Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Homosexualité : revendication du lobby gay

Le maire Républicain de La Roche-sur-Yon finance le lobby LGBT

Lu dans Minute :

M"En 2014, à la veille des élections municipales, Luc Bouard, alors prétendant UMP à la mairie de La Roche-sur-Yon, avait refusé de signer la charte de la Manif pour tous. À peine un an plus tard, on comprend mieux pourquoi…

[…] Il y a quelques jours, le 7 août exactement, le centre LGBT de Vendée diffusait ce message sur les réseaux sociaux : « Le Centre LGBT de Vendée est fier de vous annoncer que son combat a enfin payé et que nous bénéficions d’un local au Pôle associatif de la Roche-sur-Yon » ! Le Pôle associatif ? Un bâtiment municipal, situé en plein centre de La Roche et qui accueille des associations locales aussi diverses que les Anciens de la 2eDB ou les passionnés de l’Aéroclub yonnais modélisme. Ce sont donc bien Luc Bouard et ses élus qui offrent gracieusement, avec l’argent des Yonnais, son local au centre LGBT. L’inauguration est prévue le 25 septembre prochain. Cette installation dans un bâtiment municipal était d’ailleurs annoncée dans un document du centre LGBT, que nous avons pu nous procurer. On pouvait y lire que « suite à nos démarches auprès de la mairie de la Roche-sur-Yon, le Centre LGBT de Vendée va prochainement bénéficier d’un local situé au Pôle associatif, ce qui lui permettra, ainsi qu’à Contact, David et Jonathan et Gay’Titudes, d’organiser des permanences d’accueil. L’installation est prévue dans le courant de l’été et l’inauguration fin septembre, nous y convierons la presse et les élus » ! Le maire lui-même avait confié à la presse, en mai dernier : « Une chose est certaine, c'est que nous sommes à l'écoute des membres de LGBT pour trouver des solutions à chaque fois que c'est nécessaire » ! Pour une fois qu’un élu tient ses promesses… Et pourtant, à La Roche, le lobby homosexuel ne pèse rien, ni électoralement, ni numériquement. « Nous comptons aujourd’hui 25 adhésions individuelles et quatre adhésions pour les associations » peut-on lire dans leur rapport d’activité ! Les soirées « café homo » ne rassemblent pas plus de 20 personnes par mois ! […]"

Début juin, Maud Doat, membre active de LMPT, avait démissionné du conseil municipal.

Partager cet article