Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Foi / L'Eglise : Vie de l'Eglise

L’Eglise défend les chrétiens d’Orient

Un autre droit de réponse, celui d'Henri Courivaud dans Causeur, à une mise en accusation de mollesse et d'inertie de l'Eglise catholique, ou au moins de ses prélats, face aux souffrances des chrétiens d'Orient. Il replace l'Eglise dans sa juste définition :

[…]"Cependant, on ne saurait se satisfaire d’une indignation affichée à l’égard de  comportements aussi lâches et complaisants dont les « gens d’Église » n’ont pas le pas le privilège. Si j’ouvre le catéchisme de ma communion solennelle (1966), je lis cette définition : « L’Église catholique est la société des vrais chrétiens, c’est-à-dire des baptisés qui professent la foi et la doctrine de Jésus-Christ, reçoivent Ses sacrements et obéissent aux pasteurs établis par Lui ». Vous remarquerez déjà que cette définition mentionne en premier les chrétiens, sans autre titre que celui de baptisés… alors que les « pasteurs », eux (autrement dit, les évêques unis au pape), sont évoqués en dernier, venant en quelque sorte en appui aux baptisés ; de plus, cette définition ne parle pas de n’importe quels pasteurs, mais de ceux qui sont ainsi unis au Christ pour le bien de cette société. Il ressort de cette définition que l’Église catholique, réalité multiforme, voire un « mystère ».

Il est important à cet égard d’insister sur cet aspect de « société liant les vrais chrétiens dans le lien de la charité » pour savoir quel est notre rôle, vous et moi, dans l’exercice quotidien de cette charité qui ne fut pas seulement celle du pape Grégoire VII, au XIème siècle pour maintenir cette société indépendante du pouvoir temporel malgré tant d’évêques réticents, mais aussi celle de Catherine de Sienne demandant instamment à un pape bien hésitant, après « l’épisode » d’Avignon, de prendre la tête d’une croisade en Terre Sainte ; plus près de nous, celle du colonel Stauffenberg qui, humilié d’avoir reconnu l’existence de massacres en masse, ceux des juifs pour commencer, choisit sans attendre  une éventuelle recommandation de l’épiscopat allemand, de conspirer avec des chrétiens convaincus, pas seulement catholiques en vue de renverser le régime politique qui fut responsable de tels crimes ; celle des « cristeros » qui, à peine soutenus par l’armée mexicaine et abandonnés par l’épiscopat, choisirent de se battre contre un régime laïc « pur et dur » déterminé à les éliminer socialement, voire plus sans affinités.

Oui, c’est tout cela l’Église catholique dans l’exercice de la charité, en société, à différents niveaux, quelles que soient les responsabilités de chacun. Vivons donc pleinement la réalité de ce mystère. Aussi, l’Église doit commencer par vous, par moi, et, avec intelligence et force de caractère (la « virtus » des anciens Romains), nous obliger à prendre à la lettre cette recommandation de saint Jean sur les exigences de la charité3.

Agissons alors à la manière de Robert Ménard, de Maître Jérôme Triomphe, de l’abbé Pagès, de Viktor Orban, de la marquise Virginia Coda Nunziante [Présidente de La Marche pour la vie en Italie – NDMB] et de tant d’autres, ignorés délibérément du « journal de 20 heures ». Ils suivent ainsi les pas de ces prédécesseurs que je cite. Il y a donc un « après » à la Manif pour tous et un « off » aux communiqués de nonciature près l’ONU, Dieu merci, pour défendre dans la charité les chrétiens d’Orient et exprimer pleinement ce qu’est l’Église catholique. Cessons de penser à l’avenir conformiste de nos enfants et donnons-leur un bon exemple : celui de changer le cours des événements, loin de ces discours diplomatiques prononcés par des gens d’Église. Oui,  « cherchez et vous trouverez »."

La définition de l'Eglise donnée par l'auteur est proche de celle du Catéchisme de Saint Pie X : "La Sainte Eglise catholique est la réunion de tous ceux qui sont baptisés, croient et confessent la foi du Christ Notre Seigneur, participent aux mêmes sacrements et reconnaissent pour Vicaire du Christ sur la terre le Souverain Pontife romain."

Voici enfin la définition donnée par le Catéchisme de l'Eglise Catholique (1992) : "Il désigne le peuple que Dieu convoque et rassemble de tous les confins de la terre, pour constituer l’assemblée de ceux qui, par la foi et par le  Baptême, deviennent fils de Dieu, membres du Christ et temple de l’Esprit Saint."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique