Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture / Culture de mort : Avortement

Les barbares

Les barbares

Dans son livre Abattre l’Occident: Comment l’antiracisme est devenu une arme de destruction massive, Douglas Murray dénonce la haine contre l’Occident. Si l’histoire de l’humanité est une histoire d’esclavage, de conquête, de préjugés, de génocide et d’exploitation, pourquoi les nations occidentales sont-elles les seules à en porter la responsabilité ? Il est devenu, explique-t-il, parfaitement bienvenu de célébrer les réussites des cultures non occidentales, mais évoquer leurs défauts et leurs crimes est considéré comme un discours de haine. Dans le même temps, il est bon de souligner les défauts et les crimes de la culture occidentale, mais célébrer ses grandeurs est considéré à nouveau comme un discours de haine. Au-delà de la saine auto-critique, on aboutit donc à une attaque de grande ampleur contre la civilisation judéo-chrétienne et ses fruits. Derrière les appels à la Justice s’exprime désormais la vengeance et sous les discours d’égalité, on entend de plus en plus clairement l’envie de discriminations. Menée par des universitaires malhonnêtes, des nations hostiles, des anti-racistes devenus racistes, des anti-colonialistes devenus conquérants, des minorités sexuelles devenues excluantes et des responsables religieux basculant dans la haine de leurs pays d’accueil, l’offensive ne doit pas être sous-estimée car elle met en danger la cohésion de nos pays.

Ce livre procède à la déconstruction méthodique des arguments de l’adversaire et montre que les sociétés non-occidentales sont souvent barbares. Il prend notamment l’exemple des sacrifices humains et du cannibalisme en Amérique du Sud et en Afrique. Et encore actuellement en Chine, avec la politique de l’enfant unique :

Lorsque les autorités découvraient qu’une femme allait donner naissance à un deuxième enfant et si la femme tentait de se cacher, les autorités capturaient les membres de sa famille et les emprisonnaient pendant des semaines ou des mois en attendant que la mère se livre. On pouvait alors pratiquer sur elle un avortement forcé.

Qu’implique le fait de pratiquer un avortement forcé à 9 mois ? Guangcheng me l’expliqua : ” Tout d’abord, la femme est traînée dans un hôpital et obligée de signer un document stipulant son “consentement” à l’avortement. Ils provoquent ensuite la naissance. Généralement, le bébé naît vivante ils le jettent ensuite dans l’eau pour le noyer. La deuxième manière consiste à préparer une solution empoisonnée et de l’injecter par une aiguille dans la tête du bébé afin de le tuer immédiatement lorsqu’il sort.” Cette pratique fut appliquée partout, “dans l’ensemble de la Chine”, selon lui. C’est un système “de planning familial par la violence”. Les effets sur le long terme en sont “une faillite de la culture du respect de la vie humaine. Les gens ne respectent plus la vie”.

Ceux qui célèbrent aujourd’hui la journée mondiale de l’avortement soutiennent ce type de pratique abominable.

Partager cet article

2 commentaires

  1. nous vivons dans une tyrannie maçonnique qui veut l’ anéantissement de la civilisation chrétienne.
    il est impossible de traiter honnêtement ce sujet sans être qualifié de sacrilège contre les valeurs de la République et sans risquer le Goulag.
    voir la persécution actuelle dirigée contre RIVAROL , dont la disparition est programmée,
    au nom de la “Liberté” de la “Tolérance” , de la lutte licrasseuse contre le racisme , contre l ‘homophobie et contre l’ antisémitisme.

  2. Purement et seulement idéologique, le prétendu “antiracisme” est devenu le plus grand des Racismes qui soit !

    Si vous dites j’aime mon pays ou “Douce France, cher pays de mon enfance”, vous êtes déjà pour ces imbéciles le pire des racistes !

    “Douce France
    Cher pays de mon enfance
    Bercée de tendre insouciance
    Je t’ai gardée dans mon cœur
    Mon village au clocher, aux maisons sages
    Où les enfants de mon âge
    Ont partagé mon bonheur

    Oui je t’aime
    Et je te donne ce poème
    Oui je t’aime
    Dans la joie ou la douleur”

    Merci Charles.

Publier une réponse