Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Le Monde a -t-il fauté par “compromission du secret de la défense nationale” ?

Une enquête est ouverte après des révélations sur l'engagement de services spéciaux en Libye. Le ministre de la Défense, furieux, exige un enquête.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Une enquête pour des révélations que tout le monde connait ! Le Drian, soyez un peu sérieux ! A force de mentir et de participer aux saccages de la Libye et de la Syrie, d’aider en formant et fournissant des armes aux islamistes de tout poil, vous faites maintenant partie de ceux qui peuvent être nominés “criminel de guerre”. Le tribunal ne sera peut être pas à Nuremberg mais à Damas, quand le “de Gaulle syrien” aura délivré entièrement son pays de ses envahisseurs. Vous, vous ferez pitre figure en traitre à la patrie. Pas la peine de demander l’aide de la veuve, elle sera elle aussi bien compromise.

  2. Prévoit on le peloton pour divulgation de secrets militaires par des journalistes en temps de guerre?

  3. Il n’y a rien de secret.
    Partout où sévit la m.rde, les forces spéciales sont déployées.
    La liste des pays concernés correspond aux déstabilisations engagées par notre gouvernement. Facile à deviner.
    C’est sûr en Syrie ils font attention à leurs fesses.
    Le Driant a du ne pas apprécier un article du Monde.
    C’est parfait, les crassards se bouffent entre eux.
    Tout bon pour nous.

  4. Un procès au Monde ? Pourquoi pas au Journal Officiel ?… …

  5. On se doute bien qu ils y sont allés ! Le contraire serait plutôt étonnant ! Maintenant pour y faire quoi ? Quand on connaît les donneurs d ordre , cela fait peur !

  6. De simples amateurs d’aero peuvent trouver des preuves…
    http://lemamouth.blogspot.fr/2016/02/libye-les-coincidences-convergent.html

  7. La France est-elle en guerre contre Daesch ?
    Si la réponse est “oui”. La publication d’informations compromettant le secret des opérations est à soumettre à un tribunal militaire et les coupables sont passibles des peines prononcées. (à commencer par les responsables de la publication dans le journal “Le Monde”.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services