Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Le régime des intermittents, boulet de l’Unedic

Lu sur Capital :

"Le régime des intermittents plombe chaque année les comptes de l'assurance-chômage. Le déficit de cette branche a dépassé 1 milliard d'euros en 2009, d'après le dernier bilan, que s'est procuré Les Echos. Soit presque autant que le trou total de l'Unedic cette année là (1,17 milliard) (…)

Pourtant, ce régime ne figure pas au menu des négociations sur l'assurance chômage, qui ont débuté cette semaine. D'après Les Echos, le gouvernement préfère garder le silence sur cette situation, se rappelant le conflit de 2003 lié à l'indemnisation des intermittents."

Partager cet article

10 commentaires

  1. Les chiffres interessants pourrait etre ceux des allocations des acteurs connus. Touchent- ils des allocations, et si oui sont elles proportionnelles à leurs énormes cashes.

  2. Il y a un point que je ne comprends pas avec les intermittents : pourquoi ont-ils autant de problèmes en France alors s’ils traversent l’Atlantique, ils trouvent facilement énormément de travail ! ! !

  3. Comme d’habitude c’est plus simple de casser le thermomètre

  4. Le Ministère de la Culture ? C’est bien évidemment un monstre qu’il faut supprimer, et quel Saint Michel, quel Saint Georges nous en délivrera ?
    Le Ministère de la Culture ce sont des chèques en blanc et une planche à billets pour des réseaux d’escrocs et de profiteurs, tout en faisant la promotion du toujours plus laid, du toujours plus faux.
    Découlerait de la suppression de ce Ministère, l’arrêt immédiat de toutes les subventions aux associations et aux individus mystérieusement choisis […]
    [Soyez concis dans vos commentaires…
    PC]
    Et comment procéder dans tous ces changement nécessaires, car on peut imaginer deux façons, deux grandes voies, dans ce domaine, sur lesquelles s’engager. Celle du bruit ; on pourrait en grandes pompes et en public brûler le fauteuil du ministre, fauteuil souillé par tant de déviants, … et puis celle du silence, de la discrétion, de la politesse, méthode douce mais qui peut être implacable

  5. Pour autant, le régime intermittent n’est pas un régime de facilité. Et la vie des intermittents est pour le moins difficile en ces temps de crise. Dans le cinéma, 10% du secteur s’en sort et c’est la branche connue de ce domaine. Mais tout n’est pas strass et paillettes, la plupart des gens qui y travaillent galèrent (le cinéma et le spectacle en général, ce sont aussi les techniciens et les acteurs qui ne percent pas)

  6. Allons, nous n’allons pas mettre tous nos saltimbanques sur la paille !
    Et puis, ce serait renforcer le recrutement des révolutionnaires… 🙂

  7. [email protected] Non non, là vous n’etes sans doute pas au courant du l’affaire. C’est le système révolutionaire anti-france qui est financé par le biais de tout, TOUT, absoluement tout ce qui concerne le culturel en France. Je connais un peu le problème par le bais d’un ami qui en fait parti.
    La règle du culturel en France est simple ; de la petite structure municipale au ministère de la culture : si vous n’etes pas de gauche direction la porte.

  8. [email protected] oui c’est vrai, c’est comme les moniteurs de ski. mais eux quand il n’y a plus de neige ils doivent trouver autre chose à faire et apparement ils la trouvent.

  9. @ lebourg
    Je suis d’accord pour les moniteurs de ski. Mais les tournages et les spectacles, c’est bien plus aléatoire que la neige. D’où une difficulté réelle à trouver un l’emploi pour ces intermittents. Par ailleurs, ils trouvent souvent autre chose à faire, mais cela ne leur suffit pas à vivre. Y compris, ils travaillent en même temps que leur boulot dans le spectacle pour s’assurer leur pitance à la fin du mois. On le dit bien, « le cinéma, c’est une vocation ».

  10. à lebourg ,
    Il y a des artistes authentiques qui méritent largement le traitement d’intermittents et qui, lorsqu’ils n’ont pas de travail doivent maintenir leur niveau en s’exerçant d’arrache pied.
    Et , par ailleurs, compte tenu de la conception révolutionnaire des arts très généralement imposées de l’enseignement jusqu’à la propagande que l’on sait, il en a beaucoup d’excellents, qui refusant la compromission, voire subissant une authentique persécution, bouffent la grenouille.
    Alors il faut peut-être éviter de tirer au hasard sur le « pianiste ».

Publier une réponse