Le sénateur marxiste Jean.jpgerre Michel justifie Staline

Lahire évoquait la mort du dictateur des peuples. Le sénateur Jean.jpgerre Michel, celui qui revendique une conception marxiste du droit, milite pour la location d'utérus, annonce l'utérus artificiel, verse des accusations délirantes contre la Manif Pour tous, répond à ses contradicteurs sur twitter :

JDevant l'avalanche de réactions indignées, il a expliqué avoir fait de l'ironie. Et le refus de recevoir la Manif pour tous, c'était de l'humour aussi ?

24 réflexions au sujet de « Le sénateur marxiste Jean.jpgerre Michel justifie Staline »

  1. siloe08

    Donc ce personnage se parjure !!! Il s’agit bien d’une national-socialiste, accroché désespérément à cette idéologie marxiste qui fit naître hitler et les Wafen SS.
    Il ne faut tout de même pas oublier les liaisons idéologiques et de réseau qui alimentaire les nazis en construction de leur matériel de guerre, avec la volonté ferme du marxiste staline.

  2. Benoît

    Staline, au temps où il était l’allié de hitler a assassiné 25000 officiers polonais !
    Il a écrasé hitler ? Il a participé à sa défaite, mais il n’était pas seul. Heureusement pour nous, car nous aurions subit le sort des pays de l’Europe de l’est !
    En tout état de cause, cela ne peut en aucun cas justifier ses crimes tout aussi nombreux et ignobles que ceux d’hitler.
    Donc ce minable de sénateur, en faisant l’apologie de staline, fait l’apologie d’un allié de hitler, il fait l’apologie du crime, du génocide, de l’extermination massive de population !
    Il n’est pas digne d’être sénateur et ne peut plus être reconnu comme tel !

  3. PK

    Il faut se réveiller : parmi les communistes et leurs sympathisants (soit la plupart des membres de la nomenklatura actuelle), le communiste est globalement une bonne chose… Ils le justifient par
    – la victoire de 1945
    – que l’aspect « négatif » du communisme n’est justement pas du communisme mais dû à une dictature
    Il faut les entendre en parler pour le croire… Le communisme a encore de beaux jours devant lui grâce à la France (et c’est parmi la jeunesse qu’il a le plus de sympathisants).
    On ne peut hélas retirer la part soviétique (et donc communiste) dans la victoire de 1945. Même si on peut critiquer la méthode (un bon nombre des morts soviétiques sont dus aux popovs eux-mêmes par exemple…), ils ont su tenir la barre et développer une économie de guerre qui leur a permis de durer un demi-siècle de guerre froide ensuite.
    Bien entendu, seul cet aspect des choses comptes pour les cocos d’aujourd’hui : le pacte germano-soviétique, la collaboration du PCF jusqu’à 1941, la formation et le réarmement des panzers divisions dans l’Oural, etc. est évidemment passé sous silence, quand ce n’est pas carrément nié (cf. le passé du PCF…).
    Malheureusement, on est ici tellement dans l’idéologie pure que même la dialectique atteint ses limites… Ces jeunes-là, sauf conversion, sont perdus.
    Il faut prier pour eux.

  4. chouan 12

    Mais comme tous les guignols de gôche, il a un demi pois chiche à la place du cerveau c’est peu dire. Aller soutenir Staline, il faut en tenir un gros grain, il n’y a que chez nous qu’on voit des tarés pareils, à croire qu’ils se sont donnés le mot.

  5. Arthusia

    On attend avec confiance que les socialiste, dans un sursaut d’honneur et de vérité, désavouent avec force leur collègue. Si de tels propos avaient été tenus à droite, ce qui est une simple hypothèse, sûr qu’on les aurait entendus vociférer.
    Il ne m’appartient pas de dire si le sénateur Michel est catholique. C’est l’affaire de sa conscience. En revanche, s’il l’est, qu’ils suive les enseignements de l’Eglise. C’est le moins qu’on puisse attendre des catholiques.

  6. G

    Ça prouve que les cocos ne sont plus seulement au PCF.
    Quand à la prétendue catholicité de Jean.jpgerre Michel, comme celle de Binet qui se prétendent catholiques, on peut en douter à moins qu’ils appartiennent à la mouvance catholique de gauche qui a fait beaucoup de tort à l’Église.
    Camarade Michel semble avoir oublié qu’en 1937, Staline avait donné l’ordre d’éliminer tous les religieux détenus dans les prisons ou dans les camps.

  7. Arthusia

    Comme d’habitude, la majorité ne peut se faire entendre, peut-être parce qu’elle n’a pas les moyens de lobbies. Si une immense protestation, pacifique, j’entends, mais publique, s’élevait auprès d’Antenne 2 à l’occasion de la diffusion de cette émission choquante réalisée avec l’argent public, cela serait vraiment extraordinaire et créerait un mouvement à la longue irrésistible. On a bien le droit de rêver, non?

  8. Papon

    Ca n’est certes pas Staline qui a battu l’armée d’Hitler mais bien plutôt l’immense sacrifice d’un peuple qui refusait l’asservissement.
    Par ses purges dementielles de l’armée russe Staline a, tout au contraire, facilité l’invasion de la “rodina” alors même que la Wehrmacht etait, au debut accueillie comme une armée de liberation de l’enfer communiste.

  9. PK

    @ Papon
    Attention à ne pas réécrire l’histoire trop naïvement.
    Certes, Staline a décapité l’armée rouge à la veille de la guerre, la rendant vulnérable à l’assaut nazi.
    Mais ce sont bien les communistes qui ont obligé la même armée rouge à MOURIR sur place, en tuant EN MASSE tout homme qui était soupçonner de ne pas se battre. Les soldats de l’armée rouge n’avait donc que deux choix : soit mourir IMMÉDIATEMENT de la main d’un commissaire politique du NKVD, soit d’être tué par les nazis en se battant, avec une toute petite chance de s’en sortir…
    Les 20 millions de morts du peuple russe pendant cette guerre sont sans doute en grande partie dus aux communistes eux-mêmes qui n’ont pas hésité une seule seconde à tuer en masse leurs propres soldats pour « motiver » les autres, quand ils n’ont pas carrément fanatisé les autres à se faire tuer avec l’ennemi (cf. l’effroyable boucherie dans l’aviation russe et le taux de mortalité des pilotes…).
    De fait, avec cette politique (qui n’était tenable que grâce à la géographie (la possibilité de tenir l’arrière) et surtout une démographie énorme (on dirait aujourd’hui une main d’œuvre à coût zéro), l’URSS a donné le coup de grâce au régime nazi, le bloquant et le laminant suffisamment longtemps pour permettre la montée en puissance des États-Unis (qui auront mis des années à déployer leur super-puissance et qui ne donnera sa pleine mesure qu’en 1945 !).

  10. Guizmoet

    Ce “monsieur” a sans doute la mémoire qui flanche !
    Le “merveilleux” Staline était l’allié d’Hitler en 1939 (le PCF faisait tout pour saboter la résistance française face à l’invasion allemande jusqu’au retournement de veste de l’URSS) ; allié pour écraser la Pologne catholique (septembre 1939) et assassiner ses élites (massacre de Katyn et noyades de la mer noire ; comme l’a fait Carrier à Nantes…)
    Certes l’URSS a combattu Hitler et le NATIONAL SOCIALISME à compter de 1940 mais n’était pas seule sur les rangs, Dieu merci.
    D’ailleurs si la France était à genoux dès 1939, on le devait au Front Populaire qui a sciemment désarmé l’armée (chars en pièces détachées aux quatre coins du pays, avions donnés aux communistes espagnols…)
    Staline c’est aussi des millions de morts dans les goulags, par famine organisée dans le grenier de l’Europe (l’Ukraine), etc, etc…
    Merci à ceux qui, depuis le début, ont combattu en France (mon cher père en premier avec les Cadets de Saumur, puis dans les chantiers de jeunesse puis en Afrique du Nord ; des gens formidables civils ou militaires comme Honoré d’Estienne d’Orves…)
    Merci aux alliés (Anglais, Américains, Canadiens…)
    Mais pourquoi n’avoir pas suivi l’idée de Patton de «botter le cul des communistes jusqu’à Moscou» ? cela nous aurait évité des “épurations” à la Guingouin, cet horrible assassin du Limousin.
    Bref, les communistes se sont retrouvés du “bon côté” à la fin de la guerre par accident !

  11. Papon

    @ PK
    Il ne s’agit pas de naïveté de ma part, je ne sous-estime pas la ferocité du systeme qui obligeait les soldats à se battre même lorsqu’ils avaient plutôt envie de se rendre, ce qui confirme mon propos que l’armée allemande etait bien accueillie dans un PREMIER TEMPS.
    Le decision d’Hitler, alors qu’il croyait la victoire acquise,de traiter les populations en esclaves, a favorisé le retournement de cette derniere, intelligement soutenue par Staline qui a abandonné toute reference au communisme et a mis en avant la mystique de la Sainte Russie depuis A.Nevsky…
    Des lors le peuple russe s’est battu, non pour Staline, non pour la Revolution, mais pour defendre la patrie.
    Ajoutons tout de même qu’aucun autre pays n’aurait pu accepter une victoire payée d’un tel prix humain, un prix tellement élevé qu’il a failli entrainer la disparition pure et simple du vainqueur par effondrement demographique qui ne se redresse qu’aujourd’hui.

  12. oliroy

    Les socialistes ont l’analyse courte et le mensonge long, car, le nazisme a été en réalité le marchepied du communisme et lui a servi de faire valoir, mais ce n’est malheureusement pas une histoire de clown blanc. Comme nous le savons, nous, chretiens les démons sont légions et ils font mine de se combattre entre eux car satan mène toujours le bal pour egarer les humains qui ne veulent pas prendre la main du Christ pour avancer Droit. Confions Mr Jean Pierre Michel, qui porte trois prénoms bien chretiens, à notre Sainte mère Marie. Qu’elle obtienne de Dieu que lui soit rendu la raison.

  13. PK

    @ Papon
    Les zones où l’armée allemande a été plutôt bien accueillie étaient les zones d’occupation de la Russie (donc l’Ukraine essentiellement qui a subi le terrible joug du communisme et ses millions de morts)).
    Ça n’a duré qu’un instant, tant les méthodes des nazis étaient analogues à celles de leurs copains communistes… à tel point que les unités ukrainiennes ne furent pas les pires soldats de l’Armée rouge pour nettoyer les nazis par la suite !
    Quant à la référence à l’histoire de la Sainte Russie, elle est la norme dans tous les pays en guerre, surtout au bord du gouffre : même le très laïc et cathophobe gouvernement de la république française de la première guerre mondiale a permis aux troupes de porter le Sacré Cœur (même si c’était officiellement interdit !)…
    Il suffit d’écouter les discours des socialistes du gouvernement sur la guerre au Mali pour s’en convaincre : le discours s’adapte toujours aux circonstances chez ces gens-là !

  14. Buffalo

    Ce n’est Staline qui a écrasé les Nazis, mais le peuple Russe, nuance. Les Allemands, au départ, ont très bien été accueillis par les Russes, spécialement par les Ukrainiens, dégoûtés par les déportations massives, les purges et autres horreurs de Staline. Staline était mort de trouille dans les premières semaines de Barbarossa, s’attendant à tout instant à être arrêté, jugé et envoyé au peloton d’exécution.
    C’est la conduite immonde des Allemands, obsédés par leur idéologie raciale, qui a retourné les Russes contre eux.
    En outre, Staline aurait été impuissant sans l’aide massive de Roosevelt. Voilà de quoi démonter la petite légende de “Staline, triomphateur de la Bête immonde”.

  15. Soazig NEDELEC

    …révolution…?
    nous avons ce qu’il faut…
    Lourdes…
    Le Puy..
    Cotignac….
    l’île Bouchard…
    Sainte Anne d’Auray…
    le Mont Saint Michel…Pontmain…
    le Mont Sainte Odile
    Notre Dame du Lauze…
    La rue du Bac..Notre Dame de la Médaille Miraculeuse…
    Chartres..
    Notre Dame de Paris…nos chapelets…L’EUCHARISTIE…
    nous sommes très bien armés pour sauver la France avec l’aide de Jésus Marie…Joseph et tous les saints de France..Sainte Geneviève Saint Louis Jeanne d’arc et les autres….!
    Ceux là triompheront de la bête immonde…si nous retrouvons le chemin de DIEU…

Laisser un commentaire