Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture : cinéma

Les Eblouis : une présentation uniquement à charge

Les Eblouis : une présentation uniquement à charge

Nous avons déjà évoqué la sortie au cinéma du film Les éblouis… qui ne nous a pas ébloui.

Ce film raconte de manière romancée ce que la réalisatrice, Sarah Suco, dit avoir elle-même subi dans les années 1990 entre ses 8 ans et 18 ans au sein d’une communauté charismatique résidentielle dans laquelle ses parents étaient entrés. Ce film rappelle que des dérives sectaires ont malheureusement eu lieu au sein même de mouvements et communautés de l’Église Catholique. Ce film peut être utile à bien des égards. Pourtant, la promotion qui l’accompagne jette un discrédit injuste sur l’ensemble du renouveau charismatique. C’est ce qu’explique une critique trouvée sur le site de L’Emmanuel :

Tout d’abord, le message véhiculé par la promotion du film jette faussement et injustement un discrédit sur l’ensemble du renouveau charismatique. En choisissant de ne pas nommer la communauté concernée (ce que l’on peut comprendre du point de vue de la réalisatrice) et de parler du « renouveau charismatique » en général, en décidant de planter le décor dans les années 2010 et non pas en 1990, période dans laquelle son histoire a eu lieu, la réalisatrice a pris le parti d’alerter sur les dérives qui ont lieu selon elle massivement « aujourd’hui en France dans les communautés charismatiques ».

Ainsi, par exemple, sur France 5, dans l’émission C’est à vous du 19 novembre 2019, une journaliste affirme par exemple : « Il en existe aujourd’hui partout en France de ces communautés-là ». Dans cette même émission, une journaliste affirme « qu’on estime entre 50 000 et 60 000 le nombre d’enfants victimes de dérives sectaires dans ce genre de communauté chaque année en France ». Ses propos sont en fait directement repris de l’interview de Sarah Suco dans le dossier de presse du film (voir ci-joint).

Comme Sarah Suco elle-même affirme ne pas vouloir faire de généralisation sur toute les communautés (« Il y a des communautés qui sont formidables » dit-elle sur France 2), il convient d’être précis afin de ne pas faire d’amalgame injuste ou faux.

Le dossier de presse ne parle malheureusement explicitement que des communautés charismatiques catholiques et ne donne pas la source des chiffres avancés. Si l’on additionne toutes les communautés du renouveau charismatique présentes en France, on arrive à un peu plus de 9 000 membres adultes prêtres, consacrés et familles inclues dont la très grande majorité ne vivent pas en communauté résidentielle. On s’interroge donc sur les sources du chiffre totalement irréaliste annoncé de 50 000 à 60 000 enfants encore concernés en France par des communautés telles que celle décrite dans le film.

Par ailleurs, depuis les années 1990, grâce à l’action de l’Église, des actions décisives ont été conduites lorsque des communautés catholiques étaient concernées par ce type de déviance. La situation actuelle n’a donc rien à voir avec celle des années 1990. La Cellule des Dérives Sectaires dans des Communauté Catholiques mise en place par la conférence des évêques de France en 2013, permet de réagir immédiatement en cas de nouvelle alerte.

On regrette donc vivement le manque d’information sur les changements déjà opérés depuis longtemps par l’Église ainsi que le flou et l’exagération dans les chiffres avancés. Pourquoi cette exagération ?

Le deuxième regret concerne la présentation uniquement à charge de l’Église et d’une pratique déviante de la foi chrétienne. Les « bons sentiments chrétiens » ne sont certes pas rejetés, les membres de la famille sont aussi présentés dans toute leur complexité mais les croyances religieuses et les pratiques associées sont ridiculisées. Toutes les prières chrétiennes sont discréditées. A aucun moment, n’est présentée une figure de chrétien qui refuse ce système sectaire : un tiers, un paroissien, un évêque qui apporte un regard nuancé ou critique. On peut comprendre que cette absence de l’Eglise corresponde au ressenti de la réalisatrice lorsqu’elle était enfant et qu’elle attendait de l’aide. Mais était-ce suffisant pour discréditer la foi de millions de personnes ? De ce fait, en fonction de leur sensibilité, il est possible que certains soient profondément affectés en voyant leur foi ainsi tournée en dérision.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!