Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Le néodarwinisme justifie la culture de mort

Dans un recueil d'articles publiés par La Nef, Le Mythe darwinien, Florence Eibl écrit :

D "Les enjeux de ces questions ne sont pas seulement d'ordre théorique, on le sait. Les problèmes de bioéthique se sont multipliés durant le XXe siècle. Le début du XXIe a été marqué par le fait historique du génome humain. Des manipulations gravissimes se profilent à l'horizon, elles ont déjà largement commencé, et on ne voit pas ce qui pourrait les empêcher d'avoir lieu si ce n'est de retrouver d'urgence le sens véritable de la dignité humaine. Comment des comités d'éthique athées pourraient-ils garantir le respect de la dignité humaine ?"

Ailleurs, on lit aussi :

"Les applications du scientisme néodarwiniste touchent en plein la question de la personne humaine : l'avortement, les recherches sur les cellules souches, les manipulations génétiques, l'eugénisme, le clonage, la procréation médicalement assistée, etc. Si l'évolution est le fruit du hasard et que l'homme, phénomène imprédictible, n'a aucun sens métaphysique, alors l'éthique n'a plus raison d'être ni de servir de guide aux orientations de la recherche scientifique."

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]