Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

L’écologie humaine selon Christophe Limousin, candidat de droite aux législatives

ClA lire entièrement ici. Courageuse et défendable prise de position sur l'écologie qui va jusqu'à la défense de la famille, du mariage et de la Vie et  qui peut donc aider les électeurs de la 2ème circonscription du Rhône dans leur futur choix :

"Le mot écologie vient de deux mots grecs oikos et logos. Le mot oikos signifie maison ou habitat et le mot logos est la science. Sur le plan étymologique, le mot écologie est la science de l’habitat au sens large, autrement dit la science de l’environnement.

Le mot écologie a été utilisé pour la première fois en 1866 par le biologiste Ernst Haeckel. Ernst Haeckel définit l’écologie comme «la science des relations des organismes avec le monde environnant ». L'écologie est donc la science qui étudie les relations des êtres vivants dans leur environnement.
Le concept d’écologie a été introduit en France par les Géographes  de l’école des Annales de Géographie  à la fin du XIX ème siècle. Et l’écologie politique apparait très vite au cours de la deuxième moitié du XIX éme siècle,  qui s’empare des thèmes que nous connaissons encore actuellement : contre la révolution industrielle, et l’urbanisation qui dégradent l’environnement, des anarchistes (Elisée Reclus  est celui qui incarne ce courant), mais aussi et surtout des catholiques (proches des franciscains) et des royalistes (proches de l’Action Française) se mobilisent. Leur réaction met en cause le capitalisme, le modernisme de type scientisme qui veut s’affranchir de la nature grâce à la science et au progrès technique, et aussi   l’état centralisateur. Un exemple qui illustre leur combat est celui du découpage administratif, imposé par l’état sur des critères politiques, mais combattu par les géographes avec l’appui des anarchistes et des royalistes qui exigent, en vain le retour à un découpage (en particulier cantonal et départemental)  fondé sur des facteurs de milieu naturel et traditionnel (…)
Les partis écologistes fidèles à leurs racines anarchistes rejettent toute morale issue de la « société chrétienne ». La notion de bon sauvage en opposition à la société (en particulier occidentale) est simpliste car elle néglige que dans toutes communautés des règles ont été créées pour vivre en communauté. Ces règles sont souvent bien plus strictes et dures dans les tribus anciennes que nos écologistes adulent que dans nos sociétés.
Si l’écologie est d’abord le respect de la nature, pourquoi alors ne pas commencer par respect notre propre nature humaine? On ne peut pas attaquer l’homme dans sa vraie nature et après défendre tous les animaux du monde au nom de la biodiversité. On ne peut pas accepter que l’on soit condamné en justice pour la mort involontaire d’un animal, et que le fœtus ne soit pas protéger légalement.  Dans la nature aucun couple homosexuel n’existe et n’élève de bébés. Alors pourquoi l’accepter chez l’homme ?
La décentralisation, le régionalisme, voire la création de communautés intermédiaires rejoint un souci commun de vivre dans une société plus humaine. Mais rejeter  la Nation, base de notre histoire et de notre culture communes, et faire table rase de notre passé ne peut qu’avoir des bases idéologiques puisées dans l’anarchisme, sans aucun examen de la réalité de ce que la Nation apporte à l’homme.
Et paradoxalement les partis écologistes sont tous pro européens, alors même que la commission européenne n’en finit pas de démontrer ses liens étroits avec les grands groupes industriels qui recherchent le profit même au risque de nous empoisonner. L’Europe par son libéralisme économique intégral ne protège pas les européens. Les partis écologiste eux protègent l’Europe ; qui comprend ?,
Voici quelques actions que nous proposons pour vivre dans un monde plus  respectueux de l’environnement
La Première action pour une écologie raisonnée est de revenir à une législation nationale, hors de la commission européenne, sur les sujets touchant à la pollution et au principe de précaution. Reconnaitre la souveraineté alimentaire des pays. Sortir l’agriculture de l’OMC. Et en corolaire protéger nos frontières et revenir à la préférence communautaire.
Appliquer le principe de précaution sur les OGM et toute nouvelle molécule entant dans le cycle alimentaire.
Ne pas avoir de dogme tel que  le libéralisme ou le collectivisme. Car si l’initiative privée a une grande valeur en économie, l’état a un rôle irremplaçable dans la défense des français et la correction des abus du système libéral.
Il faut revenir aussi à plus de civisme, en taxant très  fortement les bateaux qui dégazent, les industriels qui polluent nos rivières, en punissant plus sévèrement ceux qui dégradent nos cités.
Dans l’avenir il faut expressément sortir du tout routier, et favoriser les voitures électriques dans les villes. Détruire ces cités banlieues et ces immeubles des années 60/70. Contenir l’expansion urbaine et favoriser la ruralité, rééquilibrer les territoires.
Promouvoir une agriculture de terroir, et raisonnée, en aidant les petits exploitants à vivre de leur travail. Revenir à une agriculture en harmonie avec les conditions locales du terroir (eau, climat, sol, traditions alimentaires locales…).
Revenir aux dates traditionnelles d’ouverture de la chasse.
Ne plus accepter les changements d’heure deux fois dans l’année.
Enfin, et avant tout respecter la nature humaine (mariage et adoption seulement pour un couple d’un homme et d’une femme), la vie humaine, et la famille".

Partager cet article

6 commentaires

  1. Excellent texte, qui oublie le Prix Nobel 1912 Alexis CARREL, et le Docteur CARTON, médecin connu dans son domaine, mais également auteur d’un livre  »Le Faux naturisme de Jean-Jacques ROUSSEAU » qui dénonçait déjà les errances idéologiques dont est issu l’écologisme.

  2. merci à Christophe LIMOUSIN qui nous rappelle dans cette remarquable interview que l’écologie n’est pas une valeur tenue par de bobos gauchos… mais bien une façon d’être, de vivre, de faire avec la nature etc…
    à partager d’urgence vers nos amis, encore grand merci Mr LIMOUSIN .
    Son blog est très intéressant également: http://christophelimousin.blogspot.fr/2012/05/
    Ce jeune candidat de la droite indépendante mérite votre attention et votre soutien pour ceux qui sont sur la 2°circonscription de LYON

  3. les premiers pollueurs des rivières ne sont pas les industriels, mais, hélas, les collectivités….

  4. Bravo, bravo
    Voilà la vraie écologie.
    Nous sommes les gérants de notre Planete dont le Créateur est le propriétaire.
    Bravo et Merci.

  5. Sa suppléante est sur le terrain depuis plus de 20 ans et n’a jamais fait de compromis sur les « vraies valeurs » avec souvent des conséquences pour sa propre carrière politique. Mais elle est toujours là !!!

  6. A propos d’Ernst Haeckel, disciple enthousiaste de Darwin :
    Dès 1868, L.Rutimeyer, professeur de zoologie et d’anatomie comparée à l’Université de Bâle, avait contesté l’exactitude des dessins de Haeckel. Ce dernier, convaincu de FRAUDE par cinq de ses pairs devant un jury de l’Université d’Iéna, dut admettre que nombre de ses dessins avaient été « reconstruits » et « schématisés. »
    De même, plus tard :
    La loi dite « de la récapitulation », formulée par Haeckel en 1874, continue d’exercer une immense influence. Posant que l’embryon repasse par les étapes de sa lignée évolutive, elle fut considérée comme une preuve du darwinisme. Par analogie on se mit à considérer toutes les carences (réelles ou supposées) des individus ou des sociétés comme autant de « retards ». Elle justifie l’avortement si l’embryon est encore à un « stade pré-humain ». Or cette « loi » si opportune n’avait encore jamais été vraiment vérifiée par les embryologistes. Une équipe internationale animée par le Dr Richardson s’est livrée à une étude approfondie d’embryologie comparée. Il conclut à une FRAUDE de la part d’Haeckel. Au lieu de diverger peu à peu, les embryons des divers vertébrés sont nettement différenciés dès le début.
    cf. Haeckel’s Embryos : Fraud rediscoverced, Science, vol. 277, 5 sept. 1997.
    cf. http://le-cep.org/archive/CEP_06.pdf

Publier une réponse