Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Les communes vont-elles disparaître ?

Jacques Bompard le craint :

"L'information ne court pas les rédactions. Elle n'est pas prête de faire la Une de l'actualité. Et, pourtant, elle est d'importance. Le gouvernement se prépare à ôter aux communes la responsabilité du Plan Local d'Urbanisme (PLU) pour la transférer aux communautés de communes. Or, le PLU est une des compétences majeures des communes. C'est l'outil par lequel une municipalité prévoit le développement de son territoire. Sa rédaction impacte directement la vie des citoyens qu'ils aspirent à acquérir un bien ou tout simplement à faire des travaux.

Ce transfert du PLU de la commune vers l'intercommunalité est lourd de sens politique. Il s'agit d'affaiblir le pouvoir des municipalités et de renforcer celui des intercommunalités. De sorte qu'une fois cet affaiblissement généralisé, l'Etat pourra dire : à quoi bon maintenir des communes qui ne détiennent plus de pouvoirs ? Des milliers de communes disparaîtront, regroupées de force. Compréhensible dans un souci de mutualisation des potentiels ? Peut-être. Mais la chose est déjà possible au sein des intercommunalités sans qu'il soit besoin de transférer le PLU et, demain, l'Etat-civil. Mais surtout qui ne voit le déficit de démocratie qui en résulterait avec des élus plus éloignés des réalités du terrain ?

Le problème des communes de France n'est nullement celui de la mutualisation, du regroupement, de l'union. C'est celui de la gestion par les équipes en place. C'est celui de centaines de villes endettées du fait de l'incompétence d'équipes municipales. La suppression des communes n'empêchera nullement que les intercommunalités soient mal gérées. Elles le sont déjà pour beaucoup. En revanche, une fois encore, ce gouvernement aura tranché dans ce qui fait partie de notre identité : nos communes, leurs traditions, leur patrimoine.

Pour l'heure, le sénat résiste à ce projet. Composé d'élus locaux, ceux-ci ont conservé avec le terrain, notamment rural, des attaches fortes qui prennent le pas sur les considérations idéologiques. L'assemblée nationale est moins immunisé à ces dernières et est prête à voter ce que voudra le gouvernement. Avant qu'il ne soit tard, il ne serait pas inutile que les élus de tous bords, attachés aux droits et à l'avenir de leurs communes, fassent entendre leurs voix."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

10 commentaires

  1. Résumons : maintenant que l’avenir qui se pointe sur les 10 ans qui arrivent voit l’UMPS se prendre la plus grande baffe de son existence avec des communes éventuellement gérées par des maires pro-LMPT ou carrément FN, “on “se décide dans les LOGES à jeter par-dessus bord ce qui fut le fromage des Maçons pendant quasiment un siècle d’existence !
    Les quelques Franc-Macs qui ont fait cette réforme savent qu’ils continueront à se “remplir” les poches avec des postes taillés sur mesure qu’ils occuperont encore pendant quelques années….

  2. C’est une évidence, ces communautés de communes sont le “Bruxelles” des mairies ! On nage en pleine soviétisation qui va frapper également nos campagnes déjà affectées par une gestion très kolkhozienne des terres agricoles … dans ce domaine la “droite” fait parfois plus fort que la gauche !!

  3. Destitution des destructeurs de la France et
    Sortir de ce machin : europe corrompue

  4. Un truc pervers de plus, il y en a sans cesse, ces monstruosités, dirigées en coulisse par ceux qui n’existent pas, sont réalisées par les franc-maçons. Ces imbéciles n’ont pas conscience que leurs enfants trinqueront comme les autres.

  5. Abolir les droits des communes et des mairies FN en asservissant tous les gens à des anonymes anti-nationaux umps comme d’habitude ….
    Empecher les communes et les mairies de s’oposer à l’invasion migratoire qui exige toujours plus de hlm en bétonnant la France entière pour y migrer la pourriture pour tous et l’insécurité pour les honnetes gens …..

  6. Oh là làl! On se calme. Il est évident que les petites communes ne sont plus en mesure d’administrer sérieusement leur territoire. Manque de moyens et d’élus compétents pour beaucoup d’entre elles. Les maires (ou mairesses) se contentant d’être des animateurs de comité des fêtes, situation assez confortable vu les grasses indemnités néanmoins perçues!

  7. Il faut faire sauter les échelons des communes et des départements, regrouper les compétences sur les intercommunalités (dont les responsables doivent être élus démocratiquement) et les régions, et supprimer 50% des postes de fonctionnaires locaux. Ce n’est pas suffisant, mais nécessaire pour relancer notre pays.

  8. @mcm
    Il serait très étonnant que les maires des petites communes rurales touchent de “grasses indemnités”… Ils sont souvent à la limite du bénévolat.

  9. @ mcm,
    Vous ne devez pas connaître les petites communes de France (ce qui doit représenter au bas mot 80% des communes…).
    Ceci dit, une chose est exacte : la gestion d’une commune relève d’un vrai savoir-faire (comme une entreprise) et ça ne s’improvise pas : ici, on dit « un mandat pour apprendre suivi d’un mandat pour faire… ».
    Autant dire que ce n’est pas facile…
    Ensuite, il faut savoir que cela demande ÉNORMÉMENT de temps… Même pour une commune minuscule, il faut être de toutes les réunions et commission (extérieure à la commune !) pour être à la fois au courant de ce qui se passe et bénéficier de l’immense manne publique (sans quoi rien ne se fait en France… donc aucun développement sur les fonds propres d’une petite commune en moyenne).
    Bref, la démocratie, c’est beau sur le papier mais quand elle est confrontée à la réalité, on se rend compte que cela fonctionne bien qu’avec des professionnels à plein temps… au moins à l’échelle communale.
    Ensuite, au passage à l’échelon supérieur, la distance entre le peuple et les élus font que cela ne fonctionne plus du tout… Mais c’est un autre débat.

  10. Adieu Saint Malô, Saint Dié, Saint Germain, Saint Martin, Saint Léonard, Saint …
    Peut-être une méthode de plus pour effacer la France Chrétienne.
    Les nouvelles communautés de communes trouverons certainement des noms bien moins marqués catho: Vallée charmante, Belle plaine ou Jolis bosquets pourraient devenir nos nouvelles localités! Charmant mais bien loin de notre histoire et sans rapport avec ce qui existe.
    Les provinces ont laissées la place aux régions, les paroisses aux communes et maintenant les communes se feraient-elles remplacer par les communanutés de communes alors qu’existe déjà les cantons?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!