L’Église et la pollution du monde

L'agence Fides dénonce la pollution des mentalités dans l'Eglise, liée aux accointances accrues de ses membres avec l'esprit du monde. Cette pollution est due à l'orgueil de faire valoir ses opinions avant l'enseignement de l'Église, à la recherche de médiations et de compromis et à l'attention apportée à son "ressenti" en matière liturgique.
Extrait :
 
"Le chrétien, et plus encore le prêtre et le missionnaire, savent bien
que le monde doit être évangélisé ; le monde est appelé à la
conversion, à écouter l’invitation du Christ qui déclare : «
Convertissez-vous et croyez à l’Evangile ! ». Seule la dynamique de la
conversion ouvre tout grands les yeux de l’esprit, en les éclairant, et
en aidant à comprendre que c’est le monde qui doit se convertir à Dieu,
et pas le contraire. Cette clarté de jugement, nourrie par la prière et
par la pénitence, conduit à cette « vigilance et à cette purification
constantes » vis-à-vis de la pollution mondaine dans l’Église
.
Une
pollution qui n’est pas théorique, mais réelle, contre laquelle il est
toujours nécessaire de lutter, avec une clarté et une fidélité
absolues.

Une pollution qui est très insidieuse parce que, en se
transformant en mentalité, et étant largement propagée par les moyens
de communication sociale, elle envahit toutes les réalités,
dont ne
sont pas même exclus les consacrés et les prêtres.

Le monde pollue l’Église chaque fois que l’on fait passer avant ses
propres opinions subjectives, ou ses propres goûts personnels, au
détriment de la doctrine commune et de la doctrine enseignée avec
autorité, soit de manière ordinaire soit de manière extraordinaire par
le Magistère
;
chaque fois que la parole des apôtres et de leurs
collaborateurs n’est pas le « oui, oui, non, non » de mémoire
évangélique
, mais cette recherche exténuante de médiations humaines,
qui se terminent parfois en compromis
;
chaque fois que nous risquons
de manifester une confiance peu réelle dans la grâce surnaturelle, et
un excès de confiance dans l’œuvre humaine ;
et aussi, le monde pollue
et souille l’Église
chaque fois que l’on célèbre la liturgie de manière
spectaculaire, non conforme aux normes liturgiques et à l’esprit de la
Liturgie, et, surtout, en n’observant pas les désirs du Saint-Père pour
toute l’Église
, qui sont exprimés de différentes manières.

En définitive, ce qui permet au monde de souiller et de polluer
l’Église
, et l’homme en particulier, c’est le manque d’humilité qu’a
causé elle aussi la révolution anthropologique.
Si c’est une vérité que
le monde souille l’Eglise, demandons la grâce d’être guidés par la
réalité, dans une vigilance continue".

Une vigilance continue et l'humilité sont nécessaires pour rester intégralement catholique.

Une réflexion au sujet de « L’Église et la pollution du monde »

  1. jeffmoveone

    Il faudrait faire la difference entre L’Eglise et ceux qui la composent.L’Eglise en tant que Telle ne peut etre souillée(les portes de l’enfer ne prevaudront point contre elle).Ce qui est pollué c’est les membres qui la constitue car l’esprit est faible.De là l’article decrit bien le malaise qui dure depuis pas mal de temps ainsi que cette peur d’etre en contradiction avec le monde.

Laisser un commentaire