Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : identité chrétienne / France : Laïcité à la française / France : Politique en France / France : Société

Les Hongrois ont osé, pourquoi pas nous ?

Suite au succès indéniable de la marche pour la vie, Claude Wallaert nous propose quelques réflexions sur l'Espérance en politique, sur le site de Politique Magazine. Extraits sur l'exemple hongrois.

"Et puis, venant de l'autre bout de l'Europe, voici une autre lueur : connaissez-vous la profession de Foi nationale qui prélude à la Loi fondamentale de la Hongrie ? Elle commence ainsi : « Isten, aldd me a maggyart ! Bénis les Hongrois, ô Seigneur ! ». Vous imaginez la figure « moisie » des fonctionnaires européens à cette lecture, et à ce qui suit ? Car les législateurs magyars n'en restent pas là comme les américains avec leur « in God we trust » inscrit sur les billets de banque ! Jugez-en plutôt par ce petit florilège :

« Nous sommes fiers que notre roi Saint Etienne ait placé l'Etat hongrois sur des fondations solides en faisant entrer notre patrie dans l'Europe chrétienne ».

« Nous reconnaissons la vertu unificatrice de la chrétienté pour notre nation. Nous respectons les différentes traditions religieuses de notre pays ».

« Nous affirmons que les cadres essentiels de notre vie en communauté sont la famille et la nation et que les valeurs fondamentales de notre unité sont la fidélité, la foi et l'amour »

« Nous affirmons notre devoir d'aider les pauvres et les démunis ».

 Vous imaginez une constitution française célébrer le souvenir de Saint Louis et rendre hommage au socle familial de la nation ? De quoi faire baver de rage Voltaire et Rousseau dans leurs sépulcres !

Les Hongrois ont osé, eux ; pourquoi pas nous, un jour ?"

Partager cet article

14 commentaires

  1. Enfin, on commence à s’intéresser sur ce blog à ce qui se passe en Hongrie !

  2. Voltaire ne fut pas antimonarchiste. C’était un déiste, tout comme Rousseau. Il détestait l’Église on ne sait trop pourquoi. je ne sais pas ce qu’il pensait de saint Louis, mais il rendit un hommage appuyé au Roi-Soleil dans le Siècle de Louis XIV.
    A contrario, ses héritiers actuels, dont la tristement célèbre “promotion Voltaire” de l’ENA, beuark !

  3. Ce jour viendra ! Inéluctablement car la survie du Pays en dépendra. Mais, comme l’a prédit le Pape Pie XII : “Cela ne se fera pas en douceur :” A une foi indéracinable, au nombre et à l’acceptation du martyr, rien ne peut résister.

  4. En France, nous avons eu un homme qui a osé : voir les 16 Principes de la Communauté, remplaçant la déclaration des droits de l’homme, Principes rédigés par le maréchal Pétain, en temps de guerre et dans un pays occupé : [Ne pas oublier que le Maréchal avait consacré dans l’intimité la France au Cœur Immaculé de Marie en 1940, PUIS PUBLIQUEMENT en 1943. (Marquis de La Franquerie, La Consécration du genre humain et de la France au Cœur Immaculé de Marie, éd. Ulysse)] :
    I – L’homme tient de la nature ses droits fondamentaux, mais ils ne lui sont garantis que par les communautés qui l’entourent ; sa famille qui l’élève, la profession qui le nourrit, la nation qui le protège.
    II – Reconnaître à l’homme des droits sans lui imposer des devoirs, c’est le corrompre. Lui imposer des devoirs sans lui reconnaître des droits, c’est l’avilir.
    III – La liberté et la justice sont des conquêtes. Elles ne se maintiennent que par les vertus qui les ont engendrées : le travail et le courage, la discipline et l’obéissance aux lois.
    IV – Les citoyens doivent travailler à rendre la société toujours meilleure. Ils ne doivent pas s’indigner qu’elle soit encore imparfaite.
    V – L’esprit de revendication retarde les progrès que l’esprit de collaboration réalise.
    VI – Tout citoyen qui cherche son bien propre hors de l’intérêt commun, va contre la raison et contre son intérêt même.
    VII – Les citoyens doivent à la Patrie leur travail, leurs ressources et leur vie même. Aucune conviction politique, aucune préférence doctrinale ne les dispensent de ces obligations.
    VIII – Toute communauté requiert un chef.
    Tout chef, étant responsable, doit être honoré et servi. Il n’est pas digne d’être un chef dès qu’il devient oppresseur.
    IX – L’État a pour fins la sécurité, le bonheur et la prospérité de la souveraineté de la Nation.
    Il doit au criminel le châtiment, à l’innocent la protection, à tous la souveraineté des lois.
    Ces hauts devoirs définissent sa mission. Il ne l’accomplit qu’en exerçant l’autorité dans la justice.
    X – L’État doit être indépendant et fort.
    Aucun groupement ne peut être toléré, qui oppose les citoyens les uns aux autres, et tend à ruiner l’autorité de l’État.
    Toute féodalité met en péril l’unité de la Nation. L’État se doit de la briser.
    XI – L’État demande aux citoyens l’égalité des sacrifices : il leur assure en retour l’égalité des chances.
    XII – L’École est le prolongement de la Famille. Elle doit faire comprendre à l’enfant les bienfaits de l’ordre humain qui l’encadre et le soutient. Elle doit le rendre sensible à la beauté, à la grandeur, à la continuité de la Patrie. Elle doit lui enseigner le respect des croyances morales et religieuses, en particulier de celles que la France professe depuis les origines de son existence nationale.
    XIII – Ni la naissance ni la fortune ne confèrent le droit au commandement.
    La vraie hiérarchie est celle du talent et du mérite.
    XIV – L’économie d’un pays n’est saine que dans la mesure où la prospérité des entreprises privées concourt au bien général de la communauté.
    XV – La fortune n’a pas seulement des droits ; elle a aussi des devoirs proportionnés aux pouvoirs qu’elle confère.
    XVI – L’État délègue à ses fonctionnaires une part de son autorité et leur fait confiance pour l’exercer en son nom ; mais pour cette raison même, il punit leurs défaillances avec une sévérité exemplaire.

    • Presque parfaite constitution basee sur le principe de subsidiarité .
      Il y manque la reconnaissance de Lieutenance du Roi garant devant Dieu de la conformite des lois avec le Proto-commandement, le Decalogue et le commandement d’amour donné par Jésus-Christ en imitation de Son propre Amour (meme au prix du sacrifice)
      Lla Constitution du Marechal s’en rapproche mais comme toutes les oeuvres des hommes est imparfaite.
      Il vaut mieux peu d’articles comme “la Constitution divine ” et a cet égard la verification des actes au regard de celle-ci, que d’ailleurs l’Eglise appelle le Catéchisme, les Juges quand a eux sont par juridiction de subsidiarité appeles a juger des transgressions sociales selon les trois criteres de la gravité de l’acte, la Volonté de l’accomplir et la pleine connaissance du prejudice de l’acte.
      Pour determiner l’application de la peine et sa réparation. Par le transgresseur .en n’oubliant pas la misericorde qui veut que la peine a appliquer soit sauf tres rare exception plus faible que la loi du talion pour laisser une porte ouverte au repentir ., cette misericorde allant en diminuant et meme sautant en cas de recidive(s)

  5. Chaque pays écrit sa Constitution, sous l’influence de sa propre histoire.
    -La Hongrie a connu le “scissionnisme” avec l’arrivée de la République et l’URSS les “joies” du laïcisme à tout crin.
    Il n’est donc pas surprenant que soit rendu hommage à la Monarchie pour son aspect unificateur. Les Hongrois n’ignorent pas non plus que c’est un futur Pape qui a fait sauter le couvercle de l’URSS et que c’est (aussi) la Papauté qui a milité pour son entrée dans l’UE.
    -la France, elle, est devenue “Etat Nation” sous l’égide de la “Révolution française” qui a un caractère sacré pour les Français. Si les Français rejetteront quelques temps la République, ils militeront efficacement pour la sauvegarde de ses “valeurs” d’où l’acceptation du retour de la Monarchie (mais pas de l’Ancien Régime), le succès relatif d’un Napoléon associant mérite et faste royal et de nos jours le soutien à la V République.
    Les Français ayant connu, aussi, les méfaits des guerres de religion et des disputes fondées sur ces sujets (Dreyfus et cie) ils ne peuvent que voir en la laïcité la réponse adéquate à leur pays.
    Cela ne veut pas dire, pour autant, que le christianisme est délaissée. Toute la “philosophie” christique se retrouve dans la DDHC. Et culturellement, la France est et reste chrétienne.
    Quant à la famille, elle est bien présente…Dans le Code Civil et dans le préambule de 1946.

  6. Pauvre France,que j’ai honte pour toi.!!
    Allez,Philippe le Chouan,réveille toi.

  7. Saint Louis est né en 1214.En France, rien n’est prévu officiellement pour célébrer le neuf centième anniversaire de sa naissance. Il semble même que le Salon Beige n’en a pas encore parlé jusqu’ici.

  8. Autres lieux, autres moeurs! Je suis allée en Hongrie récemment. Leur fierté de la nation et de la chrétienté a été aiguisée par des siècles d’invasion, de domination, les Ottomans (turcs musulmans de l’époque) les autrichiens, l’URSS.. Ils en sont sortis..ils n’ont pas le moins du monde envie de se revoir envahis. Chez eux dire ” je cheris ma nation et la chrétienté” ne renvoie pas à l’image d’un front national conspué comme fasciste d’extrême droite, mais comme le sursaut salvateur de la Hongrie auquel chacun doit participer de toutes ses forces.

  9. Espérons en effet que nous le ferons.
    Mais il faudra du temps et bien des combats.
    Saint Michel et Sainte Jeanne d’Arc, priez pour la France.

  10. Vive la Hongrie, depuis Vaclav Havel, la vraie liberté assumée n’est pas un mot en vain

  11. Vive la Hongrie !

  12. Pour avoir discuté avec des hongrois catholiques ils m’ont expliqué que pendant la dictature communiste le fait d’être catholique signifiait être bloqué dans sa vie sociale et professionnelle. Ils allaient à la messe à 50 km de chez eux en disant aux voisins qu’ils partaient visiter des amis !
    Ils ont une foi qui s’est renforcée dans l’épreuve.
    Cela sera peut-être comme ça bientôt avec hollande et valls.

  13. De là à ce qu’ils rappellent Charles de Habsbourg à ses fonctions…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services