Le PS se fissure : "La nouvelle direction est une armée mexicaine dans une auberge espagnole"

Après des semaines de tensions internes au PS et d'inactions passives du Gouvernement hormis la mise en oeuvre des projets les plus rejetés par les Français (mariage pour tous, refonte de l'école, etc.) ou tout azimut (annonces du jour : refonte de la formation professionnelle, refonte de l'hôpital), le parti socialiste connaît une réelle crise interne qui éclate au grand jour par ce sénateur qui ose parler (Le Figaro ici pour les abonnés). Extraits :

"Le sénateur socialiste de la Nièvre, Gaëtan Gorce, a donné au Figaro son analyse de l'action  de l’exécutif et du Parti socialiste depuis la prise de fonction de  François Hollande.

Pour le sénateur, la défiance de l'opinion à  l'égard du président s'explique ainsi : "La gravité de la  crise, ces mauvaises nouvelles qui touchent le moral des Français… et un déficit  d'explication et de pédagogie sur la crise et la politique conduite de la part  de l'exécutif."

Celui qui a été candidat au poste de premier secrétaire du  Parti socialiste, n'est pas tendre avec la direction actuelle du parti. Il juge  l'action du PS "catastrophique". Pour Gaëtan Gorce,  Harlem Désir est "en permanence à contretemps: il n'est pas là quand nous en  aurions besoin et inversement." Le sénateur socialiste estime  que "dans une période comme celle-là, où nos alliés  commencent à s'éloigner, il y a deux réponses à apporter: un parti fort, une  ligne claire. La ligne, on peut la clarifier. Mais le parti fort, c'est mal  engagé. Le premier secrétaire est en permanence à contretemps: il n'est pas là  quand nous en aurions besoin et inversement."

Le sénateur de la Nièvre pointe du doigt une nouvelle fois  les incohérences dans l'organigramme du parti : "La nouvelle direction est une armée mexicaine dans une  auberge espagnole. Le PS se fractionne en clubs, en tribunes. C'est un signe de  faiblesse. Oui, c'est catastrophique. Et contre-productif."

Gaëtan Gorce, interrogé sur les perspectives de  résultat du PS aux prochaines municipales, promet que  "ça se jouera dans les prochaines semaines. Si l'opinion n'a pas bougé,  elles seront très difficiles."

On ne lâche rien : manif pour tout le 24 mars sur les Champs Elysées!

6 réflexions au sujet de « Le PS se fissure : "La nouvelle direction est une armée mexicaine dans une auberge espagnole" »

  1. jejomau

    Harlem Desir ne comprend rien parce qu’il croit que la France est composé de pédérastes et de lesbiennes. Oui il est à contre-temps et complètement out.
    Qu’il fasse enfin , lui aussi, son “coming out” ! Au point où il en est…

  2. chronophage

    On ne peut faire passer la manif du 24 en une manif contre les municipalités socialistes en 2014. Non pas que leur défaite ne soit pas hautement souhaitable, mais parce qu’entre la Manif du 24, ce souhait, et la concrétisation de ce souhait, il y a une série de terrains et de modes d’action de nature, tout ce qui sépare le souhait idéal de la stratégie globale et de la tactique locale concrète.
    Relire le texte de Mme ROUYER sur la Manif du 13. Si tout est dans le voeu, dans une totale dichotomie entre ce qu’est une Manif, qq heures de rassemblement, et une liste de droite ou deux listes de droite dans une commune, fusionnant au deuxième tour (et là déjà cela se complique encore plus), la Manif se trompera de cible : à trop embrasser on étreint rien.

Laisser un commentaire