Législatives – Pascal Poirot (PCD) : “Non, nous n’avons pas la droite la plus bête du monde, nous n’avons plus de droite du tout !”

Pascal Poirot est candidat PCD sur la 2e circonscription des Yvelines, avec comme suppléant, Sébastien de Larminat. Il a accepté de répondre à nos questions.

1. Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative dans la 2e circonscription des Yvelines. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Capture d’écran 2017-05-13 à 19.36.27Mon engagement politique, au sens noble du terme, est très ancien. Au-delà de mes 2 tâches principales de chef d'entreprise et de père de famille de 7 enfants, qui servent aussi la France de demain, mon engagement au service des valeurs qui rassemblent les lecteurs du Salon Beige s'est alors fait dans le cadre d'associations : familiales, parents d'élève, Teenstar, LMPT, etc. 

En effet, notre action doit aussi s'inscrire sur le terrain culturel. Je partage les analyses de François-Xavier Bellamy sur la transmission, celle de Philippe de Villiers sur les enjeux méta-politiques, celles de Zemmour sur le déclin culturel de la France, ou encore celles de Patrick Buisson qui sera mardi prochain à Versailles à l'initiative des Eveilleurs d'espérance. C'est dans ce sens que j'ai fait partie de l'équipe des 4 mousquetaires (Anne Lorne, Santiago Muzio, Hubert de Torcy et moi-même) qui ont distribué le film Cristeros en France en 2014 avec 2 avant-premières au Cyrano qui ont été un grand moment d'émotions avec les Versaillais et habitants des alentours. 

Au-delà de ces différents engagements associatifs, j'ai vraiment ressenti dans mes tripes qu'il fallait agir aussi sur le plan politique : je me suis ainsi complètement retrouvé dans le projet de Jean-Frédéric Poisson qui, à son tour me soutient pleinement.

Ensuite, j'ai soutenu activement Benjamin La Combe l'an passé lors de la législative partielle dans notre circonscription où il a réalisé un excellent score [9,56%, NDMJ] qui constitue un socle solide sur lequel bâtir. Benjamin m'a poussé à prendre sa suite. Avec l'ambition de tout faire pour gagner. Pour faire gagner la France, en rassemblant le plus largement possible la Droite de convictions.  

C'est le sens de ma candidature. 

Mon suppléant, Sébastien de Larminat, élu municipal à Buc depuis plusieurs années est aussi très réaliste. Comme moi, il est de ceux qui osent aller à l'encontre du politiquement correct lorsque cela est nécessaire. 

Nous sommes tous les deux en mission dans cette élection. 

2. Vous vous opposez au député sortant Pascal Thévenot (LR). N'êtes-vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

Ma 1ère réaction à votre question est un peu décalée : "Non, nous n'avons pas la droite la plus bête du monde, nous n'avons plus de droite du tout !" La gauche a colonisé la droite ; l'innovation politique vient d'une droite qui assume ses convictions. Or les appareils partisans font exactement le contraire : la République en Marche vers le centre gauche, Les Républicains courent vers le même Centre gauche : au rythme des renoncements successifs, ils vont se télescoper au Centre gauche. 

Dans la 2ème circonscription des Yvelines, je serai donc le seul véritable candidat de Droite ayant des chances de l'emporter. De ce fait, Sébastien de Larminat et moi-même avons le devoir de montrer qu'il est possible de rassembler des personnes et des sensibilités comme Jean-Frédéric Poisson, Henri Guaino, Marion Maréchal, Christophe Billan, Madeleine de Jessey, Philippe de Villiers, Jean-Christophe Fromantin, Laurent Wauquiez, Karim Ouchikh, Nicolas Doucerain, Yves Vandewalle, et bien d'autres.

En effet, notre circonscription est une véritable petite France : une large zone urbaine au Nord et un havre de liberté et de ruralité au Sud avec la Vallée de Chevreuse. Réussir dans notre circonscription serait une preuve de concept, montrant qu’il est réaliste de recomposer la Droite pour construire la France de demain. 

Qu'est ce que la droite ? Quels sont ses fondements ? Voilà les vraies questions. Sébastien de Larminat et moi-même le formalisons ainsi :

  • Unir les français, leur donner envie d'aimer la France, de se sentir un seul peuple, une seule famille, malgré toutes nos diversités… 
  • Protéger les plus fragiles à commencer par la famille, cellule de base de notre société, socle de notre civilisation… outil de résistance contre toute idéologie libertaire ou égoïste,
  • Redresser l'économie, la rendre véritablement sociale au service de la personne…et résistante aux terribles excès de l’ultra-libéralisme mondialiste,
  • Transmettre nos valeurs et faire à nouveau rayonner la France dans le monde… tout le contraire du repli sur soi que les médias mainstream caricaturent…

Dès lors, en portant ces éléments au débat, non seulement notre candidature ne divise pas la Droite, mais au contraire elle l'empêche de disparaître. De fait, dans notre circonscription, l'enjeu de cette élection, c'est un référendum POUR ou CONTRE la recomposition de la Droite. Ceux qui sont POUR la recomposition voteront Pascal Poirot. Ceux qui sont CONTRE et donc pour le statu quo des étiquettes stériles, voteront pour un autre candidat.

Au-delà des enjeux nationaux, il y a aussi un enjeu local : pour d’obscures raisons, quelques personnes influentes veulent fusionner les Yvelines et les Hauts de Seine. Au lieu de dépenser l'énergie à mieux servir nos compatriotes, on imagine une méga fusion pour faire un mastodonte où le service de proximité ne sera qu'un mot dans une plaquette. Ce projet n'a aucun sens. Il est totalement contraire au principe de subsidiarité. Elu député, je me battrai pour que les Yvelines continuent à servir leurs habitants du mieux possible. 

3. Si vous êtes élu, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire avec des élus d'autres partis, qu'ils soient de LR, de DLF, du FN… ?

Je contribuerai par tous les moyens à construire la Droite à laquelle nous aspirons. Pour cela, il faudra en rassembler toutes les composantes qui partagent le même but. Les différences sont sur les moyens. 

D’un côté, Sens Commun pense pouvoir réformer le système LR de l'intérieur. 

De l’autre, le FN branche Marion, DLF et les composantes de la Droite nationale pensent que le système est trop pervers et qu'il vaut mieux construire du neuf à côté. 

Le PCD est entre les 2 : rester indépendant du système et essayer de passer des accords avec lui et faire progresser ainsi nos idées. 

Tous, nous avons tous en commun notre amour de la France et des Français, partageons les mêmes valeurs et les mêmes rêves. Nous sommes donc dans un moment historique où il va falloir libérer toutes ces énergies pour qu'elles travaillent ensemble et ne restent pas enfermées chacune dans leur coin !  

Si je suis élu, je siègerai donc avec un groupe qui partage cet amour de la France. Je serai aussi très exigeant sur ma liberté de vote. Contrairement aux candidats LR et En Marche qui obéiront aux ordres de leur parti pour préserver leurs investitures, je tiens à rester totalement libre de mon vote et choisir en conscience sur chaque texte ce que je pense être bon pour notre pays. C'est le principe de l'article 27 de la Constitution, régulièrement violé sans que personne ne s'en émeuve d'ailleurs. 

Pour toutes ces raisons, Sébastien de Larminat et moi-même avons travaillé en profondeur depuis 2 mois les sujets qui nous sont chers. Je vous renvoie pour cela à nos tracts, notre site internet, nos réunions publiques et… vos réunions d'appartement ! 

Notre seul parti, c'est la France et c'est par la force de nos convictions sur les idées et les projets que nous gagnerons !

Laisser un commentaire