Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression

Léon Bloy censuré par des incultes

Mercredi 13 novembre, le juge des référés de Bobigny a ordonné l'interdiction pour antisémitisme d'un livre et la censure partielle de quatre autres, dont l'un de Léon bloy (Le Salut par les Juifs), édités ou réédités par Alain Soral. Pierre Glaudes, professeur de littérature à l’Université Paris-Sorbonne, s'étonne dans Le Nouvel Observateur :

B"Cette décision de justice suscite l’étonnement et l’inquiétude en frappant une œuvre littéraire vieille de 122 ans et maintes fois rééditée sans avoir subi jusqu’à ce jour les foudres de la justice.

En 1892, Léon Bloy publie "Le Salut par les Juifs" en réponse aux "élucubrations antijuives" d’Édouard Drumont, auxquelles il oppose son commentaire d’un passage de l’Évangile affirmant que "le Salut vient des Juifs".

Contrairement aux autres auteurs condamnés par le juge de Bobigny (des journalistes et un industriel fameux), on n’a nullement  affaire, dans le cas de Bloy, à un propagandiste antisémite, mais à un écrivain habité par la foi, qui métamorphose l’histoire en fiction symbolique pour tenter de déchiffrer ce que Dieu réserve au genre humain. Bloy, dans ses œuvres historiques, joue des ressorts de l’analogie, s’emparant tour à tour de Christophe Colomb, de Jeanne d’Arc, de Marie-Antoinette, de Napoléon et du peuple d’Israël. Il opère ainsi des recréations qui tentent de saisir le mystère de notre rédemption, promesse inexplicablement différée à travers les siècles.

Dans "Le Salut par les Juifs", il adopte une démarche proche de l’ancienne scolastique visant à épuiser l’objection adverse avant de faire valoir en conclusion son propre point de vue. Il reprend en l’occurrence les lieux communs de l’antisémitisme avant de les balayer. La position qu’il défend dans son livre est claire : le peuple juif, affirme-t-il, joue un rôle éminent dans l’histoire, puisque de lui dépend le salut de l’humanité.

Un jeune juif républicain, Bernard Lazare, qui sera bientôt l’un des plus ardents défenseurs de Dreyfus, ne s’y est pas trompé en publiant le 16 octobre 1892 dans "L'Événement" un compte rendu du livre de Bloy intitulé "Un philosémite". […]

"Le Salut par les Juifs" a été réédité en France en 2008 et en 2010 sans susciter d’action en justice. Il a aussi été publié dans les années 1980 dans la collection 10/18 et figure en bonne place au tome IX des "Œuvres" de Léon Bloy, édité par le Mercure de France en 1969 et réimprimé en 1983.

Cette condamnation crée ainsi un dangereux précédent. Pourquoi ne pas censurer "Le Marchand de Venise" de Shakespeare, "Gobseck" de Balzac ou "L’Argent" de Zola pour leurs propos antisémites ? Et pourquoi n’étendrait-on pas cette pratique à des œuvres marquées par d’autres formes de discriminations : faut-il caviarder les passages des "Femmes savantes" faisant injure aux femmes, ceux du "Mahomet" de Voltaire qui outragent les musulmans, ceux de "Sodome et Gomorrhe" où Proust donne une image dégradante de l’homosexualité ?

L’arrêt du juge de Bobigny, injuste pour la mémoire d’un écrivain, place une partie de notre patrimoine littéraire sous la menace d’un anachronisme judiciaire."

Dans Le Figaro, Alexis Galpérine, arrière-petit-fils de Léon Bloy, défend également son aïeul.

Partager cet article

24 commentaires

  1. « L’antisémitisme est le soufflet le plus horrible que Notre-Seigneur ait reçu dans sa Passion qui dure toujours ; c’est le plus sanglant et le plus impardonnable, parce qu’il le reçoit sur la face de sa mère et de la main des chrétiens ».Léon Bloy dans Le Vieux de la montagne, p. 103, Paris, Mercure de France, 911

  2. Qui peut encore croire à l’indépendance de la Justice ? Les juges, hommes et femmes, sont sensibles à l’image que leurs décisions de Justice donneront d’eux-mêmes et pour cela ils ne résistent, pas tous et pas toujours, à l’air du temps.D’autant qu’il y a chez eux des Saintjust ou des Savonaroles qui sont persuadés qu’ils sont appelés à changer la société.Sans risques !

  3. un jour, il faudra bien juger les juges.

  4. Il faudrait aussi censurer Luther qui était violemment anti-juif, et toute la religion protestante avec.

  5. En gros, le juge a agi sur ordre et n’a même pas pris le temps de lire ce livre.
    Le niveau de la justice dans ce pays devient dramatique.

  6. Cela manifeste la crasse culturelle de la justice. Mon mémoire de maîtrise avait pour titre : Nature et signification du désespoir dans l’oeuvre de Léon Bloy.
    Tout cela est à l’image du ministre de la justice et du gouvernement

  7. Bientôt ils censureront la Bible…

  8. C’est la « Justice » de Taubira: antichrétienne et antis…..e peut-être maintenant ?

  9. ce n’est qu’un début conservons jalousement nos bonnes bibles les autodafés se préparent

  10. Oui c est une honte cette histoire.la licra est vraiment au dessus des lois.signez la petition pour dissoudre cette ligue anticonstitutionnelle.

  11. Crime de charrette : condamné pour avoir été placé dans la même charrette que d’autres livres.
    Ces tribunaux atteignent leurs limites, on leur demande de statuer sur des choses qu’ils ne connaissent pas et, au lieu de se désister, ils s’appuient alors sur l’avis d’experts qui ne sont pas des juges mais au mieux l’équivalent d’enquêteurs de police, or ceux-ci sont supervisés par un juge d’instruction et sont censés mener une enquête à charge et à décharge, or qu’attendre d’experts encadrés par une action des Licra et compagnie ?
    Il faudra sans doute réduire le périmètre de ces tribunaux. La faute à eux.

  12. Le terme « inculture » est bien choisi. Des adultes incultes auxquels on confie du pouvoir. On croirait avoir affaire au bas clergé du 18è siècle, à la différence qu’aujourd’hui on a les moyens d’avoir une justice compétente donc cette incompétence est un choix.

  13. Si il y a une police politique, il y a aussi une justice politique, c’est normal…
    Le changement c’est maintenant.

  14. Ici, un aperçu du pouvoir exorbitant de la Licra sur les Français, ou les problèmes judiciaires d’Alain Soral qui montrent des juges voulant censurer nos écrivains célèbres dans la plus grande illégalité.
    http://www.dailymotion.com/video/x17guou_compte-rendu-d-alain-soral-sur-les-proces-l-opposant-a-bertrand-delanoe-et-a-la-licra_news?start=1970
    La France, pays soumis ? Réponse d’Alain Soral :
    http://www.dailymotion.com/video/x17nopz_alain-soral-repond-aux-question-de-la-voix-de-la-russie-25-11-2013_news#from=embediframe

  15. Le pape François cite Léon Bloy
    Que peut-on en déduire selon la police politique de la pensée ?

  16. Comme il serait injuste de caviarder Zola, Balzac, Voltaire et bien d’autres pour des propos antisémites il est injuste de censurer le livre de Blanrue qui est justement un dictionnaire des propos antisémites, livre qui n’est pas une incitation à l’antisémitisme. L’antisémitisme est utilisé comme le racisme pour faire taire certaines oppositions : celle au sionisme en l’occurrence.
    Des gens bien intentionnés en veulent à Soral et Dieudonné, et il est vrai que le traitement qui leur est réservé par rapport à d’autres formes d’expressions beaucoup plus violentes ou pernicieuses est un scandale. D’accord avec Eric : signer la pétition pour dissoudre la LICRA

  17. Il faut censurer aussi les évangiles avec tous les passages sur les pharisiens.

  18. Ce qu’il faudrait examiner, c’est :
    – qui est à l’origine de cette plainte ?
    – qui cette association représente-t-elle réellement (en pourcentage de la population totale vivant en France) ?
    – quelles sont les événements qui sont à l’origine de sa naissance, il y a plus de 80 ans ?
    – combien de temps elle va encore nuire à la démocratie dans ce pays ?

  19. Plus grand monde ne lit Léon Bloy, toutefois, dire que Bloy est philosémite me paraît aller un peu loin. La thèse de Bloy était plutôt si je l’ai bien comprise que le bourgeois de culture chrétienne en veut au juif ou est jaloux de lui car il est en concurrence avec lui étant matérialiste et attiré par l’argent comme lui. Or, le problème pour le chrétien n’est pas le juif mais le fait d’adorer Mammon, ce qu’il doit cesser pour être sauvé.
    Cela rappelle la distinction que Pascal faisait, distinction qui en évitant les jugements généraux me semble philosémite, entre les chrétiens « charnels » et « spirituels » et les juifs « charnels » et « spirituels », les chrétiens spirituels pouvant trouver un terrain d’entente avec les juifs spirituels. Peut-être un expert de Bloy pourra mieux m’éclairer.

  20. la médiocratie à l’assaut d’un géant de la littérature ….

  21. Le juge ou la jugesse qui a formulé ce jugement a-t-il/elle seulement lu les ouvrages en question?
    inapte? inepte? les deu mon commandant?
    Au fait, la Licra, combien de membres (cotisants) [selon wikipedia, « En 2013, elle revendique 4.000 adhérents »]? quel budget? quelle part du budget représentent les subventions (toujours selon la même source « La LICRA est subventionnée par l’État, à hauteur d’environ 500 000 euros par an »)? Au fait, 500 000 euros, c’est un demi-million d’euros: n’y aurait-il pas là une niche d’efficience financière à explorer?

  22. Monsieur Mitjavile, je ne suis pas un expert de Léon Bloy, mais vous avez bien compris sa pensée. Vous, au moins, l’avez lu à la différence de ceux qui s’expriment sans savoir.
    Mais il faut vraiment s’accrocher pour que le livre ne vous tombe pas des mains!
    Et que penser d’un chrétien si désespéré qu’on peut douter de sa foi, qui éructe des insultes et des grossièretés à longueur de pages, qui applaudit à l’incendie « Du Bazar de la Charité » où tant de gens ont été brûlés vifs?
    Qui traite les chrétiens de porcs sous prétexte qu’il ne les trouve pas suffisamment héroïques ?
    Est-ce un fou, un illuminé?
    En tout cas, un homme sans foi que la charité n’étouffe guère.
    Le pape François a t’il vraiment lu Léon Bloy?
    Lisez plutôt Charles Péguy.

  23. Ils ont jugé simplement le titre où est écrit le mot JUIFS . C’est tout ! Ils sont tellement paranos- hystériques en ces temps pré-électoraux …

  24. Le problème est mal posé, tout comme dans les articles de Famille Chrétienne sur le sujet. Il manque en effet un élément capital pour comprendre cette décision de justice : cette dernière ne concerne que les Editions Kontre Kulture d’Alain Soral. Le jugement a mis les autres maisons d’édition hors de cause. Vous pourrez donc continuer à lire l’intégralité du Salut par les Juifs dans d’autres éditions.
    Léon Bloy n’est que la victime collatérale d’une guerre menée non pas contre son oeuvre, mais contre Alain Soral. Il faut dire que la liberté de ton de ce dernier commence sérieusement à agacer les grands de ce monde. En quelques mois, cela fait deux fois que le ministre Manuel Valls dénonce le « péril Soral » dans ses discours.
    Ici :
    http://www.dailymotion.com/video/x13lxa5_manuel-valls-invective-alain-soral-et-dieudonne_news
    Et là :
    http://www.youtube.com/watch?v=Zta5B7_4i_E

Publier une réponse