Législatives – Marie Garcia (Fontainebleau) : « Je travaillerai à établir des passerelles avec tous les autres députés de bonne volonté »

Marie Garcia candidate FN aux législatives à Fontainebleau (2e circonscription de Seine et Marne) a accepté de répondre à nos questions.

Capture d’écran 2017-05-18 à 20.47.43Vous avez annoncé votre candidature sous la bannière Front National à l'élection législative pour la 2e circonscription de Seine et Marne (Fontainebleau/Nemours). Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

J'ai été appelé par le Front National pour incarner l'idéal patriote et national du mouvement en sud Seine et Marne. Dans cette terre que je connais bien et que j'aime, il plane -osons le mot- une forme de terrorisme intellectuel qui interdit presque à qui que ce soit de porter les couleurs du Front National. Un seul exemple: Pierre Bacqué, maire d'une commune rurale et conseiller départemental LR qui a rallié le Rassemblement Bleu Marine au mois de mars dernier; à la suite de ce ralliement, il s'est vu refuser l'accès à un repas d'aînés auxquels il avait été invité, on lui a retiré ses vices présidences au conseil départemental et quatre de ses adjoints à la mairie ont démissionné. Vous voyez que le terrorisme intellectuel est puissamment à l'oeuvre. Imaginez un seul instant un avocat, un médecin, un notaire, un cadre d'entreprise ou un commerçant rallier ouvertement le FN: il peut envisager le pire pour ses affaires.

Au delà des circonstances, je me suis engagée en politique car depuis longtemps je militais pour des causes particulières. Aujourd'hui, je préfère le tout à la partie: plutôt que de défendre une cause particulière, je préfère défendre toutes les causes réunies dans le service politique, plutôt que de défendre les intérêts d'une catégorie de Français, je préfère défendre tous les Français. Et c'est au Front National que les causes et les Français sont les mieux défendus.

Je terminerai en disant que je suis sensible à la notion de démocratie. Avec le Front National, nous voulons restaurer de véritables débats locaux et sur des grands sujets nationaux nous voulons pouvoir recourir au référendum.

Vous allez affronter le candidat DLF Jean-Marc Champniers. N'êtes-vous pas en train de diviser la droite nationale, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

Non, la droite nationale n'est pas divisée, elle est plutôt forte de deux équipes patriotes en action sur le terrain pour porter le message d'espérance politique. La campagne est courte et ce dispositif donne une grande audience à notre message.

Je rappelle que le premier tour permet aussi d'exprimer un patriotisme tout en nuance et à ce titre, il est intéressant d'avoir plusieurs candidatures patriotes. Le message que j'envoie à nos amis des 73 communes de la circonscription, de Nemours, de Fontainebleau met l'accent sur les valeurs de la famille, cellule de base de notre corps social, sur l'héritage des valeurs universelles léguées par la tradition chrétienne, sur l'importance de la dignité humaine, qui passe par le respect de la vie. Travailler au respect de la dignité humaine, c'est aussi créer les conditions politiques qui permettent à chacun de retrouver un travail.

Si vous êtes élu, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire avec des élus d'autres partis, qu'ils soient du PCD, de DLF, de la Ligue du Sud… ?

Dans le principe oui, je suis favorable. Toutefois, je suis engagée au titre du Front National, ce qui suppose que si le FN a un groupe à l'Assemblée, je siègerai dans ce groupe. Je travaillerai ensuite à établir des passerelles avec tous les autres députés de bonne volonté avec lesquels nous pourrions nous rassembler, sur les points non négociables par exemple, ou des sujet touchant à la souveraineté.

Laisser un commentaire