Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Pays : Etats-Unis

Le témoignage poignant de Mgr Aquila sur l’avortement

Jeanne Smits nous signale la lettre de l'archevêque de Denver, Mgr Samuel J. Aquila. Extraits :

A"Je suis allé à l'université en 1968
avec l'idée de devenir médecin, comme mon père. Les Campus à la fin des
années 60 et tout au long des années 70 étaient des lieux de tourmente.
Je n'ai pas bien pratiqué ma foi au cours des trois premières années de
collège et je n'ai certainement jamais imaginé que le Seigneur, un jour,
ferait de moi un évêque.

J'ai passé mes trois premières années
de collège à travailler comme infirmier hospitalier, aidant à la salle
d'urgence, à un centre universitaire de santé des élèves et dans un
hôpital de Californie, pendant les vacances d'été. Quand j'ai commencé ce travail, je n'avais pas beaucoup réfléchi à la souffrance humaine, ou à la dignité humaine.
Mais au cours de mon emploi dans les
hôpitaux, quelque chose a changé. À cette époque, certains États ont
approuvé des lois sur l’avortement et je n'étais même pas au courant. En
raison de ces lois, quand j'étais au collège, j'ai vu les résultats de
deux avortements.
Le premier était dans un service de
chirurgie. Je suis entré dans une salle extérieure et dans l'évier, sans
surveillance, était le corps du petit enfant à naître qui avait été
abandonné. Je me souviens avoir été assommé. Je me souviens avoir pensé
que je devais baptiser l'enfant.
Le deuxième avortement était plus
choquant. Une jeune femme entra dans la salle d'urgence en criant. Elle a
expliqué qu'elle avait déjà subi un avortement. Lorsque le médecin l'a
renvoyé chez elle, il lui a dit qu'elle tout le reste allait se passer
naturellement. Elle saignait alors que le médecin, son petit ami,
l'infirmière et moi l’avons posé sur une table. J'ai tenu un bassin pendant que le
médecin a récupéré un petit bras, une jambe minuscule et puis le reste
du corps brisé d'un petit enfant à naître. J'étais choqué
. J'étais
attristé pour la mère et l'enfant, le médecin et l'infirmière. Aucun
d'entre nous n’aurait participé à une telle chose s'il n'y avait pas eu
urgence. J'ai vu un petit homme être détruit par la violence.
Ma mémoire me hante. Je n'oublierai
jamais que je fus témoin d'actes d'une brutalité inouïe. Dans les
avortements dont j'ai été témoin, les gens forts ont pris des décisions
qui ont tué la vie des petits, des faibles, des enfants. À travers les
mensonges et les manipulations, les enfants ont été considérés comme des
objets
. Les femmes et les familles étaient convaincues que la fin de
leur vie serait indolore, et oubliable. Les experts ont présenté des
arguments apparemment convaincants que les enfants à naître ne sont pas
du tout des personnes, qu'ils ne peuvent pas ressentir la douleur, et
qu’ils étaient mieux morts.
J'ai été témoin de la mort de deux
personnes de petite taille qui n'ont jamais eu la chance de prendre une
grande respiration. Je ne pourrai jamais l'oublier. Et je n'ai jamais
été le même. Ma foi était faible à l'époque. Mais je savais que par ma
raison, et par ce que j'ai vu, que la vie humaine a été détruite. Ma
conscience fut éveillée à la vérité de la dignité de l'être humain dès
le moment de sa conception. Je suis devenu pro-vie et j’ai fini par
retourner à ma foi.
J'ai appris ce que la dignité humaine
était quand je l'ai vu cyniquement ignoré. Je sais, sans l’ombre d’un
doute, que l'avortement est un acte violent de meurtre et
d'exploitation. Et je sais que notre responsabilité est de travailler et
de prier sans cesse pour la fin de l’avortement.
[…]
Il est clair que des lois justes
doivent respecter la dignité de l'enfant à naître, et leur droit à la
vie. Les lois qui ne parviennent pas à le faire devraient être rejetées.
Et c'est la vocation de tous les catholiques, surtout les laïcs
catholiques, de travailler à changer les lois injustes qui permettent la
destruction de la vie humaine
. Le Concile Vatican II a décrété que
« C’est à eux qu’il revient particulièrement d’illuminer et d’ordonner
toutes les choses temporelles, auxquelles ils sont étroitement liés, en
sorte qu’elles soient toujours accomplies selon le Christ, qu’elles
croissent et soient à la louange du Créateur et Rédempteur
. »
Malgré le clair enseignement de
l'Église, de nombreux catholiques, et en particulier les hommes
politiques catholiques, soutiennent que leur opposition personnelle à
l'avortement ne devrait pas affecter leur participation à la vie
civique. Ces arguments ne sont pas raisonnables, et de mauvaise foi
.
Personne, en particulier une personne dans la fonction publique, n’est
exempté de l'obligation de défendre le bien commun. Et la condition
première et indispensable pour le bien commun est le respect du droit à
la vie. Notre Déclaration d'Indépendance commence avec un argument que
tous les hommes doivent protéger les droits inaliénables qui leur sont
accordés par Dieu, et parmi eux, le droit à la vie. [Lire la suite]

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique