Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Légaliser le mariage homosexuel est une subversion grotesque

Dans le « Sunday Telegraph », le cardinal écossais Keith O’Brien démonte le projet du gouvernement Cameron de légaliser le mariage homosexuel :

O"Le gouvernement lance ce mois-ci une consultation sur le mariage homosexuel, en demandant au public s'il doit être introduit en Angleterre et au Pays de Galles. J'espère que beaucoup réagiront et envisageront de signer la pétition à l'appui du mariage traditionnel organisé par une nouvelle organisation, la Coalition pour le mariage.

Sur la surface, la question de mariage de même sexe peut sembler être des plus anodins. Des partenariats civils ont été mis en place depuis plusieurs années, permettant aux homosexuels d'enregistrer leur union et de profiter d'une variété de protections juridiques. Lorsque ces dispositions ont été introduites, les partisans étaient à la peine de souligner qu'ils ne voulaient pas le mariage, en acceptant que le mariage n'avait jamais signifié l'union légale d'un homme et une femme.

Ceux d'entre nous qui n'étaient pas favorables au partenariat civil, estimant que de telles relations sont nuisibles au bien-être physique, mental et spirituel de ceux qui sont impliqués, a averti que plus tard le mariage serait demandé. Nous avons été accusés d'alarmisme, alors que maintenant de telles demandes sont présentes. Puisque tous les droits légaux du mariage sont déjà disponibles pour les homosexuels, il est clair que cette proposition ne porte pas sur les droits, mais constitue plutôt une tentative de redéfinir le mariage pour l'ensemble de la société à la demande d'une petite minorité d'activistes. La redéfinition du mariage aura des implications énormes pour ce qui est enseigné dans nos écoles, et pour la société en général. Elle va redéfinir la société pour laquelle l'institution du mariage est l'un des éléments constitutifs fondamentaux. Les répercussions de l'adoption du mariage homosexuel en droit seront immenses.

Mais peut-on tout simplement redéfinir les conditions par un caprice ? […] Si le mariage homosexuel est adopté dans la loi, cela signifie-t-il que le mariage ne peut plus signifier – et n'a jamais signifié – l'union d'un homme et une femme? Est-ce que le droit que l'enseignant a de tenir et d'enseigner ce point de vue pourra être respecté ou lui sera-il retiré? Est-ce que l'enseignant et les élèves seront les prochaines victimes de la tyrannie de la tolérance, les hérétiques, dont la dissidence de l'orthodoxie imposée par l'État doit être écrasé à tout prix?

À l'article 16 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, le mariage est défini comme une relation entre un homme et une femme. Mais nos politiciens suggèrent […] redéfinir la réalité […]. Leur proposition représente une subversion grotesque d'un droit universellement accepté de l'homme.

En tant qu'institution, le mariage est bien antérieur à l'existence de tout État ou de gouvernement. Il n'a pas été créé par les gouvernements et ne devrait pas être changé par eux. Au lieu de cela, en reconnaissant les avantages innombrables que le mariage apporte à la société, ils doivent agir pour protéger et défendre le mariage, ni attaquer, ni le démonter. Il s'agit d'un point de vue qui aurait été approuvé et accepté il y a quelques années, pourtant, aujourd'hui, faire avancer une conception traditionnelle d'un mariage risque d' être étiqueté comme un fanatique intolérant. Il ne fait aucun doute que, en tant que société, nous sommes devenus blasés de l'importance du mariage comme  influence stabilisatrice et moins enclins à le valoriser comme une institution utile. Il a été endommagé et miné, au cours d'une génération, mais le mariage a toujours existé dans le but d'amener les hommes et les femmes ensemble, afin que les enfants nés de ces unions aient un père et une mère.

Cela nous amène à la perspective celui qui semble être complètement perdu ou ignoré: le point de vue de l'enfant. Tous les enfants méritent de commencer la vie avec une mère et un père; la preuve en faveur de la stabilité et le bien-être de cette offre est écrasante et sans équivoque. Elle ne peut pas être fournie par deux personnes de même sexe, si bien intentionnées soient-elles peut-être. Le mariage homosexuel permettrait d'éliminer entièrement en droit l'idée de base d'un père et une mère pour chaque enfant. Il créerait une société qui choisit délibérément de priver un enfant soit d'une mère soit d'un père.

Il existe d'autres dangers. Si le mariage peut être redéfini afin qu'il ne signifie plus un homme et une femme, mais deux hommes ou deux femmes, pourquoi s'arrêter là? Pourquoi ne pas permettre trois hommes ou une femme et deux hommes pour constituer un mariage, si elles s'engagent par fidélité à l'autre ? Si le mariage repose tout simplement sur des adultes qui s'aiment, sur quelle base peut-on empêcher trois adultes qui s'aiment de se marier?

En Novembre 2003, après une décision de justice dans le Massachusetts légalisant le mariage gay, les bibliothèques scolaires n'avaient plus que des stocks de littérature avec des couples de même sexe ; les écoliers du primaire ont reçu des contes de fées homosexuels tels que King & King. Certains lycéens ont même reçu un manuel explicite de défense des droits homosexuels intitulé Le Little Black Book: Queer au 21e siècle. L'éducation eu à se conformer à ce qui était désormais considéré comme «normal». Hypocritement, le gouvernement a suggéré que le mariage homosexuel ne serait pas obligatoire et les églises pourraient choisir de se retirer. C'est incroyablement arrogant.

Aucun gouvernement n'a l'autorité morale de démanteler le sens universellement compris du mariage. Imaginez un instant que le gouvernement avait décidé de légaliser l'esclavage, mais nous aurait assuré que "personne ne sera forcé de garder un esclave". Pensez-vous que ces assurances sans valeur calmeraient notre colère? Auraient-ils justifié le démontage d'un droit humain fondamental ? […] La Déclaration universelle des droits de l'homme est limpide: le mariage est un droit qui s'applique aux hommes et aux femmes, «la famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et l'État". Cette vérité universelle est si évidente qu'il ne devrait pas être nécessaire de la répéter. Si le gouvernement tente de démolir un droit humain universellement reconnu, il a perdu la confiance que la société a placée en lui et son  intolérance fait honte au Royaume-Uni dans les yeux du monde."

Partager cet article

4 commentaires

  1. Magnifique et limpide ! J’attends la même chose de la CEF

  2. En France il ne reste aux pacsés que deux droits légaux à conquérir par le mariage homosexuel: l’adoption des enfants (en pratique quasiment déjà acquis dans les faits) et la reversion des pensions de retraite, beaucoup plus cruciale mais difficile à mettre en avant par ces temps de disette pour les ménages “traditionnels”…

  3. Quand on voit les affiches du métro parisien, c’est un déchaînement : Cloclo, un homme qui veut devenir stewart, un “agriculteur dans la ville”, les femmes qui dominent les hommes. Un homme assis sur les genoux de sa femme. On ne voit que ça. C’est tout simplement hallucinant.

  4. Tout ce que dit ce cardinal est vrai, mais j’aimerais qu’il aille jusqu’au bout de la vérité, et rappelle que les pratiques homosexuelles sont des péchés abominables à Dieu, et qu’une société qui les favorise encoure Sa colère. Il se ferait insulter par les médias du monde entier, mais n’aurait qu’à se souvenir que le rouge qui orne sa robe symbolise le sang qu’il doit être prêt à verser pour la foi chrétienne.
    Signé : Le jamais content.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]