nous devons rester fermes et ne rien lâcher, promouvoir la famille en conformité avec la loi naturelle, source d’épanouissement pour les enfants.
    Une ombre au tableau…
    Je suis avocat, jeune père de famille, engagé comme il se doit, catholique pratiquant, attaché comme vous à la famille.
    J’étais présent en haut de l’avenue FOCH en robe, et ai donc été témoin des minutes avant que ce verrou ne saute…
    J’ai donc pu voir “les extrémistes” qui allaient par la suite envahir l’étoile.
    Notez que je n’y suis pas allé, car ma femme et mes enfants attendaient derrière, et que, ne parvenant pas à joindre ma femme par téléphone, je ne voulais pas qu’elle s’inquiète, ce d’autant que nous avions eu quelques relans de lacrymo, bref je ne voulais pas inquiéter plus que de raison mon épouse, et je l’ai rejoins ainsi qu’une amie dont le maris m’accompagnait.
    En tout état de cause, ceux qui quelques secondes après ont passé le barrage n’étaient pas ceux que la presse, aboyeuse nationale au service de ceux que nous combattons, a qualifié, de concert avec Monsieur le Ministre d’Intérieur, d’extrémistes.
    Au contraire, des jeunes, étudiants (l’une d’elle m’a même demandé un stage, désolé, nous n’avons plus de place), des pères et mères de famille, deux prêtres en soutane (qui contribuaient à calmer la foule), un élu avec son écharpe, des grand-pères, des grand-mères… bref, la France qui bosse, la France qui a fait des kilomètres pour venir dire NON.
    Et j’ai été meurtris quand hier soir, de retour à mon domicile, j’ai “zappé” sur BFM et consort et que je vous ai vu affirmer sur les seuls ouïes dire des journaleux que finalement tous ceux qui avaient eu des soucis avec les forces de l’ordres ne seraient que des fachos qui avaient même volés les polos de la manif…
    Je veux bien que l’on fasse preuve d’ouverture, mais point trop n’en faut, car là c’est à ne pas en douter une injure!
    Sur cette “barricade”, j’ai retrouvé mon jeune frère, séminariste, qui a peut-être plein de défauts, mais n’est pas un extrémiste, et lui a vécu la phase suivante, et est allé sur la place de l’étoile, et a donc vécu le gazage (avec nos impôts), et l’évacuation manu militari (c’est le terme), et là encore, il ne semble pas décrire ce que vous avez cru devoir relayer.
    Madame BARJOT, je veux croire que les mots ont dépassé votre pensée, et que votre réaction était liée à l’instant, forcée que vous étiez de réagir à une actualité qui nous a tous dépassé hier soir.
    Chère Madame, je suis à votre disposition pour vous décrire par le détail ce que j’ai pu voir, croyez-moi, ce n’est pas ce qui est redit dans les médias.
    Je suis de même supris que certains courants politiques, qui ont pourtant des députés n’aient pas été invités à prendre la parole à la Tribune.
    Mon Confrère Colard, Mademoiselle LE PEN, n’avaient-ils pas leur place?
    Je fais peut-être un procès d’intention, auquel cas je m’en excuse, mais n’est-ce pas une volonté une fois encore de faire du politiquement correct??
    Madame BARJOT, nous devons nous serrer les coudes, et l’exemple doit venir d’en haut!

  9. oiseau rare

    pas mal le post d’Olivier: cela sonne juste et l’humour est bien venu; manque une réflexion: sachant cela, pensez-vous que les gentilles manifestations de cathos naïfs leur fasse peur une seconde ?????????
    conclusion: arrêtons les bavardages et les actions aussi spectaculaires qu’inutiles et A-GI-SSONS !

  10. G

    F.B. devient maintenant un problème pour le mouvement.
    Il faut dénoncer son inhabilité politique : elle s’est mise hors-jeu en traitant de “fachos” tous ces gens qui allaient sur les Champs-Élysées et qui se sont faits gazer par les cohortes prétoriennes de Valls.

  11. WILLIAMSON

    Ce que j’ai vu et dont je témoigne c’est que :
    PREMIEREMENT : Le refus de la Préfecture d’ouvrir les Champs Elysées, malgré l’immense foule qui se compressait à l’arrivée à l’Arc de Triomphe, a été une prise de risque criminelle, qui aurait pu avoir des conséquences gravissimes…
    Les familles, avec enfants, etc., qui se trouvaient, congestionnés, pris en tenaille entre la foule qui arrivait sur eux, et le barrage de la police donnait un spectacle qui m’a fait peur !!!…
    On était pris dans une nasse, dont on n’a pu s’extirper qu’à grand peine !…
    On a vraiment eu de la chance que ça ne se termine pas en vraie tragédie !!!
    Le devoir du Préfet était de libérer l’accès aux Champs Elysée, pour laisser la foule s’écouler librement et en sécurité !… Il a fait courir un risque, potentiellement mortel à ces gens…
    DEUXIEMEMENT : les actions violentes des policiers ont été totalement disproportionnées par rapport aux profils, et aux comportements des gens qu’ils avaient face d’eux
    Ils ont clairement fait un usage abusif des bombes de gaz, des méthodes d’encerclement et d’intimidation, etc. etc. …
    … Courant en groupes compacts, menaçant et agressifs, autour des petits groupes épars qui étaient parvenus au Rond Point de Champs Elysées…
    Ils ont utilisé une agressivité et une recherche du contact surprenante, qu’ils fuient comme la peste, quand ils ont affaire à des « émeutiers de banlieue »… etc. etc. …
    En conséquence : il est évident que le Préfet et les autres responsables doivent être démissionnés !!!

  12. Chantal

    @ Jo | 25 mar 2013 15:18:01 :
    Oui l’av de gaulle était pleine.
    J’y étais et je suis partie de la Défense à 13h20, je ne suis jamais arrivée au métro Sablons, sauf après la fin de la manif !
    Arrêtez de mentir.

  13. dissident

    Absent de la fin de la manifestation pour cause de retour au bercail provincial (il fallait rejoindre les bus avant 18h) je n’ai pas vu les débordements immédiatement dénoncés par les médias. Mais la pression croissante de la foule constatée a proximité de la place de l’étoile en milieu d’après midi m’a rapidement conduit à penser que son cantonnement à la seule avenue de la grande armée serait illusoire . Si débordement il y a eu, il fut d’abord démographique: la faute à qui ?
    http://dissiblog.canalblog.com/archives/2013/03/25/26734756.html

  14. margaux

    Personnellement, j’ai envoyé un mail aux responsables de la manif pour tous de ma région pour leur demander de ne plus m’envoyer de mails de ce mouvement dont j’étais dégoutée au vu de l’attitude de FB hier…

  15. Joseph

    Merci Beaucoup pour ce témoignage presque parfait.
    En effet vous dites qu’il ni eut pas de violence lors de l’entrée sur la place de l’étoile mais j’ai bien reçu un coup de matraque sur la mains qui m’a d’ailleurs pète trois doigts
    Merci Hollande!!!

Laisser un commentaire