12 réflexions au sujet de « Le Pape François explique l'origine du choix de son nom »

  1. Philippe VARLET

    Je suis, une fois encore à contre courant mais je m’oppose à la façon de nommer notre nouveau Pape : il est le premier a s’appeler François comme, en son temps, Jean-Paul fut le premier à prendre ce prénom. À l’époque il fut immédiatement appelé “Jean-Paul 1er”
    Il n’y a donc aucune raison de faire une exception et de ne l’appeler QUE François comme j’appelle François mon neveux ! C’est donc François 1er qu’il faut dire, plaise ou plaise pas. D’ailleurs, un humoriste, en son temps avait joué, si j’ose dire sur le prénonm nouveau de Jean-Paul 1er, il l’appelait “Ripolin” en référence à une marque de peinture. C’était Coluche qui nous avait sorti ce surnom ! En précisant “1er” on précise qu’il s’agit d’un personnage important et non un personnage ordinnaire comme l’est mon neveux.

  2. une petite maman

    “il n’y a donc aucune raison de faire une exception”… Ben si il y a une raison et une bonne : c’est notre Saint-Père en personne qui nous le demande. L’obéissance, ça vous dit quelque chose ?
    Par ailleurs, ce qui est comique, c’est que, pour ne pas confondre avec votre neveu, on sera justement obligé de préciser “le pape” ou “Sa Sainteté” ou “Saint-Père”. On comprendra donc qu’il s’agit d’un personnage important…

  3. Thibault

    Le porte parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, à bien précisé que le pape serait appelé François sans aucun chiffre romain accolé à son nom.
    En effet tant qu’il n’y aura pas de François II, il n’y a pas de François I.

  4. Alain PROTTE

    Si dire François tout court n’est pas convenable et s’il faut dire “François premier” disons le.
    Mais il ne deviendra “Premier” que quand il ne sera plus unique et qu’il y aura eu au moins un deuxième “François”.

  5. Nicolas

    On ne peut qu’admirer hautement l’humilité qu’il y a à se singulariser en demandant à être appelé plus simplement que ses prédécesseurs au point que tout le monde en parle…
    (Le Ier n’a rien à voir avec la présence d’un second : on a dit Jean-Paul Ier. De même si le cardinal Tauran n’a pas ajouté primum parce qu’il ne faisait qu’énoncer le nom que s’était choisi le pape, si ç’avait été Grégoire il aurait dit Gregorium tout court, et non Gregorium septimum decimum.)

  6. Veilleur de l'Aube

    Philippe VARLET :”Je suis, une fois encore à contre courant mais je m’oppose à la façon de nommer notre nouveau Pape : il est le premier a s’appeler François comme, en son temps, Jean-Paul fut le premier à prendre ce prénom. À l’époque il fut immédiatement appelé “Jean-Paul 1er”.”
    Entièrement de votre avis.
    Ce n’est pas une question dogmatique, donc chacun est libre de l’appeler comme il veut.
    Pour ma part, je l’appellerai toujours François Ier.
    Cela dit, il y a du MISÉRABILISME à vouloir l’appeler “François” tout court, en imitation de S. François et de sa pauvreté.
    S. François était un MOINE. Le Pape est un APÔTRE. Je ne sais pas si beaucoup sont capables de mesurer toutes les conséquences de cette distinction.
    Benoît XVI, visitant les fils de S. François à Assise, y est allé en mozette rouge pontificale et en chaussures rouges pontificales. C’était dans l’ordre naturel des choses. Le Pape est le Souverain Pontife, et le maître et seigneur des ordres monastiques. Il n’est pas moine, il est Pontife et Souverain, Lieu-Tenant de la Souveraineté du Christ, dont il le Vicaire sur terre. Le Pape tient dans sa main les Clefs du Royaume.
    Qu’on se le dise et qu’on se le répète, chaque fois qu’on fait une poussée de fièvre misérabiliste au sujet du Trône de S. Pierre.

  7. pm

    Pourtant, en France, au XVIe siècle, il y a bien eu un roi à s’appeler François 1er. On n’a pas attendu son fils, François II, pour l’appeler ainsi. Maintenant, si c’est à la demande du pape, fidèle au poverello d’Assise, alors, c’est différent.

  8. une petite maman

    A Nicolas : Mais c’est vous qui en parlez, c’est pas le pape ! Arrêtez d’en parler et l’affaire est close.
    Ne tombez pas dans le panneau des media. Le pape ne prétend pas être plus humble que ses prédécesseurs.

  9. paysan du 47

    C’est fou comme en parcourant tout çà on finit par se demander si nombre d’entre nous n’ont pas oublié que, quoiqu’il en soit, la charité fait théoriquement partie de notre quotidien de chrétien… Difficile de voir “transpirer” un témoignage allant dans ce sens quand on voit l’ardeur de vos blablas pour des sujets si précaires…
    Il serait, me semble-t’il, plus approprié de rester en dehors de ces polémiques futiles lancées par des anticléricaux se régalant de nous voir tomber dans leur panneau…
    Alors pitié! Nous avons un nouveau Pape, DEO GRATIAS, réjouissons nous et n’oublions pas qu’il reste Le Chef de notre Eglise sur cette terre…Il est là pour nous, soyons là pour lui, point barre.
    ps: Et le jour où Notre Seigneur va revenir, va-t’on aussi râler si la couleur de ses sandales ne nous convient pas…..si oui… bon courage les gars!!!

  10. LAROCHE

    @Jean Theis 16/03, 16h02 :
    Il ne peut y avoir deux Papes en même temps ! Il s’agit de Droit canonique. Le Pape a donc eu raison de donner son vrai titre à son prédécesseur : son éminence Ratzinger, évêque émérite de Rome.
    En effet Benoît XVI ayant démisionné – peu importe les raisons – n’existe plus en tant que Benoit XVI, mais redevient de facto Cardinal.

Laisser un commentaire