Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Culture / Valeurs chrétiennes : Education

Le socle commun ou l’école désintégrée : François Fillon, le fossoyeur de l’école ?

Logo-parents-pour-l-ecole-2Olivier Gosset, enseignant, co-fondateur de "Parents pour l'Ecole", s'appuie sur un article du site Enseignants pour l'Enfance, pour rappeler que le "socle commun" qui est l'une des origines de la désintégration de l'Ecole, nous le devons à François Fillon, lorsqu'il était ministre de l'Education nationale :

Lors du dernier débat de la Primaire de la droite et du centre, François Fillon s’est lancé dans une vibrante diatribe à l’égard des pédagogues. Ayant fait grand bruit, cette dernière suscita un engouement inattendu. Si l’attaque portée à l’encontre des experts qui règnent au Ministère est légitime, elle étonne de la part de celui qui fut aux commandes de la rue de Grenelle.

Pour qui s’en rappelle, Monsieur Fillon a été l’auteur d’une loi portant son nom. Votée en avril 2005, cette dernière introduisait dans la législation une réalité singulière appelée  « socle commun ». Constitué d’un ensemble de connaissances et de compétences, celui-ci répondait aux injonctions européennes réclamant une école limitée à la seule employabilité des personnes. De même, ce « socle », vague quant à son contenu, exonérait le législateur de tout engagement sur la nature des matières qu’il conviendrait de transmettre aux élèves. Fallait-il s’étonner alors si, en juillet 2013, la loi dite de refondation pour l’école proposée par Vincent Peillon s’autorisait à dire que ce « socle commun » pouvait « être fixé par décret » ? Se souvient-on que c’est au nom de ce principe que Najat-Vallaud Belkacem imposait sa réforme du collège sans passer par les voies législatives ? Portant bien mal son nom, le « socle commun » a été l’outil institutionnel ayant dissocié école, culture et nation. Par lui, l’enseignement peut se passer du moindre contenu disciplinaire. A cause de lui, toute réforme éducative s’exonère du suffrage populaire comme du contrôle parlementaire.

Les mérites de Monsieur Fillon ne sont pas à discuter ici. Mais on est en droit de s’étonner de ce que ce dernier se fasse le défenseur d’une école dont il fut le fossoyeur. Et si mérite il y a, reconnaissons au candidat à la Primaire de la droite et du centre une capacité à se faire, sans que personne n’y prenne garde, le premier des pompiers pyromanes.

Enregistrer

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services