Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Culture de mort : Euthanasie / France : Politique en France

Les chrétiens contre Macron

Les chrétiens contre Macron

Suite à la tribune publiée par des associations de chrétiens de gauche (comme le CCFD et les Scouts et Guides de France), Tristan de Carné nous propose cette tribune :

Après Mgr Ravel, après les appel plus prévisibles de La Croix et du Conseil de l’institut de Sciences Po, etc., je viens de recevoir des « organisations chrétiennes » un Appel à un sursaut citoyen au service du bien commun (Ouest-France 16/04/2022). Des chrétiens qui oublient de s’émouvoir du massacre des embryons de 14 semaines et de la promesse d’euthanazie des macronistes (ils devraient pourtant se méfier, à leur âge, d’un projet de société où le médecin pourra les envoyer sans délai ad patres, de sorte qu’ils ne sauront jamais si la piqûre qui se profile va les soulager ou les supprimer) ; des chrétiens qui d’habitude s’inquiètent et œuvrent pour les pauvres : là, ils réussissent à défendre un programme qui de leur propre aveu « traite avec brutalité les questions sociales ». Au nom de ce que « la Bible nous rappelle que l’attention aux plus fragiles et l’accueil de l’étranger sont au cœur de notre foi. »

Certes, mais l’accueil digne des étrangers signifie-t-il qu’il doit être inconditionnel ? Autorise-t-il à s’accommoder de « brutalité » pour les autres pauvres ? Et à s’asseoir sur les 4 principes de la Doctrine sociale de l’Église (DSE) : Permettez-moi de vous rappeler quelques actions de Macron au regard des 4 piliers de la DSE, couplés avec le tryptique Liberté-égalité-fraternité et avec les 10 points non négociables (et non exhaustifs) de Benoît XVI :

DIGNITÉ (vrai sens de l’égalité)

  1. le droit à la vie de la conception à la mort naturelle : avortement 14 semaines et euthanazie
  2. la protection de la famille (avec mariage monogame, hétérosexuel et stable) : on a vu !
  3. la liberté d’éducation des enfants : il a essayé d’interdire l’école à la maison
  4. la protection des mineurs : le masque pour les enfants, les stages dès la 5e (= recul sur l’école obligatoire jusqu’à 16 ans ?), la promotion du transgenre (alors même que les Américains et les Suédois reviennent dessus en constatant les dégâts et le nombre de personnes qui demandent à réintégrer leur sexe d’origine), la PMA sans père…
  5. la liberté religieuse : il a interdit les messes

BIEN COMMUN (contre les particularismes notamment)

6 – L’économie est au service de l’homme et du bien commun : de sa caste seulement, et de l’État tout puissant. Et la dette a explosé de 600 milliards dont au moins la moitié hors covid, balance commerciales déficitaire de 80 milliards, la revente scandaleuse des stratégiques turbines nucléaires d’Alsthom, 400 000 pauvres en plus…

7 – la justice sociale : demandez aux gilets jaunes ou aux retraités ou aux victimes de l’explosion de l’insécurité

SOLIDARITÉ (fraternité ?)

8 – le principe de solidarité : Par mépris de caste et pour mieux régner, macron a beaucoup divisé et fractionné et emm… les Français. Il a poursuivi l’affaiblissement de l’hôpital…

SUBSIDIARITÉ (Liberté : la grille de lecture des 10 PNN passe peu de temps sur la liberté, mais celle-ci est en creux dans la subsidiarité : c’est significatif, car pour l’Église, la liberté est d’abord une responsabilité.)

9 – le principe de subsidiarité : macron incarne au contraire le centralisme autoritaire : suppression de la taxe d’habitation (qui finançait les territoires), décisions à huis clos, députés godillots et votes à mains levées sans compter les mains (Richard Ferrand), écrasement des corps intermédiaires, fermeture administrative des commerces (même après qu’on a su que la contamination ne passait pas par les petits magasins), contrôle orwellien des auto-autorisations de sortie…

S’il y a un candidat qui se moque des institutions, c’est bien lui. Mitterrand avait renoncé à l’interdiction de l’école libre quand il avait vu que le peuple n’en voulait pas : macron s’est toujours assis sur les expressions d’opposition, n’amendant pas ses projets de lois, ne prenant jamais en compte les propositions des différentes conventions citoyennes qu’il avait sollicitées par démagogie, n’écoutant pas les manifestants (sauf s’ils cassent : là, il se couche tout de suite, en Corse ou ailleurs)…

10 – la paix : ni intérieure (fractionnement et divisions, gilets jaunes… Tu parles d’un fédérateur !) ni extérieure : macron a raison de maintenir un lien avec Poutine, mais outre qu’il est pris par ce dernier pour un dangereux progressiste sans crédibilité, il n’a rien fait (comme l’UE) pour éviter que le conflit du Donbass n’aboutisse à l’envahissement (criminel !) de l’Ukraine.

11 – Écologie : il n’a rien fait  (la France a été condamnée à plusieurs reprises), valse-hésitation sur le nucléaire, choix de l’éolien terrestre…

Etc.

Donc, non, évidemment que je ne voterai pas pour macron, ce néolibéral qui a cassé la liberté, l’égalité, la fraternité, la vérité et l’honnêteté, la santé et l’économie, qui n’a rien fait pour la paix et qui incarne en définitive tout ce que Jésus a combattu : le maître de la Terre. Mais on a encore des concitoyens qui votent comme il y a 30 ans, incapables de voir les changements ni que macron n’est pas Chirac, et jouant à se faire peur : « Au secours, 30 % des Français (voire 46% dans les sondages du 2e tour) sont des fascistes et des racistes ! » Des fumeur de gitane probablement… » N’importe quoi !

Partager cet article

5 commentaires

  1. Monseigneur Ravel a manqué une occasion de se taire.
    Ou bien cherche-t-il à se faire bien voir à Rome, lui qui est cité comme un successeur possible de Monseigneur Aupetit à Paris ?
    L’épiscopat votera-t-il pour Macron à 70, 80 ou 90% ? Et qu’en sera-t-il du reste du clergé ?

  2. On peut également rappeler que EM “coche toutes les cases” en termes de transgression du décalogue.
    Comme G.Puppinck l’a rigoureusement démontré (“Les droits de l’homme dénaturé”) deux conceptions de l’Homme s’affrontent: celle incarnée (Dieu, l’héritage chrétien deux fois millénaire) et l’autre désincarnée (l’ennemi de l’homme, jaloux de ce qui lui est inaccessible).
    Sans aucune ambiguïté, EM s’est fait serviteur de l’ange déchu qui refuse l’incarnation et la priorité à Dieu. La persécution actuellement larvée (par refus de protection) contre le judaïsme et surtout le christianisme (surtout celui qui ne plie pas l’échine) est destinée à devenir ouverte dans les mois qui viennent.
    Les informations existent et sont facilement accessibles. De ce fait ceux qui “ne savent pas” entretiennent une ignorance volontaire, ce qui est considéré comme une circonstance aggravante. Les (pseudos) chrétiens qui appellent à voter EM se coupent de fait de l’Eglise et compromettent gravement leur propre salut. S’ils persistent à se décrire comme “catholiques” ou “chrétiens”, ils commettent en plus un grave blasphème.
    Toutes les références sont données dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique (CEC) disponible partout. La partie sur la responsabilité et la “coopération au mal” est en particulier d’une grande importance.

  3. Le CCFD et l’ACAT, qui appellent à voter Macron sont des promoteurs acharnés de l’avortement. Quant aux SDF, il y a longtemps qu’ils n’ont plus rien de catholique (n’en déplaise à la CEF…).

  4. Pas seulement Mgr Ravel. En voilà un autre qui préconise de ne pas voter Le Pen, de même ni vote blanc ni abstention, et n’a même pas le courage d’appeler ouvertement à voter Macron.
    https://www.sudouest.fr/lot-et-garonne/agen/lot-et-garonne-l-eveque-d-agen-se-positionne-contre-l-extreme-droite-10687623.php?utm_term=Autofeed&utm_campaign=echobox&utm_medium=Social-LotEtGaronne&utm_source=Facebook#Echobox=1650655911
    Et je ne parle pas des évêques silencieux dont je soupçonne fortement le vote clandestin et honteux.

Publier une réponse