Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / L'Eglise : L'Eglise en France

Les églises de Paris et la Nuit Blanche. Et ailleurs?

Pas moins de 9 églises catholiques dont la Cathédrale de Paris et une église orthodoxe sont ouvertes la nuit prochaine pour accueillir des "spectacles" de la Nuit Blanche parisienne :

Bernardinsla cathédrale Notre-Dame,

l'église Saint Séverin,

l'église Sainte Eustache,

l'église Saint Sulpice,

la nef du collège des Bernardins,

la chapelle Saint Louis de l'hôpital de la pitié Salpêtrière,

les autres lieux catholiques sur le site du diocèse,

l'église orthodoxe des Saints Archanges.

Et il n'y a sûrement pas que le diocèse de Paris qui prête ses édifices religieux à cette manifestation (quid ailleurs?).

Certes, les spectacles proposés cette année dans ces églises parisiennes ont une annonce plus ou moins spirituelle – sans présager de la valeur artistique – et ne semblent pas couvrir de scandale comme dans le passé (2007) même si comme le rappelait Liberté Politique en 2007, les textes du Magistère sont formels :

"Que l'art de notre époque et celui de tous les peuples, et de toutes les régions ait lui aussi, dans l'Église, liberté de s'exercer, pourvu qu'il serve les édifices et les rites sacrés avec le respect et l'honneur qui leur sont dus, si bien qu'il soit à même de joindre sa voix à cet admirable concert de gloire que les plus grands hommes ont chanté en l'honneur de la foi catholique au cours des siècles passés (…)

Les évêques aussi veilleront à ce que les œuvres artistiques qui sont inconciliables avec la foi et les mœurs ainsi qu'avec la piété chrétienne, qui blessent le sens vraiment religieux, ou par la dépravation des formes, ou par l'insuffisance, la médiocrité ou le mensonge de leur art, soient nettement écartées des maisons de Dieu et des autres lieux sacrés" (Sacrosanctum concilium).

On peut enfin se demander si l'Eglise est tenue de coller autant au siècle en ouvrant des lieux qui évoquent suffisamment notre Foi à eux seuls et qui seront sans aucun doute privés ce soir de la présence réelle de Celui dont c'est pourtant la demeure. Cette interrogation n'est pas anodine à l'heure où le Pape nous demande de nous recentrer sur l'essentiel, surtout en ce premier samedi du mois du Rosaire décrété par l'encyclique Supremi apostolatus officio de Léon XIII.

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

13 commentaires

  1. les textes du Magistère?
    Qui s’en soucient?
    Pas les clercs en tout cas!
    Preuves en est!

  2. Hors du temple, les marchands !

  3. Dernièrement, j’ai assisté à l’église de la Madeleine à un concert donné gratuitement par une chorale masculine venue des Pays-Bas, il-y-avait presque deux-cents exécutants sur les marches du choeur et autour de l’autel-table moderne.Une partie seulement des chants étaient spirituels, on a même joué La Marseillaise à l’orgue suivie de l’hymne national hollansais, chanté par les choristes et leurs familles dans l’église.Je ne cite pas là un exemple très scandaleux mais, évidemment, dans ce genre de concerts donnés dans nos églises où se trouve le Saint Sacrement, on s’exprime à voix haute, on ne fait pas la génuflexion ni le signe de la croix en entrant etc.
    Je pourrais citer cependant une seule église parisienne qui, une fois l’an, donne un concert spirituel.Il est précédé de l’intervention au micro d’un des prêtres pour avertir le public qu’il se trouve dans la Maison de Dieu en lui demandant notamment de s’abstenir d’aplaudir.

  4. Les églises ne sont pas des musées.
    Qu’apporteront les cristaux en plastique avec leur éclairage criard de Sylvie Fleury à Notre-Dame de Paris? Ce Kitsch évoque plus une ambiance de machine à sous qu’un Chemin de Croix. On se moque de nous ; merci l’archevêché !
    Certes il y a pire, mais lorsque l’art profane s’impose en un lieu sacré sans le servir, cela s’appelle une profanation.

  5. D’un autre côté cela pourrait être l’occasion de faire entrer dans des églises, des gens qui n’y vont jamais, et, avec la Grâce de Dieu… (voyez André Frossard et bien d’autres). Saint Pierre de Rome est ouvert aux touristes et des messes y sont célébrées continuellement.
    Cela pourrait être une formidable occasion d’apostolat avec des expositions à caractère religieux et la présence bien visible de prêtres, l’ouverture possible des confessionaux…

  6. Des confessionnaux? vous rêvez! Il y a longtemps qu’on ne les utilise plus et qu’on les a démontés. Voyons, vous n’en avez pas besoin!… Discours bien connu, n’est-ce pas?
    Et après cela on s’étonnera que la Foi soit si fragile, que chacun se forge une religion en fonction de ses maitres et désirs…

  7. Cher VD “présence bien visible de prêtres”.C’était un des fonctions de la soutane…!
    Ouvrir les confessionaux??? Faut-y qu’il en reste et ça n’a rien de franchement excitant.
    Pourquoi toutes ces “nuits” de ceci et de cela ?Qui manipule ces fêtes païennes de nuit, sous le masque d’une culture humaniste?: L’esprit des ténèbres ou l’Esprit-Saint,Celui qui sépare radicalement le sacré du profane en pleine lumière.A chacun de faire le choix.Bonne nuit…quand même

  8. Merci de rappeler que c’est le mois du rosaire, j’avais complètement oublié.

  9. La nuit on se couche…

  10. Excusez mon ignorance… Vu que les églises d’avant 1905 ne sont pas propriété de l’Eglise de France, les diocèses sont-ils totalement libres de refuser la présentation d’oeuvres en leur sein ?…
    [oui, c’est contractuel pour toute église vouée au culte. Lahire]
    J’étais quant à moi à Saint-Denis (93), ce soir, pour une très belle soirée de break dance, danse contemporaine, banquet pluriculturel et cirque et je suis passé par la basilique où était exposée une installation d'”art” contemporain – pas anti-chrétienne, pas mauvaise comparée aux oeuvres d’art contemporain en général, mais hyper abstraite et pas particulièrement spirituelle (sensée évoquer la pixellisation). Est-ce un mal ?!…
    [relisez les passages de Sacrosanctum concilium et vous aurez la réponse : oui, c’est un mal. Lahire]
    Le public : surtout des blancs, quelques Antillais probablement, pas que des pratiquants assurément. Quasi aucune génuflexion mais un respect du silence.

  11. Je sors de cette “Nuit blanche”, pendant laquelle je suis passée à St-Séverin. On peut y écouter l’admirable motet à 40 voix, d’après Thomas Tallis (1573).
    A l’entrée, on nous donne une feuille qui explique à la fois l’oeuvre présentée dans le cadre de la Nuit blanche, et à la fois l’architecture et le mobilier de l’église, dans une perspective “catéchisante pour touristes”. Les visiteurs sont silencieux et contemplatifs.
    Une très bonne manière à mon humble avis d’attirer le Parisien moyen dans les églises et de lui faire entr’aperçevoir les réalités célestes au travers de la beauté de l’art.

  12. Arrêtons la critique systématique, je vous prie. Il existe également de très bonnes manifestations dans ces églises. Je sors de Saint-Séverin, où était donnée une interprétation du “Spem in Alium”de Thomas Tallis. C’était magnifique, vraiment. A l’entrée, étaient distribués des tracts présentant l’église, non pas en tant que monument historique, mais en tant que lieu de prière et de culte.
    Peut-on m’expliquer pourquoi les catholiques se priveraient de manifestation d’art chrétien contemporain lors de la Nuit blanche? Cessons de tout schématiser et entrons dans la nuance. Nous avons un art contemporain chrétien qui existe et qui doit exister, pourquoi le nier? “Les églises ne sont pas des musées”, évidemment! Mais d’une part, comme on le lit si souvent sur ce forum, elles représentent une part de notre patrimoine culturel et doivent donc participer à ce genre d’évènement et d’autre part, ces manifestations peuvent prendre le caractère de manifestations d’art chrétien, sinon sacré, et procéder ainsi de l’évangélisation.
    On râle sur le fait que les racines chrétiennes de notre pays sont bafouées et niées, mais si nous ne sommes pas capables d’ouvrir les portes de nos églises pour faire découvrir au monde notre patrimoine chrétien et montrer à tous que nous sommes capables d’être fiers de lui et qu’il est toujours aussi valable, faut-il réellement s’étonner? Certaines de ces manifestations sont réellement excellentes, et je tiens à saluer le travail que cela a du nécessiter. Cela n’a rien à voir avec les marchands du Temple. Il y a des âmes qui vont à Dieu par la beauté, l’art contemporain chrétien doit y aider.

  13. je souscris aux commentaires positifs ci-dessus. Quant à ceux qui affirment qu’il n’y a plus de confessionaux dans les églises, ils n’ont pas dû franchir leur seuil depuis bien longtemps..

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services