Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

“Les compétences d’abord”, la campagne anti-discrimination à l’embauche qui ne parle que de la couleur de peau

Le ministère du Travail a entrepris une campagne de lutte contre la discrimination à l'embauche. Voici les affiches de la campagne :

CgT9hDiW8AArAuA

CgT9hEdXIAEm-YU

CgT9hHNW8AAbE5eIl est remarquable que les affiches choisies par le ministère n'aient trait qu'au caractère racial des discriminations, alors que les critères relevés par la loi sont multiples :

  • l’origine ;
  • le sexe ;
  • les mœurs ;
  • l’orientation ;
  • l’identité sexuelle ;
  • l’âge ;
  • la situation de famille ;
  • la grossesse ;
  • les caractéristiques génétiques ;
  • l’appartenance ou la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race ;
  • les opinions politiques ;
  • les activités syndicales ou mutualistes ;
  • les convictions religieuses ;
  • l’apparence physique ;
  • le nom de famille ;
  • le lieu de résidence ;
  • l’état de santé ;
  • le handicap.

Le sondage sur lequel s'appuie le ministère pour justifier sa campagne montre que le critère racial (couleur de peau, nom à consonance étrangère) n'est pourtant pas le plus discriminant :

"Selon le 8e Baromètre DDD/OIT de perception des discriminations dans l’emploi réalisé par l’Ifop en 2015, 85 % des demandeurs d’emploi estiment que les discriminations à l’embauche sont fréquentes.

Pour 88 % des sondés, l’âge, au-delà de 55 ans est le facteur le plus discriminant, devant le fait d’être enceinte (85 %), d’être handicapé (77 %) ou obèse (75 %).
Bien qu’en recul (- 5 points par rapport à 2013), le fait d’être une femme reste un inconvénient à l’embauche pour 37 % des sondés. L’origine est également un facteur qui reste discriminant. Ainsi, 66 % des demandeurs d’emploi pensent qu’un nom à consonance étrangère peut être un frein pour trouver un travail.
Enfin, 62 % des sondés estiment que la couleur de peau peut être pénalisante."

Le ministère du Travail chercherait à faire monter le racisme, il ne s'y prendrait pas autrement. Embaucher la diversité plutôt que les Français "de souche" permettra-t-il de faire baisser le chiffre du chômage ?

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique