Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Les catholiques croient-ils au paradis?

Réponse sur blog d'Yves Daoudal:

"56% des Français qui se disent catholiques ne croient pas au paradis, et même 21% des catholiques « pratiquants réguliers », si l’on en… croit un sondage CSA paru dans La Vie"

Partager cet article

19 commentaires

  1. Bof quoi de plus surprenant. Plus personne ne croit au surnaturel, au paradis et à l’enfer, à l’immortalité de l’âme et à son salut.
    Tout le monde s’amuse dans ce monde névrotique de plaisir puéril. Les parents sont des ados et les ados sont des parents…qui deviendront des ados.
    Et pour les croyants: « on ira tous au paradis », alors pourquoi s’embêter à penser au salut de son âme.
    L’occident est mort parce qu’il a rompu la continuité de la culture de ses pères.

  2. Mais si, tous ces braves gens croient au paradis, puisqu’ils continuent de voter pour des politiques qui leur promettent le paradis sur terre.

  3. ça fait des années que je vous dis que la majorité des gens qui se prétendent catholiques, ne le sont pas!-un peu comme les braves gens qui se disent de droite et votent Sakozy-
    Discutez quelques minutes avec un catholique ordinaire (de ceux qui vont à l’office le samedi soir et qui communie, d’un homme ordinaire, dans la main) Ce qu’il vous raconte est ahurissant!
    Souvent un protestant dirait moins d’hérésies et moins de bêtises!
    Mais dans sa tête, il sera sauvé puisque Jésus est venu pour ça!
    L’ignorance additionnée à la bêtise, c’est détonnant.
    Maintenant, pour être clair, si on veut redresser la situation, il faudra bien analyser la source du problème!
    Et ça la collégialité épiscopale n’y est pas prête!
    Alors, on fait quoi?

  4. Peut-on appeler « catholiques » des gens qui se disent catholiques mais qui ne croient pas au paradis ?

  5. « Notre Père des Cieux,pardonnez-leur,ils ne savent plus ce qu’ils font là,ni où ils vont,parce qu’ils ne savent plus d’où ils viennent.Que Votre Règne arrive sur la terre comme au Ciel… »

  6. Interrogez les prêtres. « Mon père croyez vous à l’enfer? » réponse « Jean pourquoi dit tu une telle bêtise. » Véridique.
    Ils ne croient plus à un au-delà.Ils ne célèbrent plus d’office des morts.Pourquoi alors voulez vous qu’ils croient au paradis. Ce sont des contes pour les petits enfants.Je vous parle là de l’église conciliaire en voie de disparition.

  7. Et la plupart des « catholiques » restants croient au Paradis, mais ils croient qu’on « ira tous au Paradis », ce qui dans la manière de se comporter (surtout moralement) revient au même…

  8. Toujours en regardant le même verre, à moitié plein ou à moitié vide, c’est selon…
    En suivant le lien
    « Le sondage prend évidemment la chose à l’envers : 38% des sondés croient au paradis, ils sont 44% chez les catholiques, et 79% chez les catholiques pratiquants réguliers… »
    Après deux siècles de droidelomisme et quarante ans de matraquage laïciste, la résistance n’est pas si mauvaise. La Foi a encore de beaux jours devant elle!

  9. Merci Philippe: rien à répéter.

  10. Quand on vit dans la république française, on ne peut que croire que le paradis est ici^^

  11. Les responsables de cette ignorance religieuse sont principalement certains prêtres et évêques. Il y a peu de temps, un évêque émérite comparait la résurrection à une rumeur sans fondement…Que le plus important, c’était de croire à la résurrection, mais qu’elle se fût vraiment produite n’a aucune importance…
    Les clercs ont un immense responsabilité dans ce naufrage de la foi: catéchisme inconsistant, prédications fade, liturgie bâclée, prêtres sécularisés en monsieur-tout-le-monde, désobéissance des prêtres envers leur évêque…te des évêques envers le Souverain Pontife…Comment demander aux fidèles de garder la foi, au milieu de ce naufrage? Le poisson pourrit par la tête: ça vaut aussi pour l’Eglise. Beaucoup de pasteurs ont laissé les brebis mourir de faim. Ils auront des comptes à rendre lors de ce Jugement dont ils ne parlent plus jamais. Mais ce n’est pas parce qu’on ne parle pas d’une chose qu’elle n’existe pas.

  12. Si ces gens là sont catholiques, alors l’équipe de France est suédoise de souche!

  13. Le resultat est encore plus inquiétant lorsque l’on demande aux catholiques pratiquant si ils croient à l’enfer !

  14. Y’en a qui seront surpris, là haut… pas forcément dans le bon sens.

  15. A HB:
    Je vais en général à la messe le samedi soir, et je communie dans la main (comme les premiers chrétiens……); je considère que l’important n’est pas la personne qui donne la communion, mais le Corps du Christ que je reçois. Quel rapport avec l’ignorance de certains? Pourquoi cet amalgame? Je ne suis certainement pas une grande théologienne, mais à 64 ans j’ai enseigné le caté à tous les niveaux possibles, et je me suis donc formée, et j’ai l’impression de ne pas être cette ‘nullité » que vous décrivez.

  16. Le problème est qu’il est difficile de croire que – mettons – 80 ans sur terre de massacres (ex: Staline, Hitler, Pol Pot etc etc) soit mis en balance avec une éternité de souffrances.
    Ces assassins n’ont pas demandé à naïtre. Je ne les défends pas, je regarde le monde créé par Dieu, ses créatures qu’Il continue de créer, ces monstres qu’Il continue de créer.
    Les petits voyants de Fatima ont vu l’Enfer. Qui réalise que c’est pour l’éternité ?

  17. Ne vous dîtes plus catholiques si vous ne croyez, ni à l’enfer, ni au paradis, ni à la Résurrection, ni à la Vie éternelle.
    Votre foi est vaine.
    Saint Paul dans l’épître 1 Corinthiens 15- 32 à 34 nous lisons : « Si c’est dans des vues humaines que j’ai livré combat contre les bêtes à Ephèse, que m’en revient-il ? Si les morts ne ressuscitent pas, mangeons et buvons, car demain nous mourrons.
    Ne vous y trompez pas : Les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs.
    Dégrisez-vous, comme il sied, et ne péchez pas ; car il en est parmi vous qui ignorent tout de DIEU. Je la dis à votre honte. »
    Oui, honte à nous les catholiques qui avons fait de la religion chrétienne un véritable ‘commerce’.
    Honte à nous qui crucifions une seconde fois Notre Seigneur JÉSUS-CHRIST.
    Honte à nous qui n’avons pas su transmettre l’héritage aux générations montantes qui errent en quête de ‘gourou‘ pour satisfaire leur appétit de connaître la Vérité.
    Le jour est proche où nous aurons des comptes à rendre au Créateur et Maître de l’Univers.
    En attendant je m’adresse à ceux d’entre vous qui croyez encore au Credo et je leur dis du fond du cœur : Mes frères prions, prions l’ESPRIT-SAINT pour qu’Il éclaire ceux qui se disent catholiques et qui ne croient plus un seul mot de leur catéchisme.
    Pauvre monde sans DIEU, tu cours à ta perte et tu ne t’en rends même plus compte.
    Maranatha !
    Merci !
    JFL

  18. Marie,
    Je ne suis pas plus théologien que vous, je me plais même à me dire catholique de base!
    Mais comme tous catholique de base je pense avoir raison de suivre Dieu plutôt que les hommes qui prétendent nous le montrer tout en nous en éloignant!
    La messe du samedi soir est, au mieux, une stupidité sans nom qui n’a comme résultat que de nous éloigner de Dieu!
    Elle permet à des milliers de catholiques d’expédier leur devoir vespéral de manière à ne pas se déranger le dimanche matin! Je ne nie pas que cela puisse être une bonne chose pour les rares personnes dans l’obligation de travailler le dimanche toute la journée. Mais cela représente peu de personnes! Pour toutes les autres, permettre cette messe est une preuve de laxisme qui ne fait pas honneur à celui qui l’a autorisé!
    Imaginer le tableau : messe le samedi à 18h00 ; Dîner mondain à 21h00 ; fiesta toute la nuit ; grasse matinée le dimanche matin ! Magnifique début de sanctification de cette journée !
    On n’allait pas se priver de ça pour une messe que diable !
    De même que le raccourcissement du jeune eucharistique de trois à une heure. C’est n’importe quoi: à vouloir tout faire pour faciliter les choses aux fidèles, cela désacralise la réalité divine! Si on n’est plus obligé de se forcer pour Dieu, dans l’inconscient collectif, c’est que Dieu n’est pas si important que ça!
    Le résultat, on le voit dans les églises désertifiées, les prêtres qui manquent à l’appel, et la nature ayant horreur du vide, tout cela est remplacé par des gens qui en veulent, qui sont déterminés, voire agressifs, conquérants. Je parle des musulmans bien sûr.
    Vous dites : « que l’important n’est pas la personne qui donne la communion, mais le Corps du Christ que je reçois. » Soit ! Mais si vous êtes vraiment consciente de ce qu’est le Christ, trouvez-vous normal que n’importe qui Le manipule ? Avec plus ou moins de respect, d’attention, de ferveur ? Des mains non consacrées, qui n’ont pas été lavées ? Distribué par on ne sais qui ?
    Tout ça me fait furieusement penser à une religion de la Consommation de masse !
    Pouah ! quelle horreur !
    Pardonnez-moi si je vous ai offensé, ce n’était pas ma volonté !
    Je vois dans votre remarque une chose qui malgré le reste me fait un très grand plaisir : vous parlez du corps du Christ. C’est merveilleux de voir des catholiques qui y croient vraiment.
    Cela devient tellement rare !
    Nous partageons cette Foi. Alors tout est possible et prions pour qu’un jour nous retrouvions avec l’aide de Dieu cette unité dans l’Eglise.

  19. Vu,les multiples problèmes (énergétiques,économiques, militaires, climatiques, inter-religieux, etc.) qui assaillent le monde. Vu l’anti-christianisme à tous les niveaux et sous toutes les latitudes. Vu la désagrégation de la famille, et les ersatz frelatés, voire pervers, que l’on veut y substituer, vu le massacre de la vie des plus petits et les ravages opérés dans l’innocence des plus jeunes. Vu, enfin, cet affadissement de la Foi, chez la faible minorité qui l’a conservée, vu l’âge moyen des catholiques pratiquants, etc.,etc.
    Y a-t-il d’autre solution que le retour, disons « prochain », du Christ ? Avec tout ce que cela implique, avant et « après »…
    Cela vaut la peine d’y réfléchir, avant de hausser les épaules.
    Tenons nos lampes allumées, veillons et prions !

Publier une réponse