Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI

Le Pape nous envoie en mission : “il faut que vous deveniez avec moi des témoins”

Homélie du Pape à Porto hier :

En effet, si vous, vous n’êtes pas ses témoins dans votre
milieu de vie, qui le sera à votre place ?
Le chrétien est, dans
l’Église et
avec l’Église, un missionnaire du Christ envoyé dans le monde. C’est là
la
mission qu’on ne peut différer de toute communauté ecclésiale : recevoir
de Dieu
le Père et offrir au monde le Christ ressuscité, afin que toute
situation
d’affaiblissement et de mort soit transformée, par l’Esprit Saint, en
occasion
de croissance et de vie. Dans ce but, dans toute célébration
eucharistique, nous
écouterons plus attentivement la Parole du Christ et nous goûterons
assidument le Pain de sa présence. Cela fera
de nous des témoins et, plus encore, des porteurs de Jésus ressuscité
dans le
monde, l’apportant aux divers secteurs de la société et à tous ceux qui y
vivent
et y travaillent,
répandant cette « vie en abondance » (cf. Jn
10, 10),
qu’il nous a gagnée par sa croix et sa résurrection et qui rassasie les
aspirations les plus légitimes du cœur humain.

Nous n’imposons rien, mais nous proposons toujours, comme Pierre nous
le recommande dans une de ses lettres : « Traitez toujours saintement
dans vos
cœurs le Seigneur Christ, toujours prêts à vous expliquer devant tous
ceux qui
vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous »
(1 P
3,
15). Et en définitive, tous le demandent même ceux qui semblent ne pas
le
demander.
Par expérience personnelle et communautaire, nous savons bien
que
c’est Jésus, celui que tous attendent. En effet, les attentes les plus
profondes
du monde et les grandes certitudes de l’Évangile se rencontrent dans la
mission
irrécusable qui nous revient puisque « sans Dieu l’homme ne sait où
aller et ne
parvient même pas à comprendre qui il est. Face aux énormes problèmes du
développement des peuples qui nous pousseraient presque au découragement
et au
défaitisme, la parole du Seigneur Jésus Christ vient à notre aide en
nous
rendant conscients de ce fait que : ‘Sans moi, vous ne pouvez rien
faire’ (Jn
15, 5) ; elle nous encourage : ‘Je suis avec vous tous les jours jusqu’à
la fin
du monde’ (Mt 28, 20) » (Benoît XVI, Enc.

Caritas in veritate, n.
78
).

Toutefois, si cette certitude nous console et nous tranquillise, elle
ne nous dispense pas d’aller à la rencontre des autres. Nous devons
vaincre la
tentation de nous limiter à ce que nous avons encore, ou que nous
estimons
avoir, de nôtre et d’assuré : ce serait à terme une mort, quant à la
présence de
l’Église dans le monde, laquelle, d’ailleurs, ne peut seulement être que
missionnaire dans le mouvement d’effusion de l’Esprit.
Depuis ses
origines, le
peuple chrétien a perçu avec clarté l’importance de communiquer la Bonne
Nouvelle de Jésus à tous ceux qui ne le connaissaient pas encore. Au
cours de ces
dernières années, le cadre anthropologique, culturel, social et
religieux de
l’humanité a changé : aujourd’hui l’Église est appelée à affronter de
nouveaux
défis et elle est disposée à dialoguer avec les diverses cultures et les
religions, cherchant à construire avec toute personne de bonne volonté
la
cohabitation pacifique des peuples.
Le champ de la mission ad gentes
se
présente aujourd’hui notablement élargi et il ne peut être défini
seulement sur
la base de considérations géographiques : en effet, nous sommes attendus
non
seulement par les peuples non chrétiens et les terres lointaines, mais
aussi par
les milieux socio-culturels et surtout par les cœurs qui sont les
véritables
destinataires de l’action missionnaire du peuple de Dieu.

Il s’agit d’un mandat dont l’accomplissement doit progresser «par la
même route qu’a suivie le Christ, c'est-à-dire par la route de la
pauvreté, de
l’obéissance, du service et de l’immolation de soi jusqu’à la mort, dont
il est
sorti victorieux par sa résurrection » (Décret
Ad
gentes
, n. 5).

Oui !
Nous sommes appelés à servir l’humanité de notre temps, comptant
uniquement sur
Jésus, en nous laissant éclairer par sa Parole
: « Ce n’est pas vous qui
m’avez
choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous partiez,
que
vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure » (Jn, 15, 16).

Que de
temps perdu, que de travail renvoyé à plus tard sur ce point par
inadvertance !

Tout se définit à partir du Christ, quant à l’origine et à l’efficacité
de la
mission : la mission nous la recevons toujours du Christ, qui nous a
fait
connaître ce qu’il a entendu de son Père, et nous y sommes engagés par
l’Esprit,
dans l’Église. Comme l’Église elle-même, œuvre du Christ et de son
Esprit, il
s’agit de renouveler la face de la terre en partant de Dieu, toujours et
seulement de Dieu !"

Partager cet article

2 commentaires

  1. Je conseille pour compléter cet article de regarder le site de l’Evangélisation : annuncioblog.com
    Très complet et très bien fait.
    Bravo !

  2. Vive sa Sainteté le Pape !
    Que Dieu le bénisse et luidonne la force de tenir contre toutes les attaques dont il est victime .

Publier une réponse