Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Les agents de l’État sont responsables pénalement s’ils exécutent des ordres manifestement illégaux

On va arrêter de jouer avec la police et Manuel Valls va terminer devant un tribunal. Communiqué de l’Agrif :

"L’AGRIF et ses avocats constatent les faits suivants :

Un peu partout, des forces de police
et de gendarmerie sont détournées par le gouvernement Hollande à des
fins de répression idéologique
contre l’immense mouvement d’objection de
conscience morale face à la loi radicalement anti-humaine imposée par
la dictature LGBT-OGM.

Le pouvoir provisoirement en place
emploie contre ce mouvement de défense de la dignité humaine toute la
panoplie des moyens des régimes totalitaires :

Déshonorante tentative
d’instauration d’un climat de peur par le ministre des gaz et matraques
,
Manuel Valls, pour essayer, en vain, de dissuader les familles de venir
clamer leur détermination de ne pas accepter une loi de désintégration
de l’humanité.

Arrestations nombreuses,
incessantes et totalement arbitraires de personnes pacifiques
, pour
simple « délit de bonne gueule », ou par exemple pour simple port de
vêtements siglés « la Manif pour tous », voire pour simple port d’un
drapeau français, manifestement non prisés par les ministres de la
dictature socialiste et de l’écologie subvertie.

– Cas de mères de familles attendant
leurs enfants à la sortie des écoles, ignoblement embarquées dans les
fourgons par de pauvres exécutants sans souci des droits des personnes
et du sort des enfants ;

– Placements sur écoutes, filatures,
arrestations, rétentions, mises en garde à vue à des fins d’intimidation
et de fichage, et en violation flagrante du droit se succèdent ainsi
comme aux époques annonciatrices des persécutions jacobines, nazies et
communistes.

Cependant, la police et la
gendarmerie ne font plus face à la délinquance grandissante dont on
occulte des faits très graves. Et rien n’est fait contre les actes de
profanation d’églises et de cimetières qui se multiplient et contre
lesquelles, malgré les plaintes de l’AGRIF, les enquêtes ne sont pas
diligentées.

Les dirigeants et avocats de l’AGRIF
constatent, comme des millions de Français, que l’actuel gouvernement,
imposant une loi immorale de déni d’humanité par tous les moyens de
manipulation et de violation d’une authentique démocratie respectueuse
de la loi morale naturelle et éternelle, s’est enfermé dans
l’illégitimité et sombre désormais dans l’illégalité la plus grossière.

Ils vont riposter à cette situation
d’iniquité par tous les moyens de justice et de droit encore subsistants
et en appellent aux magistrats protecteurs de la défense des libertés.

Les forces de l’ordre sont
aujourd’hui employées à des missions de répression et d’intimidation des
honnêtes gens qui ne réclament que de pouvoir s’exprimer.

Elles savent pourtant que
prévaut désormais fermement depuis 1945 dans le droit international et
national la doctrine dite des « baïonnettes intelligentes ». Celle-ci
dispose que les agents de l’État sont responsables pénalement s’ils
exécutent des ordres manifestement illégaux (article 122-4 du code
Pénal), notamment les atteintes arbitraires à la liberté individuelle
qui sont réprimées par l’article 432-4.

Ce dernier article fait
encourir 7 ans d’emprisonnement aux auteurs et aux donneurs d’ordre
portant atteinte arbitrairement à la liberté individuelle.

Des dizaines de plaignants,
notamment soutenus par l’AGRIF et assistés par ses avocats, et bien
d’autres encore en concertation avec eux, vont saisir dans les prochains
jours les instances judiciaires de plaintes contre les atteintes aux
droits les plus fondamentaux de la personne humaine."

Partager cet article