Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

Le mondialisme s’illusionne sur sa puissance comme le Titanic

La-superclasse-mondiale-contre-les-peuplesMichel Geoffroy énarque, contributeur régulier à la Fondation Polémia, vient de publier un ouvrage intitulé La Super-classe mondiale contre les peuples, dans lequel il montre que dans notre post-démocratie, les gouvernements obéissent aux marchés et aux banques, les puissances d’argent dirigent les médias et les peuples perdent leur souveraineté et leurs libertés. Depuis la chute de l’URSS le pouvoir économique et financier s’affranchit du cadre national et veut gouverner à la place des États. Au communisme a succédé l'idéologie du messianisme anglo-saxon. La super classe mondiale défend les intérêts des super riches et des grandes firmes mondialisées, sous couvert de l'idéologie libéralie/libertaire et cosmopolite. Une classe qui veut aussi imposer la mise en place d’un utopique gouvernement mondial.

A l'argument de cette super-classe, sans cesse ressassé, selon lequel les nations sont désormais inadaptées et qu'il faut se fondre dans de grands ensembles globalisés, il répond que, au contraire de la formule "Small is beautiful", plus c'est grand plus c'est complexe et c'est pourquoi il faut être optimiste, car les projets de cette super-classe sont intenables :

"Il y a, en effet, une relation entre la taille et la complexité. […] Affirmer  que des questions seraient plus facilement solubles en augmentant la taille des données à prendre en compte – ce à quoi aboutirait invariablement leur mondialisation – repose donc sur une erreur de méthode. Au contraire, elles deviendraient beaucoup plus complexe et donc plus difficiles à résoudre !

Les partisans de la globalisation des problèmes ont oublié la leçon de la planification soviétique. Planifier l'économie dans son intégralité supposait de mobiliser un très grand nombre d'informations et de maîtriser toutes les interactions. Or l'expérience a prouvé que cela restait hors de la portée humaine, même dans un régime totalitaire où, en principe, la liberté des personnes se trouve fortement réduite, et même dans un seul pays. […] La taille rend aussi la coordination des initiatives plus difficile. C'est l'effet Titanic : le gigantisme du navire rend difficile sa navigation rapide dans une zone infestée d'icebergs et sa taille conduit à s'illusionner sur l'efficacité de ses protections contre le naufrage.

Avec ses 28 pays membres, l'Union européenne en apporte une autre preuve éclatante. L'Europe des Six et du Marché commun pouvait réaliser des politiques que l'Union européenne est désormais impuissante à conduire du fait de sa taille, donc de son hétérogénéité qui pèse sur son processus de décision."

Message URGENT de Guillaume de Thieulloy

Cher ami lecteur
allons-nous manquer d’espérance ?
Vous et moi souhaitons de toutes nos forces que le mur de la culture de mort s’effondre.
Le Salon Beige participe à cette tâche selon ses capacités. Mais nous ne pouvons rien faire sans votre générosité.

S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services