Les déviants sont vexés

« Silence des élites devant les déviances des mœurs et légalisation de ces déviances. »

 Cette phrase de l’homélie du cardinal André Vingt-Trois prononcée lors de la messe à Notre-Dame de Paris en hommage au prêtre assassiné mardi à Saint-Etienne-du-Rouvray, et mise en exergue par Le Salon Beige, suscite des remous.

De Corinne Narassiguin, porte-parole du PS, au militant LGBT-euthanasie Jean-Luc Roméro, en passant par Témoignage chrétien et Roselyne Bachelot (il ne manque plus que Mgr Gaillot), tout le milieu bobo joue aux vierges effarouchées.

Vincent Neymon, porte-parole de la Conférence des évêques de France, a défendu « le courage d’affirmer ce à quoi on croit » :

« Cette polémique est la parfaite illustration de ce qu’a voulu dire le cardinal : on entend des indignations qui finalement font beaucoup de bruit, alors que si on prenait un peu de recul, on comprendrait que ça n’a pas beaucoup d’intérêt. Ce n’est pas parce que l’Eglise parle de déviances qu’elle condamne les personnes qui les vivent : elle est même la première à les accueillir. »

Laisser un commentaire