Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Les « cocoricos » en matière de politique familiale sont déplacés

L'Union des Familles en Europe réagit au discours de politique familiale de Nicolas Sarkozy :

F"La France, modèle envié en Europe ? Oui, après la guerre, la France avait la politique familiale était la plus généreuse d'Europe. C'est fini : aujourd'hui, la France n'occupe plus que la 8ième place en Europe avec 2,6 % de son produit intérieur brut consacré aux dépenses sociales en faveur des familles. Les pays les plus actifs sont le Danemark avec 3,88 %; Le Luxembourg avec 3,7 %; l’Allemagne 3,29 %; la Suède 3,14 %; la Finlande 3,1 %; l'Islande 3,02 et la Norvège 2,89% (Sources EUROSTATS) En y ajoutant les aides fiscales et sociales destinées spécifiquement aux familles, l’État français consacre 61,2 milliards d’euros soit 3,4% du PIB à la politique de la famille et non pas 5% comme le déclare mensongèrement les ministres.

Il y a effectivement un « consensus » entre les hommes politiques relativement à la politique familiale :

  • depuis 1995, sous les gouvernements Juppé, Jospin, Raffarin, Villepin et Fillon, l’effort de l’État en faveur des familles a baissé de 8 milliards d’euros : le moyen le plus consensuel ayant été de laisser les prestations familiales systématiquement décrocher par rapport aux salaires. L Jospin s’était d’ailleurs fait condamner par le Conseil d’État en 1996. Sitôt au pouvoir, la droite a fait voter une loi annulant cette condamnation.
  • de droite ou de gauche, tous les gouvernements s’entendent pour piller la politique familiale au bénéfice des dépenses de retraite : entre 2001 et 2010, par exemple, la branche famille de la Sécurité Sociale a dû prendre en charge les majorations de retraite de l’assurance vieillesse (soit une perte de recette de 4 milliards) : la Droite avait formé un recours devant le Conseil Constitutionnel contre cette disposition initiée par L Jospin. Arrivée au pouvoir, elle l’a maintenue et amplifiée. 

Une fécondité rassurante ? Oui, la France est, avec l’Irlande, le pays dans lequel la fécondité est la plus élevée. Mais, à y regarder de plus près, on observe ceci : 58% des naissances concernent des premiers enfants ; l’âge des mères ne cesse de reculer ; il n’y a que 4,4% de naissances de rang 4 ou plus (contre 6,1% en 1998) Conclusion : la fécondité actuelle ne tient pas aux familles nombreuses. Nous sommes très probablement en face d’un phénomène de rattrapage : de très nombreuses jeunes femmes ont retardé la naissance de leur premier enfant et s’y mettent tardivement. Cela signifie qu’elles n’auront qu’une faible descendance et que le « rebond » n’est que provisoire. La Suède a connu pareil phénomène en 1980 pour retomber ensuite.

Pour l’UFE, les « cocoricos » en matière de politique familiale sont tout à fait déplacés."

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique