Les Hongrois tenaient à avoir une nouvelle Constitution

L'eurodéputé hongrois József Szájerl, auteur du préambule de la Constitution, était à Rome pour deux conférences, ignorées par la presse, à l'exception de La Bussola :

Certains auraient préféré que nous ne mentionnions pas le Roi Saint Etienne dans le préambule de notre nouvelle Constitution. Eh bien, si nous ne l'avions pas fait, nous aurions nié nos racines, notre histoire, en un mot la vérité». L'eurodéputé PPE József Szájerl est apparu convaincant, déterminé, charismatique, lors d'une visite à Rome lundi pour une rencontre le matin avec la presse à l'ambassade de Hongrie, et le soir avec des étudiants de la prestigieuse John Cabot University.

Szájer, pratiquement inconnu ici, n'est pas un politicien quelconque, dans son pays. Il a présidé la Commission pour la rédaction de la Loi fondamentale Hongroise, et c'est à lui que l'on doit le préambule célèbre et controversé […] Le député européen du Fidesz (le parti de Viktor Orban) a expliqué aux rares journalistes présents dans l'auditoire – où l'on remarquait l'absence criante de la 'Repubblica', du'Corriere della Sera' et de Sky, les titres les plus férocement critiques de l'actuelle situation politique hongroise – que les Hongrois ont assisté avec une certaine perplexité aux très dures critiques reçues pour le choix libre et souverain d'adopter une nouvelle charte, et il a expliqué pourquoi: en 1222, le roi André II de Hongrie émana ce que l'on connaît sous le nom de "Bulle", autrement dit un acte très similaire à la Magna Carta émanée en Angleterre seulement quatre ans plus tôt, qui engageait le souverain à respecter certaines limites dans son action et constitue donc la première «constitution» de l'Europe continentale.

József Szájer a eu l'occasion de répéter que le choix de se doter d'une nouvelle Constitution était fortement ressenti par les Hongrois, également parce que les institutions démocratiques développés progressivement depuis 1990 reposaient toujours sur le désormais daté et discuté texte de la Constitution soviétique de 1949 «copié 'sic et simpliciter' de la constitution soviétique de 1936».

[…] L'eurodéputé s'est beaucoup battu ces dernières années à Strasbourg et à Bruxelles (en proposant par exemple, il y a deux ans, une «résolution du Parlement européen sur la conscience européenne et le totalitarisme»), avec des collègues d'autres pays ayant appartenu au Pacte de Varsovie, pour la reconnaissance d'une équivalence entre le nazisme et le communisme qui, en Occident, pour différentes raisons, est ignorée, mais qui est compréhensible et fortement ressentie par tous les peuples qui ont durement souffert du régime communiste."

2 réflexions au sujet de « Les Hongrois tenaient à avoir une nouvelle Constitution »

  1. Quousque Tandem

    Une petite erreur s’est glissée dans ce texte: la Grande Charte (Magna Carta) d’Angleterre n’a pas été promulguée en 1218, mais en 1215 (le 15 juin), soit sept ans avant la bulle du roi André II de Hongrie.

Laisser un commentaire