Le Synode sur la famille : l’occasion providentielle pour remettre en valeur du rôle du mariage et de la famille dans les fondements de l’Eglise et de la société

Voici l'homélie prononcée par l'abbé Alexis Garnier, aumônier général de l'association Notre-Dame de Chrétienté, en l'église Sainte-Odile à Paris, le jeudi de la Fête-Dieu, 26 mai.

Connaissez-vous
une nation,
un peuple,
dont les dieux se soient approchés
comme notre Dieu s’approche de nous ?
 

Capture d’écran 2016-06-01 à 22.09.48Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit, ainsi soit-il,

Bien chers confrères prêtres, Bien chers amis,

C’est la question posée par Saint Thomas d’Aquin, dans l’Office de la Fête Dieu.

Effectivement, Dieu s’approche au maximum, Il se met au plus près de l’Eglise et des âmes.

L’Eucharistie est la plus haute communication divine avant la vision béatifique.

Dieu ne peut se donner mieux et plus à nous, avant le face à face éternel.

Reprenons la mesure de tout cela.

Le bien est diffusif ;
il tend à se communiquer, à se propager. Il est contagieux, pour ainsi dire.
Cette contagion du bien, c’est le pendant positif de la contagion du mal dont nous sommes, souvent, les témoins lucides et angoissés… et parfois les acteurs.
L’action de grâce nous tourne à nouveau, d’abord, vers le bien reçu et communiqué, et vers sa source. Vers les bienfaiteurs, et vers le 1° d’entre eux, qui est Dieu.
 
Le bien est diffusif, et cela est vrai aussi de Dieu.  Cela est vrai surtout de Dieu.
 
Car Dieu est le Souverain Bien.
Entendez Joinville répondre à St Louis : 
« Qu’est-ce que Dieu? 
– C’est chose si bonne qu’il ne s’en peut trouver meilleure ».
La Trinité Sainte est un abîme de lumière et de perfection. Un océan de bonté, calme, stable éternel ; auprès de Lui, nul changement, nulle ombre de défaut, dit le texte sacré (Jacques, I, 17).
 
Rien ne manque à Dieu. Rien n’ajoute à sa gloire intérieure, infinie. Et pourtant… 
Pourtant Dieu veut se communiquer…
Il veut librement créer d’autres êtres, leur communiquer ses perfections…
et finalement se communiquer Lui-même autant qu’il est possible.
Formidable verité, bienheureux "écrasement de bonté divine"!
 
Ce n’est pas tout… Ce désir divin demeure après l’aversion de la créature, après le désordre du péché.
Et pour réparer la première communication que le péché abîmée, Dieu en invente une autre, plus grande et meilleure: l'Incarnation.
 
Le Verbe était auprès de Dieu.. Le Verbe était Dieu…
Et le Verbe s’est fait chair, Il a habité parmi nous.
 
L'abbé Coiffet aimait la récitation quotidienne de ce Prologue de St Jean, qu'il proférait avec clarté et force. Comme je le comprends, à mesure que passent les jours et les messes!
Notre Seigneur est l’EmmanuelDieu parmi nous, Dieu avec nous.
 
Dans le prolongement de cette communication plus grande et meilleure, il y a l’Eucharistie.
Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.
 
Interrogeons ceux qui ont le mieux entendu cela …
 
Entendons le magistère de l’Eglise :
"Cette présence, on la nomme "réelle",
non (…) comme si les autres présences n'étaient pas "réelles",
mais parce qu'elle est substantielle, et que par elle le Christ, Homme-Dieu, se rend présent tout entier." (Bx Paul VI, Mysterium fidei).
 
 
Entendons les saints et les saintes, les auteurs spirituels :
C'est toute l'Essence divine que vous recevez en ce très doux Sacrement, sous cette blancheur du pain, dit Notre Seigneur à Ste Catherine de Sienne.
La Sainte Ecriture est la Parole de Dieu, elle n’est pas Dieu… Elle est le message de Dieu aux hommes, et un intermédiaire entre les hommes et Dieu. L’Eucharistie est Dieu-même, substantiellement, soulignait le Père Jérôme.
 
A l’opposé de cette approche, de cette communication divine, il y a l’aversion et le refus de Dieu par le monde.
Il nie Dieu, il le repousse. Il repousse sa présence. 
Il l’élimine peu à peu des lois, des institutions, des mœurs qui devraient rendre possible cette rencontre avec Dieu. 
Il cherche à effacer les traces les plus profondes de Dieu; dans la création et le cœur de l’homme, notamment par les premiers principes du droit naturel, par les verités les plus élémentaires.
L’aversion de Dieu est sans nul doute le versant le plus noir, le plus atroce du péché.
C’est la conséquence première et plus tragique du péché originel; Dieu s’approche encore d’Adam pécheur, et Adam se cache et tente de s’éloigner de la face de Dieu.
 
Le monde s’éloigne donc de Dieu. Et il voudrait nous éloigner de Dieu.
 
Mais sous la grâce de Dieu, des âmes le reçoivent.
Le chemin de Chartres a été, est, et sera toujours un chemin de retour pour des prodigues partis plus ou moins loin de la maison paternelle…
Les confessions nombreuses, les échanges et conseils reçus, les résolutions prises et tenues, l’adoration du dimanche soir, à Gas, les engagements divers dans le sillage du pèlerinage… ce sont des signe, humbles certes, mais réels, de ce retour à Dieu, de cette soif de Dieu.
Des âmes se tournent vers Lui, se convertissent. Elles s’approchent de Dieu, elles l’adorent, elles le servent. 
Elles travaillent à son règne, sans illusion, mais sans défaitisme non plus. 
Elles étendent ce règne du Seigneur, depuis l'autel jusque dans la famille, l’entreprise, l’école, les asssociations, … 
Elles servent ce règne par l’évangélisation, par la transmission de la foi, par l’engagement en vue du bien commun. 
Contagion du bien… Chrétienté par capillarité
Si j’en crois Dom Gerard, ce n'est pas la seule action… mais c’est la première possible, réaliste et envisageable aujourd’hui.
 
Approchons-nous donc du Verbe fait Chair, qui s’approche de nous… et en particulier dans la Sainte Eucharistie.
 
Approchons-nous bien de Lui, qui s’approche si bien de nous.
 
La Sainte Eucharistie, c’est Dieu très grand et très proche.
Et c’est le premier rappel de St Paul dans l’Epitre de cette fête.
 
De là découlent les exigences précises, formulées par l’Eglise, concernant l’Eucharistie; sa célébration dans la Sainte Messe, son culte public d’adoration, sa réception dans la communion. 
On ne saurait les diminuer. On ne saurait les transgresser.
C’est le deuxième rappel de St Paul dans la même épitre.
 
Je pense que le récent Synode sur la famille pourra être l'occasion providentielle pour remettre en valeur ce qu’est le sacrement de l’Eucharistie, et ce que sont les conditions minimales, non négociables, pour le recevoir. 
Et aussi, remettre en valeur du rôle du mariage et de la famille dans les fondements de l’Eglise et de la société.
 
J’insiste ; le sensus fidei, l'instinct de la foi doit chercher et trouver ici occasion de remise en valeur de l’Eucharistie et des dispositions pour s’en approcher… Nullement de remise en question. 
Cela vaut singulièrement dans la situation des divorcés remariés. Cela vaut plus largement pour chacun d’entre nous.
 
Approchons-nous de Lui dans la foi, dans l’adoration, dans l’action de grâce.
Légitimement, la théologie traditionnelle a insisté ces dernières décennies sur l’Eucharistie comme sacrifice… mais sans oublier qu’elle est aussi sacrement.
Légitimement encore, elle a défendu l’effet de ce sacrifice, pour la rémission des péchés, la satisfaction, la réparation … mais sans oublier les autres effets, en particulier l’action de grâce. 
En témoignent encore les préfaces, les oraisons de postcommunion, prières vibrantes d’une gratitude émerveillée, éperdue!
 
« Quid retribuam… Que rendrai-je au Seigneur, pour tout ce qu’Il m’a donné ?
Je prendrai la coupe du salut, l’invoquerai le Nom du Seigneur » 
(ordinaire de la Messe, prière du prêtre avant la communion au calice).
 
Que pouvons-nous Vous rendre, Seigneur, pour tant de grâces reçues, au fil de ces pèlerinages ?
… Pour tant de prolongements et d’engagements pris et tenus, au service de l’Eglise et de la Cité, pour que France et Chrétienté continuent ?
… Que pouvons-nous Vous rendre, sinon la quotidienne et parfaite action de grâce de la Sainte Messe, prolongée par l’adoration ?
 
Ce Deo gratias, ce Merci est celui de votre divin Fils,
celui de votre Eglise,
et nous y joignons ce soir nos milles mercis,
ainsi soit-il

Laisser un commentaire