Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Religions : L'Islam

Les catholiques marocains lancent un appel au roi Mohammed VI pour la liberté de conscience

Les catholiques marocains lancent un appel au roi Mohammed VI pour la liberté de conscience

L’association des Chrétiens du Maroc appelle le roi Mohammed VI à autoriser les catholiques à vivre pleinement leur foi. Fatima Laraki, catholique de Tanger, explique :

« Seuls les étrangers ont le droit d’être chrétien au Maroc. Les Marocains ne peuvent toujours pas mettre les pieds dans une église »

La Constitution marocaine de 2011 reconnaît la liberté de culte, mais n’admet que l’existence de musulmans ou de juifs marocains. Pire, l’article 220 du Code pénal punit quiconque tente de convertir un musulman à une autre religion d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison, et l’article 222 de la même loi prévoit des peines allant jusqu’à six mois pour ceux qui rompent le jeûne publiquement pendant le Ramadan.

Réunis en association, des chrétiens marocains d’obédiences diverses ont sollicité la médiation de l’ancien secrétaire général du Conseil national des droits de l’homme, Mohamed Sebbar, auprès du gouvernement afin que ce dernier les autorise à donner des noms chrétiens à leurs enfants et à les enterrer dans des cimetières chrétiens, à les dispenser de l’enseignement de l’islam dans les écoles et de se marier dans une mosquée.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Si ça passe, ce sera une petite révolution !

  2. Cela n’est pas possible car contraire au coran
    L’islam est totalement intolérant et ne peut pas évoluer sans se tirer une balle dans le pied

  3. “Fatima” Laraki ? Tiens, ce n’est pourtant pas un prénom catholique, étrange…
    En tous cas, si elle s’imagine que ce pays musulman va se mettre à faire preuve de tolérance religieuse envers les chrétiens, elle rêve !

    • Le nom ‘Fatima’ du lieu au Portugal, en hommage à une jeune fille ou femme arabe ou berbère, a été conservé par l’usage pour le lieu lors de la reconquista.

  4. ” J’ai oublié de rêver, j’ai perdu mon chemin”.(proverbe aborigène)

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services