Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Les journalistes de La Croix sont-ils payés au nombre de fois où ils placent le terme “intégriste” ?

Jean Madiran dénonce les amalgames de La Croix dans Présent :

"Pour disqualifier les jeunes catholiques qui ont manifesté à l’extérieur ou à l’intérieur du théâtre excrémentiel, La Croix a construit un réquisitoire tellement universel qu’il n’y manque guère que le soleil et la lune. Elle y rassemble et elle y mêle Maurras, l’hostilité (coupable) à la Révolution française (de 1789), l’épiscopat de 1960 mettant « fermement en garde » contre Jean Ousset « dont l’influence est [à cette époque] grande dans l’armée, notamment en Algérie », et qui, l’abominable, aurait « justifié la torture au nom de saint Thomas d’Aquin » ; et puis le « schisme » de 1988, et aussi Jacques Trémolet de Villers « avocat de Touvier », et bien sûr Mgr Lefebvre. Quel rapport avec les manifestations contre l’excrémentiel ? Eh bien, tout cela en bloc, justement, ce sont les ignobles, ce sont « les intégristes ».

Quoi qu’il se passe du côté de ces catholiques qui déplaisent tant à La Croix, invariablement ce sont « les intégristes » qui sont mis en cause, accusés d’une culpabilité collective non précisée, il suffit qu’ils soient « les intégristes », tout est dit, on répète « les intégristes » ici, « les intégristes » là, et encore « les intégristes », et toujours globalement « les intégristes » : comme si les rédacteurs de La Croix, et principalement Nicolas Senèze et subsidiairement Bruno Bouvet, étaient appréciés au nombre de fois où dans un article ils arriveraient à placer « les intégristes », – et comme s’ils ignoraient qu’« intégriste » est à l’origine un sobriquet caricatural et méchant, devenu une injure, une perfidie, dénoncées et démontrées comme telles depuis des années et des années.

Pour enfoncer dans le déshonneur les jeunes catholiques manifestant contre la croissance d’un christianophobie ignorante, artificielle et persécutrice, La Croix accuse donc Jean Ousset, cinquante et un ans après coup, d’avoir « justifié la torture au nom de saint Thomas d’Aquin ». C’est (involontairement ?) une calomnie, et peut-être quelque Guillebon va croire que c’est vrai, mais de toute façon les jeunes catholiques en question sont nés vingt ans, trente ans, trente-cinq ans plus tard. […]

Madame Dominique Quinio, qui dirige la rédaction de La Croix, se dit attristée de recevoir des lettres d’insultes aberrantes et grossières. C’est le sort ordinaire de tout journaliste. Mais si elle s’attarde à en présenter publiquement un « florilège », c’est pour se désoler qu’on ne lui ait pas opposé, dans cette affaire, « des textes argumentés, des critiques affûtées ». Triste procédé de sa part, regrettable contre-vérité. Elle n’aurait donc jamais lu Jeanne Smits ? Madame Quinio souhaite être « en dialogue avec ceux qui pensent ou croient autrement ». Tiens donc. Je ne crois pas qu’on ait jamais vu La Croix dialoguer avec « les intégristes »."

De même sur France 5, l'abbé de La Morandais reprochait à un jeune de 28 ans la torture en Algérie, Franco et que sais-je encore.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]