Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le succès reconnu de La Manif Pour Tous

De Philippe Oswald :

"« Ils sont toujours là ! » (La Voix du Nord). Ils « restent mobilisés ! » (La Provence ). C’est « un raz-de-marée rose et bleu » (Le Parisien: le succès de la sixième Manif pour Tous est salué d’un bout à l’autre de l’Hexagone par tous les médias que l’option partisane n’aveugle pas. La ténacité du mouvement étonne : « Deux ans après avoir émergé, la « Manif pour tous » s’essouffle à peine et s’installe comme un mouvement à la fois récurrent et inclassable. […] Même Rue 89/le Nouvel Observateur, dans un article aigre, est obligé de reconnaître que « le cortège est plutôt impressionnant pour un dimanche pourri » (c’est oublier qu’à Bordeaux, 30 000 manifestants défilaient sous un radieux soleil d’automne –notre photo).

Venant de gauche encore, l’un des commentaires les plus intelligents est celui fait la veille par Claude Askolovitch sur Itele. Lui ne fait pas dans la dérision ou le mépris, il dit même son « admiration » pour cette constance, et il analyse. Mystère et contradiction, dit-il en substance : « Ce sont des gens qui ont perdu, puisque le mariage pour tous est passé, et pourtant ils ont gagné » puisque le gouvernement fait machine arrière sur les mères porteuses, la GPA « définitivement avortée par Manuel Valls ». Et de constater le sérieux d’un mouvement qui, avec Ludovine de la Rochère à sa tête, a pris une assise et une structure intellectuelle qui lui manquaient à ses débuts : « Elle est de l’espèce des dirigeants politiques ». « 30% des Français approuvent la Manif pour tous, 50% de l’UMP, ajoute-t-il, ce n’est pas rien ! Avec ça, on peut dans d’autres pays, non seulement influencer mais conquérir. » Conquérir intellectuellement sans pour autant être conquis par la politique-politicienne : les dirigeants de la Manif pour tous mettent en exergue leur volonté de ne pas se laisser manipuler : « Nous sommes libres et irrécupérables », répète à l’envi son porte-parole, Tugdual Derville.

Des politiques ont entendu le message et commencent à le relayer. A droite, les députés Hervé Mariton ou Philippe Gosselin, en pointe depuis le début contre le « mariage gay », sont rejoints par des « poids lourds » de l’UMP qui, tels Laurent Wauquiez et Xavier Bertrand, osent se prononcer pour l’abrogation de la loi Taubira ;  d’autres qui ne s’étaient pas insurgés contre le mariage homosexuel, à l’instar de Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, ont rejoint LMPT parce qu’ils « n’avalent pas » la GPA. A gauche, l’intervention de pompier tentée à ce propos l’avant-veille de la Manif par le Premier ministre dans les colonnes de La Croix (Aleteia) est emblématique du malaise devant le monstre qu’a engendré le « mariage pour tous » : « Des personnalités de gauche se sont aussi manifestées contre la GPA par des tribunes ou des pétitions, rappelle Famille Chrétienne: Jacques Delors, Lionel Jospin, Yvette Roudy, Marie-George Buffet, José Bové… sans compter Sylviane Agacinksi, philosophe et femme de l’ancien premier ministre Lionel Jospin. Ce jour, son tweet dénonçant la GPA a été largement repris : « On n’encadre pas l’esclavage, on l’abolit ».

Peut-être fallait-il cette horreur de l’enfant conçu afin d’être vendu pour réveiller les consciences et faire comprendre la logique implacable qui conduit du mariage pour tous à la GPA. « Vous pouvez retourner ça dans tous les sens, à partir du moment où il y a égalité parfaite entre les sexes (…) vous arriverez à la GPA et à la PMA», constate Xavier Bertrand dans l'émission de France 5, «CPolitique».

C’est rejoindre le constat fondateur du « plus grand et plus long mouvement de protestation de l’histoire de France », comme le souligne Tugdual Derville : « Aucun parti politique, aucun syndicat n’a réussi une telle mobilisation. »  Et celle-ci perdurera, annonce sa présidente, Ludovine de la Rochère : « Les raisons pour lesquelles le mouvement doit se maintenir, c’est d’une part la résistance aux projets gouvernementaux – GPA et idéologie du gender – et, d’autre part, faire de l’abrogation de la loi Taubira un enjeu majeur pour la présidentielle de 2017 »."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services