Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

L’Elysée a voulu une loi contre les fake news sur les réseaux sociaux… et réalise des montages vidéos bidon qu’il publie sur les réseaux sociaux

L’Elysée a voulu une loi contre les fake news sur les réseaux sociaux… et réalise des montages vidéos bidon qu’il publie sur les réseaux sociaux

Le feuilleton Benalla se poursuit (comme l’écrit Philippe de Villiers, j’ai tiré sur le fil du mensonge…):

“Le Monde” raconte comment l’Elysée a fait diffuser un montage vidéo trompeur sur Twitter via un compte anonyme pour tenter d’excuser la violente intervention d’Alexandre Benalla le 1er mai.

Le 1er mai, à Paris, le chargé de mission Alexandre Benalla est accusé d’avoir physiquement agressé un jeune couple. Pour tenter de le défendre, l’Elysée a “fait diffuser un montage vidéo trompeur”, assure “Le Monde”. En effet, le lendemain de l’événement, le responsable du “pôle e-influence” d’En Marche !, Pierre Le Texier, aurait utilisé son compte Twitter anonyme et militant “frenchpolitic” pour publier une vidéo, “aujourd’hui disparue” assure le quotidien, montrant des “images illégales, mais aussi une vidéo faussement accusatoire”.

Le but ? “Convaincre l’opinion qu’Alexandre Benalla ne faisait que réagir en réponse à des violences. En termes de communication de crise, il s’agit de ‘donner du contexte'”, explique “Le Monde”.

L’idée vient, assure le journal du soir, d’Ismaël Emelien, chargé de la communication de crise. Le conseiller spécial du président veut alors “utiliser des images et les faire diffuser par des comptes militants. Il se charge lui-même de les trouver puis de les transférer dans la matinée du 19 juillet, au responsable de la ‘riposte’ d’En Marche !, Pierre le Texier, via Telegram, une messagerie cryptée privilégiée par les macronistes pour la ‘riposte’, car elle permet un relatif anonymat”, détaille “Le Monde”.

C’est Alexandre Benalla lui-même qui fournit les premières images. Elles proviennent du système de vidéosurveillance de la Préfecture de police de Paris (PP), et il les a obtenues quelques heures plus tôt sur un DVD-Rom”, détaille le “Monde”, qui précise :

“On y voit le jeune homme de la Contrescarpe et sa compagne lancer des bouteilles et d’autres projectiles sur les policiers présents sur la place, juste avant l’intervention d’Alexandre Benalla”.

Une agression que le couple n’a jamais démenti et qui lui a d’ailleurs valu une amende de 1.000 euros le 8 février dernier. 

Une seconde vidéo, où l’on voit “un homme, très agité, poursuivre un policier, chaise à la main” a été utilisée pour ce montage. 

“Or, si les images de vidéosurveillance montrent bien la scène de la place de la Contrescarpe, ce n’est pas le cas des images de ‘l’homme à la chaise'”, dénonce le journal : ” Il ne s’agit nullement du jeune homme, comme en attestent facilement ses chaussures, de couleur différente, ou encore son blouson, sans fourrure. […] Ce n’est donc ni la bonne personne, ni la bonne heure, ni le bon lieu”. Et pourtant…La vidéo accusatoire “ajoutée à celle ‘des bouteilles’ et envoyée à Pierre Le Texier”. Ce dernier “choisit d’y ajouter une légende en deux phrases laconiques : ‘OK, même si ce n’était pas à #Alexandre Benalla de le faire, ne faisons pas passer cet étudiant pour un garçon bien sous tout rapport. C’était un individu violent qui était sciemment venu place de la contre-escarpe pour casser du flic'”.

Le film contenant les deux vidéos est mis en ligne le 19 juillet à 12h59 sur le compte Twitter de @frenchpolitic. “M. Le Texier relaie à nouveau la vidéo quelques heures plus tard à l’aide d’un autre faux compte, celui d’un certain ‘Alain GrandBernard […] Le même soir, vers 19 h 15, ‘Alain GrandBernard’ se fend d’ailleurs d’un billet titré : ‘L’affaire Benalla est grave. Mais elle n’est pas politique'”, relaie “Le Monde”.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services