Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / L'Eglise : L'Eglise en France

Les évêques et le Front National : le tournant

Logo-ospLa polémique orchestrée par les opposants à la venue de Marion Maréchal Le Pen à l'Université d'été de l'Observatoire socio-politique du diocèse de Fréjus-Toulon est intéressante à plus d'un titre. Elle signe la fin d'une omerta injuste à l'égard d'un parti qui n'est certainement pas pire que les autres, en regard des principes non négociables. 3 principes qui "apparaissent aujourd'hui de manière claire" selon Benoît XVI en 2006, à ne pas confondre avec un magma d'idées vraiment peu claires…

Ce changement d'attitude, opéré grâce au courageux Mgr Dominique Rey, est significatif du changement de génération observé depuis quelques années et manifesté notamment lors des immenses manifestations du printemps des consciences à l'occasion du passage en force de la loi Taubira.

Unknown-21Lors de la création du Salon Beige, il y a déjà plus de 10 ans, nous avions notamment (mais pas seulement) pour ambition de sortir des clivages divisant les catholiques, sans tomber pour autant dans un relativisme. Afin d'unir les catholiques dans le combat commun.

Dans le domaine liturgique, le motu proprio de Benoît XVI Summorum Pontificum a permis de reconnaître pleinement les catholiques attachés à la forme extraordinaire du rite romain, permettant ainsi l'unité des forces vives de l'Eglise. Cette unité n'est pas achevée mais un pas immense a été franchi.

Sur le plan politique, La Manif Pour Tous a révélé le besoin de la jeunesse de France de sortir du politiquement correct, de l'embrigadement des médias et des partis, quels qu'ils soient, du désir de replacer le bien commun au-delà du militantisme politicien. Visiblement, certains, comme les derniers de Témoignage chrétien, n'ont pas encore compris que nous avions changé d'époque et de génération. Ils n'ont pas compris que nous ne sommes pas effrayé par leur diabolisation, leur omerta, leur cordon sanitaire et autre front républicain.

Unknown-20Contrairement à ce qu'écrit Guillaume Goubert dans La Croix (ce même journal qui loue l'homosexualisme), "l'accueil de l'étranger" n'est pas une "conviction non négociable" et Marion Maréchal Le Pen l'a rappelé elle-même samedi en citant le message de Benoit XVI à l'occasion de la journée mondiale du migrant :

"chaque État a le droit de réguler les flux migratoires et de mettre en œuvre des politiques dictées par les exigences générales du bien commun, mais toujours en garantissant le respect de la dignité de chaque personne humaine."

Nous avons déjà montré que le concept de préférence nationale est compatible avec la doctrine sociale de l'Eglise. Concernant l'immigration et l'islam, car ces 2 sujets sont liés, un prêtre catholique irakien, le P. Douglas al-Bazi, a invité les catholiques italiens à se réveiller, lors du « Meeting pour l’amitié entre les peuples » organisé chaque année à Rimini par Communion et Libération (avec 800 000 participants) :

« S’il vous plaît… S’il y a encore quelqu’un qui pense que l’Etat islamique ne représente pas l’islam, qu’il sache qu’il a tort. L’Etat islamique représente l’islam à 100%. »

« Réveillez-vous ! Le cancer est à votre porte ! Ils vont vous détruire ! Nous, les chrétiens du Proche Orient, sommes le seul groupe qui a vu le mal en face : c’est l’islam. »

Aujourd'hui, le bien commun nécessite de prendre en compte cette menace et non pas de sauter sur sa chaise en clamant l'accueil de l'étranger. Si nous ne nous privons pas de critiquer les positions contestables du FN, ce qui fait rager certains chiens de garde du FN qui voudraient transformer le SB en un blog partisan, il n'y a aucun doute sur le fait que les opinions politiques de Marion Maréchal Le Pen, qu'on les partage ou non, sont dans le champ du licite pour un catholique. Oh certes, elle reste prudente sur le champ de l'avortement, mais ce n'est visiblement pas ce qui lui est reproché par les bonnes consciences…

Guillaume Tabard, qui signe une excellente tribune dans Le Figarovox, écrit :

"[C]e sont ceux-là même qui prônent le plus le dialogue avec «l'autre», qui exaltent «le risque de la rencontre», qui voudraient ériger une barrière avec un «autre» qui ne leur plait pas. Ce sont ceux qui se revendiquent le plus fortement du pape François, le pape du «qui suis-je pour juger?», celui de l'envoi vers «toutes les périphéries» de l'Eglise, qui prétendent que Marion Le Pen serait au delà des périphéries acceptables."

Et nous faisons le même constat générationnel :

"Le pontificat de Jean-Paul II et le renouvellement des générations sont passés par là. La parole publique des évêques et l'engagement dominant des chrétiens s'est recentré sur la mission première de l'Église: l'évangélisation proprement dite. Le débat plus strictement politique en son sein a repris une place sinon secondaire, du moins seconde. Cette remise à sa place de la politique – au sens partisan du terme – permet aujourd'hui une relation plus libre, plus neutre, plus naturelle, et finalement plus décontractée avec les partis."

Et Guillaume Tabard rappelle qu'il n'y a pas si longtemps, ceux qui dénoncent aujourd'hui l'invitation d'une personnalité du FN, flirtaient sans complexe avec le Parti communiste.

Ce changement de génération ne concerne pas seulement les laïcs. Les prêtres aussi ont changé suite aux pontificats de saint Jean-Paul II et Benoît XVI. Et nombreux sont les prêtres de France, toute tendances liturgiques confondues, qui lisent chaque jour Le Salon Beige.

L'abbé Grosjean défend ainsi le droit d'inviter Marion Maréchal Le Pen :

IMG_1403La table ronde de samedi réunissait, outre Marion Maréchal Le Pen, l'ancien député-maire PS d'Ajaccio, Simon Renucci, le député Républicains de la Drôme, Hervé Mariton et Arnaud Leclere, du mouvement Sens commun (rattaché au Républicains). Pourquoi leur présence ne susciterait-elle pas aussi des mises en garde de nos chiens de garde du catholiquement correct ? Sont-ils tous hostiles au droit à l'avortement ? A la recherche destructrice d'embryons humains ? A l'euthanasie ? A la liberté scolaire ? A la loi Taubira ?…

Il est bon que les catholiques de différents partis discutent de leur projet politique en faisant primer le bien commun au militantisme partisan. C'est peut-être ainsi que de véritables alliances politiques, et non politiciennes ou électoralistes, pourront peut-être un jour avoir lieu.

Nous remercions Mgr Rey d'avoir eu le courage d'inviter publiquement Marion Maréchal Le Pen.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services