Le respect de l’homme fait partie de l’écologie

D'Hugues Kéraly :

"Mai-68 fut une révolution culturelle, écrivait Daniel Cohn-Bendit, parce qu’elle constitue le point d’origine d’une cascade de ruptures particulièrement heureuses (pour lui) en matière d’évolution des mœurs." – Des ruptures qui affectent tous les âges et tous les domaines de la vie : déstabilisation de l’autorité des parents ; fin des dictatures rétrogrades de la langue française ; accélération des divorces ; abolition de la peine capitale pour les criminels ; légalisation de l’avortement pour les enfants à naître ; rupture des “tabous sexuels” ; reconnaissance des droits juridiques et sociaux de l’homosexualité; libéralisation des drogues “douces” ; affirmation publique de la repentance du péché colonial ; etc., etc., etc.

Cet adversaire résolu de la vie, de la famille et de tout “ordre moral” dans l’espèce humaine est donc aujourd’hui leader d’un grand parti politique franco-européen : un parti qui fait campagne contre le génocide des bébés-phoques et les multiples menaces qui pèsent sur les équilibres naturels de l’éco-système mondial. Ces menaces sont réelles. Mais pourquoi le domaine des mœurs et des choix de vie serait-il le seul à échapper aux sanctions de ses propres lois naturelles ? Et comment un homme qui ne parvient pas à gouverner ses propres pulsions sexuelles dans un jardin d’enfants pourrait-il aider les autres à moraliser leurs comportements “environnementaux”?"

2 réflexions au sujet de « Le respect de l’homme fait partie de l’écologie »

  1. HB

    A la subversion, les civilisations qui veulent survivre doivent répondre par la rectitudes de ses mœurs, la force de ses armées, et sa Foi chevillée au corps.
    A ce jour, c’est l’Islam qui répond le mieux à ces critères.
    La démocratie nous a privé des trois, et le peuple installé dans un confort avilissant et décadent a laissé faire. Ce qui nous arrive est bon et juste, car c’est peut-être la dernière possibilité d’un sursaut moral!
    Autrefois, on brûlait les sorcière, ce n’était pas de l’obscurantisme superstitieux, c’était un geste d’autodéfense!
    Il est temps de brûler les sorcières et les sorciers.
    Est-il toujours temps de bouter l’ennemi hors de France?
    Un peu tard, je pense, mais on se doit toujours d’essayer!

Laisser un commentaire