Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le très influent monsieur Buisson

Un homme que Nicolas Sarkozy appelle au moins une fois par jour est à découvrir dans cet article du Point :

"Mais l’identification s’arrête là. Car Buisson, bibliophile lettré, se
passionne pour la musique de la Contre-Réforme du XVIe siècle et les
dessins anciens flamands et italiens. Il n’y a pas moins bling-bling
que cet homme qui arbore plusieurs jours de suite une veste avec un
bouton cassé. Croyant, pratiquant, traditionaliste, il aime la
liturgie, « qui participe du sacré, et même du mystère ». Le
sacré, le mystère. L’antinomie du sarkozysme.
Buisson sait que
l’électorat populaire réclame de la sacralité. Il y eut quelques mois,
pendant le dévissage de l’hiver 2008 (qui commence, à l’en croire, avec
l’épisode de la Patek à 40.000 euros), où le président n’écoutait plus
personne. « La séquence Louxor-Pétra a été épouvantable, mais comment faire ? soupirait alors le journaliste. Je l’ai tous les jours au téléphone, mais je ne vais pas lui dire : "Nicolas, reviens à la maison !" »
À présent, Buisson veut se convaincre que Sarkozy suivra le chemin inverse d’un Mitterrand qui a « d’emblée tutoyé l’Histoire puis fini en rendant les armes devant le marché ». Tiens, l’oeil sourit, le conseiller a tombé le masque renfrogné de père Joseph qui le protège, pense-t-il ( « dès qu’on offre une surface d’exposition à l’autre, il peut vous blesser »). Revenons à Sarkozy. « Nicolas n’est prisonnier d’aucune maïeutique. » Et voilà notre Buisson, 60 ans dans quelques jours, volontiers blasé, qui soudain s’exalte : « C’est
le catholique qui parle : la grâce emprunte toujours les chemins les
plus détournés et les médiateurs les plus improbables. Ne désespérez
pas de Sarkozy ! »
Si ce n’est pas de la foi… !
"

Lahire

Partager cet article

13 commentaires

  1. Il n’a pas tort. N’oublions pas que Sarkozy a une vocation à la sainteté, de même que tout homme.
    On a parfois du mal à le concevoir, mais les Fabius, Bachelot, Mélenchon, Quillardet, Bauer, Bertrand, Veil et compagnie ont vocation à rejoindre sainte Jeanne d’Arc et le curé d’Ars dans les coeurs glorieux du paradis.

  2. Ah! si la France n’était peuplée que de “traditionalistes” comme ça! On manque vraiment de gens qui ne se contentent pas d’écrire sur la sexualité sous l’Occupation…, et qui nous invitent à espérer que la grâce passe par l’oligarchie, la franc-maçonnerie et la pratique politique de gauche…

  3. Très influent !! Et ça se voit !!
    Encore la propagande habituelle qui se plaît à imaginer que la république est aux mains d’une vaste conspiration cléricale.
    C’était la même chose sous chirac avec la-très-dévote-bernadette, qui, à en écouter les gauches, dirigeait la république à coups de chapelets.
    Ce genre de salades a l’avantage de détourner l’attention du bulot moyen de l’essaim de franc-macs présents à tous les étages de toutes les instances du gouvernement.

  4. Et Patrick Buisson y cite même le grand Gustave Thibon*, même si le pauvre journaliste attribue la citation à Kundera.
    *”vouloir être dans le vent? Une ambition de feuille morte.”

  5. On serait le 1er avril que je l’aurais ajouté à la liste des blagues !

  6. Pour obtenir davantage de subvention pour vendre du papier, on aurait pu faire plus court et plus précis:
    -l’accélération de l’hyper-concentration des richesses:
    -le malthusianisme récurrent
    -l’utilitarisme à visage humain
    -l’eugénisme à visage masqué
    -l’augmentation du suicide des jeunes
    -la propagation du Sida à l’échelle du monde
    -l’aliénation des démocraties par les lobbies financiers et marchands
    -la persécution des rivières par la pillule
    -la persécution des tibétains
    -l’inculture des scribes
    -la réduction exponentielle des libertés
    -l’illettrisme des jeunes générations
    – le vieillissement des populations dans les “espaces de libertés sans racines chrétiennes”
    -le troué lié de la sécurité sociale
    etc, etc
    Tout cela relève nécessairement de la responsabilité de Benoît XVI et de ses jeunes supporters depuis son voyage en France.
    Pour mettre un terme à cette incurie du goupillon, il faudrait réfléchir assurément à une révolution digne de ce nom, avec le retour de Papy Guillotin, Roby -la -Terreur, Marat-s’avine,Tonton Mao,cousin Stal,Gramsci-la-cultive,j’oubliais, Y-a-bon-l’esclavage-Voltaire, et bien sûr l’eugénial-Adolphe parmi toute la clique des grands démocrates humanistes inspirateurs du système.
    Pardonnez-moi mes amis, mais les cloches de Pâques m’ont amené la visite de trois redoutables mousquetaires plus décidés que jamais à laver plus blanc que blanc:
    Juppé, Terras, et un noble citoyen de Gap , portant havane à la boutonnière et qui se faisait passer pour leur confesseur… :je n’ai pas résisté à leur promo du mois: 2 guillotines d’époque contre un rameau d’olivier! j’ai craqué.

  7. PAQUES ! entre la persécution du fn et le couplet traditionaliste ,cet ancien du collecteur de ragots qu’etait “minute”nous prend pour des cloches.a lire d’urgence :un etat dans l’etat de sophie COIGNARD sur la f m et ses futurs bienheureux

  8. @ Cadoudal
    MINUTE n’a jamais été un collecteur de ragots : il fut le principal journal d’opposition au gaullisme sous DE GAULLE, et il rendit publics de nombreux scandales de corruption, avec plusieurs centaines de milliers de lecteurs dans sa plus grande période, celle des années 60 et 70.
    C’est d’ailleurs Patrick BUISSON qui provoqua une crise grave au sein de MINUTE quand il en fut le dirigeant, dressant contre lui la quasi totalité de la rédaction. Il voulait ”recentrer” la ligne politique au profit de la majorité de l’époque, soutenu par un financier proche du RPR : c’est une manie chez BUISSON, se recentrer pour faire carrière dans le système.

  9. ragots:commerages.vieux lecteur de “minute”
    il me semble que les principaux journaux d’opposition au conquisadore,comme disait p.j VAILLARD,furent RIVAROL et LECTURES FRANCAISES qui n’ont jamais souhaité le retour du héros de MONTCORNET.Meme si MINUTE a béneficié de très belles plumes:DEVAY,BRIGNEAU ,DE BEKETCH ,ADG ,GREC son ambition n’a jamais été d’etre la nouvelle ACTION FRANCAISE.

  10. @ Cadoudal
    Certes le rôle de RIVAROL, de Lectures Françaises, de Défense de l’Occident, d’Itinéraires, de l’ORDRE FRANCAIS, de Permanences (ces derniers titres hélas disparus) est évident.
    Mais MINUTE avait su trouver un lectorat qui allait au delà de la droite nationale au sens strict, et diffusait des idées et des thèmes qui droitisaient l’opinion : l’après 68 fut une grande période pour MINUTE. Aucun autre titre n’a réussi depuis à avoir une telle audience.

  11. Sarkozy va se convertir, lutter contre l’avortement, le divorce, la polygamie, demander le remboursement des sommes volées pour la construction des mosquées, supprimer le CFCM qui fait de la religion musulmane une religion d’Etat (et la seule religion d’Etat), supprimer le rembousement de la pillule etc.
    Mais bien sûr… Il nous prend pour des imbéciles, peut-être a-t-il raison.

  12. Je crois bien que c’est ce Buisson qui avait eu l’idée géniale de transformer “Minute” en un tabloïd quadrichromique. Ce fut un flop monumental! Quant à la ligne rédactionnelle c’était : “Pasqua je t’aime!”

  13. @ Pascal G.
    Merci beaucoup pour votre défense de Minute.
    Une petite précision ; j’étais jeune journaliste à Minute en 1987 quand, Patrick Buisson en étant directeur, une crise a éclaté. Non seulement il n’en fut pas à l’origine mais la quasi-totalité de la rédaction l’a soutenu, allant jusqu’à faire grève avec occupation des locaux ! Je m’en souviens d’autant mieux que j’avais pris une part pour le moins active à cette occupation…
    Nous défendions Patrick Buisson parce qu’il était l’un des meilleurs journalistes qui soient, parce qu’il avait un sens rare de l’information et parce qu’il savait motiver une équipe (y compris en couvrant les libertés que les jeunes gens que nous étions alors prenaient parfois avec la déontologie pour obtenir l’information que nous recherchions…), sans compter qu’il était, déjà, un des meilleurs analystes politiques français.
    Il a prouvé qu’il l’était resté – hélas ! – en faisant élire Nicolas Sarkozy à la présidence de la République.
    Il a suivi son chemin, j’ai suivi le mien, nous ne fréquentons pas les mêmes cénacles et nous sommes désormais des adversaires politiques. Mais c’est un adversaire que je respecte. Il n’y en a pas tant que ça.
    Bruno Larebière
    rédacteur en chef de Minute

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services