Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Le rôle de l’Etat selon la doctrine sociale de l’Eglise

« Le Catholique libertarien » est un blog collectif qui propose de discuter entre catholiques du rôle de l’Etat dans l’optique d’être le plus en conformité avec l’Evangile du Christ. On y trouve des réflexions intéressantes, qui sortent parfois de l'ordinaire. Exemple :

Cropped-le-catholique-libertarien1"Chers cathos de gauche, ce n’est pas le rôle de l’Etat de donner aux pauvres, c’est le vôtre! Traduction de « Dear Liberal Christians, It’s Not The Government’s Job To Give To The Poor. It’s Yours. » par Matt Walsh publié sur The Daily Wire en Décembre 2017

Il y a des raisons légitimes de critiquer le plan fiscal du GOP (note du traducteur: GOP veut dire Great Old Party, un autre nom du Parti Républicain américain). Ici, en revanche, il y a une raison très illégitime que j’ai entendu d’innombrables fois de la part des chrétiens progressistes: La Bible veut que nous payions des impôts plus élevés afin d’aider les pauvres. En recevant une réduction d’impôt, nous prenons de l’argent aux pauvres. En particulier en coupant les droits, ce qui est supposé être la prochaine étape pour les républicains au Congrès, nous nous dérobons à notre responsabilité chrétienne de prendre soin des plus petits d’entre nous. C’est l’argument «chrétien» du socialisme, et les socialistes chrétiens le font depuis des décennies.

[…] La seule chose que Jésus dit à propos des impôts, c’est que nous devrions les payer («donnez à César ce qui est à César»). Il ne se prononce jamais sur la hauteur ou la faiblesse qu’ils devraient avoir. Il nous commande de donner aux pauvres, mais jetons un coup d’œil à la façon dont il exprime ces commandements:

« Le roi leur répondra: “Je vous le déclare, c’est la vérité: toutes les fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » » Matthieu 25:40

« Donne à celui qui te demande quelque chose; ne refuse pas de prêter à celui qui veut t’emprunter. » – Matthieu 5:42

« Vendez vos biens et donnez l’argent aux pauvres. Munissez-vous de bourses qui ne s’usent pas, amassez-vous des richesses dans les cieux, où elles ne disparaîtront jamais: les voleurs ne peuvent pas les y atteindre ni les vers les détruire. »Luc 12:33

« Jésus regarda autour de lui et vit des riches qui déposaient leurs dons dans les troncs à offrandes du temple. Il vit aussi une veuve pauvre qui y mettait deux petites pièces de cuivre. Il dit alors: «Je vous le déclare, c’est la vérité: cette veuve pauvre a mis plus que tous les autres. Car tous les autres ont donné comme offrande de l’argent dont ils n’avaient pas besoin; mais elle, dans sa pauvreté, a offert tout ce dont elle avait besoin pour vivre.» »Luc 21: 1

Puis Jésus dit à celui qui l’avait invité: «Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite ni tes amis, ni tes frères, ni les membres de ta parenté, ni tes riches voisins; car ils pourraient t’inviter à leur tour et tu serais ainsi payé pour ce que tu as donné.Luc 14:12

« Il leur répondit: «Celui qui a deux chemises doit en donner une à celui qui n’en a pas et celui qui a de quoi manger doit partager.» ». – Luc 3:11

Le Christ a évidemment beaucoup à dire sur ce sujet. Mais, en parcourant les versets ci-dessus, remarquez quels mots n’apparaissent pas: «gouvernement», «État», «politique», «loi», «impôt». Il ne nous dit pas simplement de nous soumettre passivement à un administrateur tiers qui veillera à ce que toutes les tuniques soient distribuées uniformément, et que tous les banquets soient diversement suivis, et qu’une certaine portion prescrite soit donnée aux mendiants, emprunteurs et nécessiteux. Le Christ n’a jamais établi ou suggéré ou approuvé un système parrainé par l’État par lequel ces choses seront réalisées. Il le rend beaucoup plus simple pour nous. Il met la responsabilité non pas sur les politiciens ou les bureaucrates, mais sur quelqu’un d’autre entièrement: vous.

Christ veut que vous preniez votre propre argent et le donniez aux nécessiteux dans votre communauté. Peu importe le taux d’imposition, cette obligation n’est pas remplie – elle ne commence même pas à être remplie – en payant vos impôts. Il n’est surtout pas accompli en restant assis sur le côté tandis que votre voisin paye ses impôts et récupère plus du fardeau de «charité» que vous.

[…] Maintenant, pourquoi Jésus préconise-t-il la charité personnelle plutôt que la charité gouvernementale? Pourquoi nous impose-t-il la responsabilité en tant qu’individus plutôt qu’en tant qu’État? Je pense que la raison est la suivante: l’amour. Le but n’est pas d’éradiquer la pauvreté, comme si la pauvreté était une sorte de maladie. Le but est simplement de s’aimer. C’est pourquoi le Christ félicite particulièrement la vieille femme au temple qui a donné relativement peu. C’était, pour elle, un acte de grand amour. Et c’est ce que le Christ veut de nous. Il veut que nous nous aimions.

Il n’y a pas d’amour dans le système de protection sociale. Il n’y a pas d’amour dans la fiscalité. C’est bureaucratique, impersonnel, désintéressé, déshumanisant. Un homme ne vit pas les fruits de l’amour quand il encaisse un chèque mensuel envoyé par un bureau du gouvernement. Au contraire, il est traité comme un chiffre, une statistique, un problème qui doit être résolu. Cela ne semble pas être ce que Jésus avait à l’esprit.

En fait, nous faisons le contraire de ce que le Christ a commandé quand nous négligeons les pauvres dans nos propres communautés, en espérant que le gouvernement les gardera adéquatement nourris. La nourriture n’est pas la question. Pas toute la question en tous cas. Tout le but est d’aimer notre prochain. Payer vos impôts n’est pas l’amour car vous êtes obligés de le faire. Acclamer le système d’allocations, financé principalement avec l’argent d’autres personnes, n’est pas l’amour. Aimer, c’est faire soi-même, personnellement, et donner. Donne ce que tu as. Donnez de vous-même. Donnez votre propre argent. C’est ce que veut Jésus."

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services